[Malaberg] le PS va se vautrer, mais magistralement…

Alors, avant de commencer, que ce soit clair, je suis pas un devin ni un oracle. Je livre juste ici ma conviction profonde.

Je pose plusieurs hypothèses, qui pourront être démenties par la suite : Sarkozy sera candidat, aucune révolution ne se sera passée d’ici là, les médias restent ce qu’ils sont, etc.

Je suis allé voir la conquête, le film sur Sarkozy, et, même si j’ai beaucoup apprécié les acteurs qui ont vraiment fait une splendide performance, je dois dire que ce que je retiens du film, c’est une leçon politique. Sarkozy cherche à être en phase avec l’opinion. (et ça marche). Dusse-t-il mentir, être démagogue, changer d’avis pour que l’autre entende ce qu’il veuille entendre, il fera n’importe quoi pour qu’on pense du bien de lui. Après, on déchante, mais en campagne, ça marche.

Je constate une chose : le PS n’est pas en phase avec l’opinion. Nous vivons une période de grande attente où la majorité du peuple va attendre que l’on mène une politique ferme. (ou, du moins, qu’on donne pendant la campagne l’illusion qu’on va mener une politique ferme) Le PS est complètement incapable, du moins dans sa forme actuelle, de répondre à cette attente. Peut être que d’ici quelques mois, il aura eu l’intelligence de changer, certes, mais si les PSocialistes étaient intelligents, 1) ils seraient au pouvoir depuis longtemps 2) ils ne seraient pas aussi arrogants et sûrs d’eux (marque de fabrique du PS) 3) ils ne seraient pas PSocialistes. Donc ça me parait assez peu probable, en fait.

Pour être en phase avec l’opinion, il faut dire ce que « les gens » attendent d’entendre, ou se débrouiller pour que ce qu’on dit soit ce que les gens ont envie d’entendre.  Après, la réalité de ce qui est fait ou du programme peut être toute autre, mais c’est secondaire pour quelqu’un qui ne s’informe pas correctement. Marine le Pen et le national socialisme plus généralement, c’est tout à fait ça.

Je vois deux grandes hypothèses, maintenant. Non, trois en fait, il y en a une qui est le croisement des deux.

Première hypothèse : le PS n’arrive décidement pas à être en phase avec l’opinion, il a désigné un candidat ou une candidate playmobil mou tout sauf volontariste. Sarkozy, lui, sait le faire, il reprend la main dans la campagne, et il est réélu. Le PS se sera vautré pour la quatrième fois consécutive à la présidentielle.

Deuxième hypothèse : Le rejet de Sarkozy est tellement fort qu’il ne réussit pas à reprendre la main sur l’opinion, et étant donné qu’une cruche en terre cuite ou un rouleau de PQ serait élu contre lui, le candidat PS en face est donc élu. Et là, patatras. Demandons nous une petite seconde quel genre de politique les PSocialistes peuvent faire. Je n’en vois qu’une : la politique menée actuellement partout en Europe, la politique de Sarko et de l’UMP. La rigueur. D’ailleurs, en conformité avec l’Union Européenne, ses traités, le FMI et consorts, le prochain gouvernement élu sera obligé de mettre en place un plan de rigueur et de renoncer à à peu près toutes les mesures qui demanderaient au moins un euro d’investissement. Du moins s’il ne souhaite pas rompre avec les institutions précédemment citées et les respecter à la lettre en faisant chaque jour une prière et des courbettes devant. (l’orientation actuelle du PS, quoi) . Donc ouste toutes les belles éventuelles promesses faites par les PSocialistes, place à la rigueur. Et là, ça me fait mal rien que d’y penser. Le « la politique, c’est tous pourris tous pareils  » va grimper en flèche, la gauche va sombrer une fois encore, bref, c’est peu réjouissant. Résultat des courses, le PS se vautre.

Remarque au passage : ça me fait rire quand je vois Alexandre dire que le PS sera dépensier, quand on voit ce que l’UE et les banksters nous préparent.

Troisième hypothèse, mixte des deux précédentes, donc. Le rejet de Sarkozy est très fort, mais la mainmise sur les médias&sondages de l’idéologie dominante est telle que la seule candidate anti-sarkozy crédible qu’ils laissent apparaître est Marine Le Pen. (il est d’ailleurs amusant de voir les médias faire quotidiennement campagne pour elle ces derniers temps). Le PS, toujours victime de sa médiocrité et de son incapacité à se mettre en phase un minimum avec l’opinion, ne passe pas le second tour et Sarkozy est réélu. Le PS se vautre.

Quatrième hypothèse : même que la précédente mais avec une percée du Front de Gauche et de Mélenchon avec (où à la place de) celle de Marine le Pen. C’est l’hypothèse à laquelle je travaille, et que je souhaite, mais on verra. Mais là aussi le PS se sera vautré.

Bref, voilà pourquoi l’idée du PS au gouvernement ne me fait guère envie. Et aussi pourquoi quand j’en entends dire « unité autour du PS pour qu’il soit au second tour (pour y perdre ?) et qu’il gagne la présidentielle », je dis « non, surtout pas, vous allez nous entrainer dans votre chute ! ». L’idée est affinée par ceux qui avancent « les états majors doivent se mettre d’accord et élaborer un programme commun, en faisant des compromis entre les différents programmes, c’est normal de faire des compromis ». Bigre. des compromis entre ceux qui disent « non il ne faut pas rompre avec les traités européens » et ceux qui disent le contraire ? Ça donne quoi ça ? une demi rupture ? de l’eau seche ? un cheval sans jambes ? un ordinateur portable de 50kg ? Une télé sans écran ? Sans blague, faudrait réfléchir avant d’écrire, parfois. De toute manière, la vraie question, c’est le rapport qu’on a face aux banksters et leurs laquais, tout le reste, c’est de l’enrobage et de l’enfumage par ceux qui ne veulent pas parler du fond parce qu’ils y sont mal à l’aise.

Je ne vois guère que deux personnes pour éviter l’un de ces scénarios catastrophe pour le PS. L’un est Jean Mallot, parce qu’il a de l’humour, et que je l’apprécie beaucoup (et puis il a la même profession que moi à l’origine ! Ah, corporatisme, quand tu nous tiens…). Mais l’humour ne suffira peut être pas à nous sortir de là, (encore que…) Le second est Arnaud Montebourg, parce qu’il a le courage de ses opinions. Mais il a sans doute trop merdé et zigzagué par le passé et s’est un peu égaré chez Royal, certains auront du mal à le lui pardonner (pas moi, il suffit qu’on me parle à gauche, et je vous aime, je suis un vrai naïf). Si le PS soutient Mélenchon dès le premier tour aussi sans trop se mêler de la campagne, ça peut être évité, aussi, mais cf l’arrogance de plus haut, c’est peu probable.

Voilà aussi pourquoi je trouve qu’il serait complètement suicidaire pour le front de gauche d’aller se mouiller dans un gouvernement PS si jamais il gagne en 2012, ceux qui le souhaitent au PCF manquent cruellement de discernement.

bon, allez, votre avis m’intéresse beaucoup sur ce sujet. Alexandre et Alboss aussi. Promis, j’essaie de ne pas mordre. Pas trop fort, en tout cas.

Sinon, à lire, trois petits trucs : Pourquoi je ne voterai pas utile en 2012, par monsieur Jo, un excellent dézinguage de « l’Unité 2012  » et comme d’habitude, un excellent billet de CSP

Edit : On est le 29 mai, anniversaire du référendum de 2005 et des 55% de non ! Et donc un rappel de plus de l’incapacité totale du PS de se trouver en phase avec la population… (ils ont fait passer le traité de Lisbonne, copie du TCE, en 2008…)

[Malaberg] Unité 2012 !!

J’ai lu sur le blog de Guy Girenbaum un appel à l’unité de la gauche en 2012, pour éviter qu’elle soit absente au second tour. J’ai déjà dit ici ce que j’en pensais. Mais je trouve qu’ils sont un brin sectaires. C’est vrai, quoi. Pourquoi se limiter à la Gauche ? Puisque ces gens là se contrefichent manifestement des divergences énormes présentes à l’intérieur de ce gloubi boulga qu’ils appellent la gauche (volonté d’affronter le capital, de gouverner face aux banques, de ne pas se laisser dicter notre politique par l’UE et sa commission d’ultralibéraux fanatiques, de remettre la durée de cotisation pour la retraite à 37.5ans -ou même ne serai-ce qu’à minima la remettre à 40 ans- etc. autant de choses cruciales qu’on trouve par exemple au Front de Gauche et catégoriquement écartées par le PS, par exemple), et que donc, tout ça n’est que du détail, on est la gauche, peu importe ce qu’on met à l’intérieur, n’est ce pas, on pourrait faire de l’eugénisme comme ont fait depuis les années 30 les sociaux-démocrates suédois, on serait toujours la gauche, et bien je trouve donc fort dommage de ne pas soutenir directement Nicolas Sarkozy dès le premier tour, en rassemblant au passage toutes les forces « républicaines », Modem, NC, UMP, CPNT en plus de tout ce qui est « la gauche »…

Cherchons un accord de gouvernement avec cet homme. Mettons nous d’accord sur un programme, qu’il sera obligé de respecter, hein, et soutenons le dès le premier tour. Ainsi, il devrait gagner dès le premier tour, et éviter au FN d’être au second tour qui n’aura donc pas lieu. Après tout, c’est logique, non ? Sarkozy est le président sortant, il a donc toute légitimité pour que nous le soutenions, et qu’il gagne. Donc un programme, un candidat, et hop, la victoire en 2012 ! C’est pas beau ?

Alors, qu’en pensez vous, chers signataires ?

Captainhaka : Le grumeau, Custin d’Astrée : 365 mots, Cycee : bahbycc , Dominique Darcy : dominiquedarcy, Eric Citoyen : Mon Mulhouse, Gaël : De tout et de rien, Jean-Claude : Slovar – Les nouvelles, Jean Renaud Roy : @jr_roy, Juan : SarkoFrance, Jules Praxis : @jules_praxis, Le Coucou : Le coucou de Claviers, Melclalex : A Perdre la raison, MrsClooney : La femme de George (s) , Nicolas : Partageons mon avis, Nicolas : La rénovitude, Nicolas Cadène : Débat socialiste, Rimbus : Rimbus le Blog, Romain Pigenel : Variae, Ronald : Intox2007, Jacques Rosselin : @rosselin, Seb Musset : Les jours et l’ennui de… , Stef : Une autre vie, Sylvie Stefani : Trublyonne, Vogelsong : Piratages, Yann Savidan Carnet de notes de…, Zeyesnidzeno : La France a peur

Comment ça, vous n’êtes pas d’accord ? Si on doit soutenir le PS et sa politique de droite, pourquoi ne soutiendrait-on pas directement la droite ? Au moins on acheverait de donner raison à Marine le Pen quand elle affirme qu’elle serait la seule à s’opposer au système… Hollande 2012, soutenu par toute la gauche pour appliquer un plan d’austérité décidé par l’europe et le FMI « modernisé » !! Ça, ça aurait de la gueule, non ?…

Edit : je vois que cet appel est repris par des strauss-kahniens. Je n’ai rien contre ces gens qui sont surement charmants personnellement, mais politiquement, je ne me sens vraiment rien à voir avec eux, mais vraiment rien, on a des divergences de fond très importantes, cf plus haut (comme d’habitude, et comme tous les PS, ils ne veulent pas en discuter, préférant le « votutil !, votutil ! », en évacuant le fond mais c’est bien leur droit malgré mon envie de leur donner une baffe lorsqu’ils font cela), et si jamais je me trouvais dans une démarche politique approuvée par eux et entrant dans leur optique, je me poserais vraiment des questions… Un peu comme si, tout à coup, je me trouvais associé à l’UMP, au FN, ou aux Skinheads, je me dirais vraiment « mais qu’est ce que je fais là ? »… A bon entendeur.

Edit-bis : Ne pensez vous pas que c’est plus la médiocrité du PS qui risquerait de le priver de second tour en 2012, davantage que la division ? (S’il est si bon, il devrait pouvoir gagner tout seul) Et qu’il serait donc particulièrement stupide de soutenir des médiocres pour une élection de cette importance ?

[Malaberg] pendant le spectacle DSK, les « socialistes » s’amusent…

l’article de Des Pas Perdus qui suit est criant de ludicité. Je me permets donc de le reprendre intégralement à mon compte

Assister à la chute d’un puissant est un spectacle fascinant.

Une véritable aubaine pour les médias dominants avec un ratio « remplissage de la rubrique informations politiques – coûts de fabrication » plus qu’avantageux : une équipe locale devant une taule de NYC, reprise des images de la tv américaine, rediffusion des archives et organisation d’émissions spéciales qui n’apportent rien de nouveau.

Malgré tout, le spectacle DSK demeure passionnant.

bilan.jpg

Bien-sûr, nous ne savons pas encore si DSK est victime d’une machination ou si cette femme est victime de DSK.

Bien-sûr, nous devons compatir…

Rester mesurés…

Parallèle avec l’affaire Polanski…

Aux avant-postes BHL, J. Lang, JF Kahn, tous les médiacrates à pubs et les intellectuels de marché qui s’indignent que la justice frappe l’un des leurs.

Cruelle désillusion chez ces oligarques, habitués à dicter leur loi et qui imaginaient DSK à l’Elysée, via des sondages bidonnés, des médias dominants très complaisants, et toute la cohorte des suiveurs et des béni-oui-oui… Parce que ces dernières semaines, , la candidature de DSK était devenue un secret de polichinelle dans les milieux bien informés !

Cruelle désillusion « socialiste » : 70 % des militants socialistes seraient convaincus que l’ex-sauveur de la gauche, l’ex-futur vainqueur de la présidentielle 2012, car les sondages, chers amis, c’est scientifique, bref, que DSK est victime d’un complot.

Effarant. Stupéfiant. Parmi les militants socialistes, il y a une très forte proportion d’élus… de gens « responsables » et réfléchis adeptes de la théorie du complot !

Après la phase de la stupéfaction indignation, l’après DSK s’organise.

manifesto1.jpg

Hollande devient le favori des… Aubry aussi… Quant à Royal… Borloo Bayrou

Les lieutenants de DSK et leurs affidés vont devoir choisir une nouvelle monture, adapter leur plan de carrière, montrer leur bonne volonté, caresser dans le sens du poil le/la nouvel-le élu-e !

La vague sondagière va déferler.

Dans quelques jours, toutes les nouvelles combinaisons sans DSK seront détaillées. Toutes, en prenant soin d’écarter le Front de gauche parce qu’il ne faudrait pas que les choses changent en changeant ! Rappelez-vous que DSK et Cie c’est chic démocratique, et que Mélenchon et les classes populaires c’est populiste !

Aussi, les médias dominants organiseront le « débat » autour des données sondagières. Des drames et des espoirs naitront dès qu’untel aura perdu ou piqué un ou deux points par rapport au sondage précédent !

Le spectacle sera passionnant !

Rassurez-vous, les idées, les programmes, les propositions sont accessoires dans ce grand cirque médiatique.

politic_graff1.jpg

Nul doute que les médiacrates, certains left-blogueurs, et les supporters des uns et des autres appelleront à l’unité de la gauche, voire au candidat unique dès le 1er tour pour battre Sarkozy… même s’ils savent que leur champion-ne pratiquera la même politique que Sarkozy dans le cadre merveilleux du traité de Lisbonne.

Situation paradoxale et ironique. Pendant que DSK est en taule, la vie politique française s’américanise, le PS est devenu un parti de supporters avec des postulants au titre de candidat officiel. Sympathisants et militants, obnubilés par le court terme et les sondages, confondent la politique avec le sport : peu importe les idées défendues pourvu que leur champion l’emporte.

Exit le dumping social, les délocalisations, le pacte de stabilité et de croissance, le contrôle des budgets nationaux par l’UE, les politiques de régression sociale menées par les camarades socialistes en Europe !

Place au spectacle des primaires…

[Malaberg] Ils étaient de droite…

… les salauds. Ils cachaient bien leur jeu.

C’est ce qui ressort des sondages. Si, si ! figurez vous que l’écrasante majorité des électeurs potentiels d’Olivier Besancenot était de droite. C’est du moins ce qui est scientifiquement prouvé par la « photo » représentative (Arrêtez de rigoler, voyons ! Qu’est ce que j’ai dit ?) que constituent les sondages.

En effet, si vous regardez un peu les sondages présidentiels, il apparait que le retrait d’Olivier Besancenot ne profite certes pas à la candidate putative du NPA qui lui succèderait, mais pas à la gauche non plus ! Il ne bénéficie qu’à la droite et à l’extrême droite, en fait. Ce qui nous permet de déduire que la majorité des électeurs de Besancenot le méchant d’extreêêêêêêêêêêêêêêêême gauche qui voulait redistribuer les richesses étaient en fait de dangereux libéraux/fachos mus uniquement par un étonnant désir de masochisme. Et que leur bourreau préféré disparu, ils s’en seront retournés à leurs premiers amours.

Et hop, une pierre de plus dans le jardin des fadas de sondages…

Mais personne ne l’aura remarqué, bien entendu.

Les sondages restent bien entendu des instruments fiables, et pas du tout orientés, cela va de soi…

Je me marre…

[Malaberg] Blablatons un peu

Bon, allez, un petit message. Comme c’est les vacances, et qu’il y aurait tellement de trucs à dire, je n’ai donc aucune idée de par quoi commencer.

Ah, oui, comment on peut être homo et de droite (j’adore toujours autant tes photos^^) . Personnellement, comme je vois les choses, il me semble que la droite n’a pas été, et n’est toujours pas la principale force progressiste vis à vis des droits des homosexuels. C’est même le principal point de clivage avec la gauche molle : la seule différence qu’a manuel valls avec la droite, c’est qu’il est pour le mariage gay. (ce qui n’est pas assez pour moi pour que je considère comme un homme de gauche, c’est de l’enrobage, tout ça, pour moi…)

Alors, comment peut on soutenir un courant politique qui a toujours œuvré contre ses intérêts… Je rappelle que si on avait laissé la droite au pouvoir, l’homosexualité serait toujours un DELIT !! Nan mais franchement, de quoi je me mêle !?

Mais à la réflexion, ce n’est pas si rare. même au temps du programme commun, il y avait toujours 30% d’ouvriers pour voter à droite (UDR/RI puis RPR/UDF), alors… Finalement, ça n’est pas étonnant. C’est juste troublant. Et je ne suis pas le seul à penser cela. Je discutais l’autre jour avec un ami gay qui bosse au CR rhone alpes, (« une vraie folle », dit il en parlant de lui même avec humour), et on est arrivés à la même conclusion. Encore qu’il soit bien moins à gauche que moi. (Il soutient QUEYRANNE !! <:-O) Mais bon, « free your mind »… J’ajouterai « free your mind, go with the stubborn people ! »

à propos du mariage homo. Pour moi, le mariage est une institution dépassée, qui sert juste à obtenir quelques avantages fiscalement parlant, pour les relations avec les gosses, et à simplifier certaines choses lors des morts. Mais bon, ça reste dans une grande partie des cas une connerie, à mon sens. (a-t-on besoin de signer un bout de papier pour se sentir proche de quelqu’un ?) Cependant, je ne vois pas pourquoi cette connerie serait réservée à certains et pas à d’autres. Donc, soit on supprime le droit à la connerie, soit il est universel. Mais ya pas de demi mesure, sinon, c’est évidemment injuste.

Bon, un autre sujet.

Ah, oui, je regrette que les autre blogueurs de ce blogue ne soient pas plus présents et ne publient pas davantage. Mais bon, chacun fait selon ses disponibilités.

Tiens, oui, j’ai vu que Sara Forestier avait obtenu un césar pour sa performance dans le nom des gens. Et ben, ça me fait très plaisir, c’est un très bon film. Un film de GAUCHE pour gens de GAUCHE, qui apprécient tous ce film. Et merde à la droite, il y a bien assez de films réac comme ça.

Voyons, qu’ai-je de plus à dire qui ne me fasse pas un roman… Je ne vais pas taper sur les strauss kahniens, je leur consacrerai bientôt un billet entier (veinards !) je ne vais pas parler du départ d’alliot marie… si, tiens je vais en parler. Pour dire, comme l’a dit mon pote Jacques « ça m’en touche une sans faire bouger l’autre ». Elle peut bien partir pour ses vacances, ça serait un épiphénomène. Je rappelle que Sarkozy était très pote avec Kadhafi qu’il lache aujourd’hui (comme les medias ont la mémoire courte !) que Fillon est allé passer ses vacances chez Moubarak… Et bien d’autres belles choses…

Et pourtant, ces gens là ne démissionnent pas. S’ils avaient un peu d’honneur, ils dégageraient définitivement, mais l’honneur est une chose à laquelle ils sont aussi perméable qu’à la morale, à peu près aussi perméable que peut être de l’argile mouillée à de l’eau.

Alors, si MAM, ponte des gouvernements de droite depuis mathusalem part, bah, ça sera un symbole (la pauvre ne sera plus QUE députée, bouh, c’est trop triste…) et ça libérera juste une place par effet domino pour un ou une petite jeune de l’UMP aux dents longues. Je propose Benjamin Lancar dans le role du ministre des relations avec les médias !

Ah, tiens, oui, je vais parler de Marine le Pen. Putaing, il y en a marre, là ! Sont pénibles les sondeurs ! La seule chose qui les intéresse, c’est de vendre du papier, de faire du sensationnel, ou dans le meilleur des cas, de conforter la mentalité ambiante ! Savez vous à quel niveau le pen est redressée ? 1.6 !!!! C’est à dire que si on lui donne 16%, ça n’en fait que 10% des gens qui ont déclaré vouloir voter pour elle ! et encore, des gens qui ont bien voulu répondre ! Ce coefficient était peut être valable pour son père, mais pour elle, c’est juste un moyen de faire du sensationnel à peu de frais !

Je ne sais pas de DSK ou de Marine lequel ou laquelle est la plus grosse bulle médiatico sondagière… Mais ça commence sérieusement à me gonfler, donc attention, comme je le disais dans ma présentation, je mords ! (et je ne prends pas de gants, venez pas pleurer après si je suis « discourtois », oh mon dieu, je me pâme, ohhhhhhlala….)

à propos des sondages, tiens, je suis très fier de voir le document qu’ont produit mes camarades à ce propos. ça permet de relativiser, voire de ne plus leur accorder la crédibilité qu’ils prétendent avoir… (en plus, j’ai la chance inouie de fréquenter un grand nombre de gens dont les travaux de recherches voisinent ce sujet là, alors, autant dire que je suis un peu au courant…)

Le document vaut vraiment le coup, même si vous êtes de droite. Je vous conseille de l’imprimer, de l’agrafer, puis de le lire dans un fauteuil.

Bon, ça sera tout pour le blabla… le prochain article sera probablement sur un sujet en particulier. Pourquoi pas la charité, puisqu’Alexandre en a parlé ? (prévoyez un beau bunker, je m’amènerai avec une batterie de canons de 75, et quelques grosses Berthas si ça ne suffit pas…)

Tiens, je note que l’hérétique n’a toujours pas répondu à mon message « c’est ton problème« . Dois-je en conclure que j’ai raison ? Je suppose que cela ne peut se concevoir, voyons…

Et si Sarkozy gagnait en 2012 ?

Il est mort. Il est foutu. Il est tellement impopulaire ! Plus personne ne veut de lui. Il fait l’unanimité contre lui. Plus personne ne le soutient. ENFIN ! La droite va perdre. Vraiment ? Lire la suite

%d blogueurs aiment cette page :