[Malaberg] le PS va se vautrer, mais magistralement…

Alors, avant de commencer, que ce soit clair, je suis pas un devin ni un oracle. Je livre juste ici ma conviction profonde.

Je pose plusieurs hypothèses, qui pourront être démenties par la suite : Sarkozy sera candidat, aucune révolution ne se sera passée d’ici là, les médias restent ce qu’ils sont, etc.

Je suis allé voir la conquête, le film sur Sarkozy, et, même si j’ai beaucoup apprécié les acteurs qui ont vraiment fait une splendide performance, je dois dire que ce que je retiens du film, c’est une leçon politique. Sarkozy cherche à être en phase avec l’opinion. (et ça marche). Dusse-t-il mentir, être démagogue, changer d’avis pour que l’autre entende ce qu’il veuille entendre, il fera n’importe quoi pour qu’on pense du bien de lui. Après, on déchante, mais en campagne, ça marche.

Je constate une chose : le PS n’est pas en phase avec l’opinion. Nous vivons une période de grande attente où la majorité du peuple va attendre que l’on mène une politique ferme. (ou, du moins, qu’on donne pendant la campagne l’illusion qu’on va mener une politique ferme) Le PS est complètement incapable, du moins dans sa forme actuelle, de répondre à cette attente. Peut être que d’ici quelques mois, il aura eu l’intelligence de changer, certes, mais si les PSocialistes étaient intelligents, 1) ils seraient au pouvoir depuis longtemps 2) ils ne seraient pas aussi arrogants et sûrs d’eux (marque de fabrique du PS) 3) ils ne seraient pas PSocialistes. Donc ça me parait assez peu probable, en fait.

Pour être en phase avec l’opinion, il faut dire ce que « les gens » attendent d’entendre, ou se débrouiller pour que ce qu’on dit soit ce que les gens ont envie d’entendre.  Après, la réalité de ce qui est fait ou du programme peut être toute autre, mais c’est secondaire pour quelqu’un qui ne s’informe pas correctement. Marine le Pen et le national socialisme plus généralement, c’est tout à fait ça.

Je vois deux grandes hypothèses, maintenant. Non, trois en fait, il y en a une qui est le croisement des deux.

Première hypothèse : le PS n’arrive décidement pas à être en phase avec l’opinion, il a désigné un candidat ou une candidate playmobil mou tout sauf volontariste. Sarkozy, lui, sait le faire, il reprend la main dans la campagne, et il est réélu. Le PS se sera vautré pour la quatrième fois consécutive à la présidentielle.

Deuxième hypothèse : Le rejet de Sarkozy est tellement fort qu’il ne réussit pas à reprendre la main sur l’opinion, et étant donné qu’une cruche en terre cuite ou un rouleau de PQ serait élu contre lui, le candidat PS en face est donc élu. Et là, patatras. Demandons nous une petite seconde quel genre de politique les PSocialistes peuvent faire. Je n’en vois qu’une : la politique menée actuellement partout en Europe, la politique de Sarko et de l’UMP. La rigueur. D’ailleurs, en conformité avec l’Union Européenne, ses traités, le FMI et consorts, le prochain gouvernement élu sera obligé de mettre en place un plan de rigueur et de renoncer à à peu près toutes les mesures qui demanderaient au moins un euro d’investissement. Du moins s’il ne souhaite pas rompre avec les institutions précédemment citées et les respecter à la lettre en faisant chaque jour une prière et des courbettes devant. (l’orientation actuelle du PS, quoi) . Donc ouste toutes les belles éventuelles promesses faites par les PSocialistes, place à la rigueur. Et là, ça me fait mal rien que d’y penser. Le « la politique, c’est tous pourris tous pareils  » va grimper en flèche, la gauche va sombrer une fois encore, bref, c’est peu réjouissant. Résultat des courses, le PS se vautre.

Remarque au passage : ça me fait rire quand je vois Alexandre dire que le PS sera dépensier, quand on voit ce que l’UE et les banksters nous préparent.

Troisième hypothèse, mixte des deux précédentes, donc. Le rejet de Sarkozy est très fort, mais la mainmise sur les médias&sondages de l’idéologie dominante est telle que la seule candidate anti-sarkozy crédible qu’ils laissent apparaître est Marine Le Pen. (il est d’ailleurs amusant de voir les médias faire quotidiennement campagne pour elle ces derniers temps). Le PS, toujours victime de sa médiocrité et de son incapacité à se mettre en phase un minimum avec l’opinion, ne passe pas le second tour et Sarkozy est réélu. Le PS se vautre.

Quatrième hypothèse : même que la précédente mais avec une percée du Front de Gauche et de Mélenchon avec (où à la place de) celle de Marine le Pen. C’est l’hypothèse à laquelle je travaille, et que je souhaite, mais on verra. Mais là aussi le PS se sera vautré.

Bref, voilà pourquoi l’idée du PS au gouvernement ne me fait guère envie. Et aussi pourquoi quand j’en entends dire « unité autour du PS pour qu’il soit au second tour (pour y perdre ?) et qu’il gagne la présidentielle », je dis « non, surtout pas, vous allez nous entrainer dans votre chute ! ». L’idée est affinée par ceux qui avancent « les états majors doivent se mettre d’accord et élaborer un programme commun, en faisant des compromis entre les différents programmes, c’est normal de faire des compromis ». Bigre. des compromis entre ceux qui disent « non il ne faut pas rompre avec les traités européens » et ceux qui disent le contraire ? Ça donne quoi ça ? une demi rupture ? de l’eau seche ? un cheval sans jambes ? un ordinateur portable de 50kg ? Une télé sans écran ? Sans blague, faudrait réfléchir avant d’écrire, parfois. De toute manière, la vraie question, c’est le rapport qu’on a face aux banksters et leurs laquais, tout le reste, c’est de l’enrobage et de l’enfumage par ceux qui ne veulent pas parler du fond parce qu’ils y sont mal à l’aise.

Je ne vois guère que deux personnes pour éviter l’un de ces scénarios catastrophe pour le PS. L’un est Jean Mallot, parce qu’il a de l’humour, et que je l’apprécie beaucoup (et puis il a la même profession que moi à l’origine ! Ah, corporatisme, quand tu nous tiens…). Mais l’humour ne suffira peut être pas à nous sortir de là, (encore que…) Le second est Arnaud Montebourg, parce qu’il a le courage de ses opinions. Mais il a sans doute trop merdé et zigzagué par le passé et s’est un peu égaré chez Royal, certains auront du mal à le lui pardonner (pas moi, il suffit qu’on me parle à gauche, et je vous aime, je suis un vrai naïf). Si le PS soutient Mélenchon dès le premier tour aussi sans trop se mêler de la campagne, ça peut être évité, aussi, mais cf l’arrogance de plus haut, c’est peu probable.

Voilà aussi pourquoi je trouve qu’il serait complètement suicidaire pour le front de gauche d’aller se mouiller dans un gouvernement PS si jamais il gagne en 2012, ceux qui le souhaitent au PCF manquent cruellement de discernement.

bon, allez, votre avis m’intéresse beaucoup sur ce sujet. Alexandre et Alboss aussi. Promis, j’essaie de ne pas mordre. Pas trop fort, en tout cas.

Sinon, à lire, trois petits trucs : Pourquoi je ne voterai pas utile en 2012, par monsieur Jo, un excellent dézinguage de « l’Unité 2012  » et comme d’habitude, un excellent billet de CSP

Edit : On est le 29 mai, anniversaire du référendum de 2005 et des 55% de non ! Et donc un rappel de plus de l’incapacité totale du PS de se trouver en phase avec la population… (ils ont fait passer le traité de Lisbonne, copie du TCE, en 2008…)

[Malaberg] pendant le spectacle DSK, les « socialistes » s’amusent…

l’article de Des Pas Perdus qui suit est criant de ludicité. Je me permets donc de le reprendre intégralement à mon compte

Assister à la chute d’un puissant est un spectacle fascinant.

Une véritable aubaine pour les médias dominants avec un ratio « remplissage de la rubrique informations politiques – coûts de fabrication » plus qu’avantageux : une équipe locale devant une taule de NYC, reprise des images de la tv américaine, rediffusion des archives et organisation d’émissions spéciales qui n’apportent rien de nouveau.

Malgré tout, le spectacle DSK demeure passionnant.

bilan.jpg

Bien-sûr, nous ne savons pas encore si DSK est victime d’une machination ou si cette femme est victime de DSK.

Bien-sûr, nous devons compatir…

Rester mesurés…

Parallèle avec l’affaire Polanski…

Aux avant-postes BHL, J. Lang, JF Kahn, tous les médiacrates à pubs et les intellectuels de marché qui s’indignent que la justice frappe l’un des leurs.

Cruelle désillusion chez ces oligarques, habitués à dicter leur loi et qui imaginaient DSK à l’Elysée, via des sondages bidonnés, des médias dominants très complaisants, et toute la cohorte des suiveurs et des béni-oui-oui… Parce que ces dernières semaines, , la candidature de DSK était devenue un secret de polichinelle dans les milieux bien informés !

Cruelle désillusion « socialiste » : 70 % des militants socialistes seraient convaincus que l’ex-sauveur de la gauche, l’ex-futur vainqueur de la présidentielle 2012, car les sondages, chers amis, c’est scientifique, bref, que DSK est victime d’un complot.

Effarant. Stupéfiant. Parmi les militants socialistes, il y a une très forte proportion d’élus… de gens « responsables » et réfléchis adeptes de la théorie du complot !

Après la phase de la stupéfaction indignation, l’après DSK s’organise.

manifesto1.jpg

Hollande devient le favori des… Aubry aussi… Quant à Royal… Borloo Bayrou

Les lieutenants de DSK et leurs affidés vont devoir choisir une nouvelle monture, adapter leur plan de carrière, montrer leur bonne volonté, caresser dans le sens du poil le/la nouvel-le élu-e !

La vague sondagière va déferler.

Dans quelques jours, toutes les nouvelles combinaisons sans DSK seront détaillées. Toutes, en prenant soin d’écarter le Front de gauche parce qu’il ne faudrait pas que les choses changent en changeant ! Rappelez-vous que DSK et Cie c’est chic démocratique, et que Mélenchon et les classes populaires c’est populiste !

Aussi, les médias dominants organiseront le « débat » autour des données sondagières. Des drames et des espoirs naitront dès qu’untel aura perdu ou piqué un ou deux points par rapport au sondage précédent !

Le spectacle sera passionnant !

Rassurez-vous, les idées, les programmes, les propositions sont accessoires dans ce grand cirque médiatique.

politic_graff1.jpg

Nul doute que les médiacrates, certains left-blogueurs, et les supporters des uns et des autres appelleront à l’unité de la gauche, voire au candidat unique dès le 1er tour pour battre Sarkozy… même s’ils savent que leur champion-ne pratiquera la même politique que Sarkozy dans le cadre merveilleux du traité de Lisbonne.

Situation paradoxale et ironique. Pendant que DSK est en taule, la vie politique française s’américanise, le PS est devenu un parti de supporters avec des postulants au titre de candidat officiel. Sympathisants et militants, obnubilés par le court terme et les sondages, confondent la politique avec le sport : peu importe les idées défendues pourvu que leur champion l’emporte.

Exit le dumping social, les délocalisations, le pacte de stabilité et de croissance, le contrôle des budgets nationaux par l’UE, les politiques de régression sociale menées par les camarades socialistes en Europe !

Place au spectacle des primaires…

Raciste ou pas ?

Alors que la vindicte populaire et l’acharnement du média de la transparence (dont la transparence aux relents de dénonciations staliniennes et de chasse aux sorcières ferait pâlir d’envie n’importe quel Wikileaks) et du goudron et des plumes, alias Mediapart (le média de ce parangon de vertu, Edwy Plenel, que je rêve de voir embourbé dans la même merde qu’il inflige aux victimes de ses indignations compassionnelles et vendeuses d’abonnements), cette incarnation d’honnêteté journalistique, frappait Laurent Blanc, j’ai entendu une petite histoire à la radio, révélatrice de notre état d’esprit.

Imaginez l’ambiance des vestiaires de l’équipe de France en 1998, après la finale, une fois la coupe remportée… Maintenant, imaginez un joueur quelconque, de « couleur » (parce que « noir » , ce serait sans doute raciste, non ?), qui s’adresse à ses coéquipiers et, empli d’enthousiasme, lance une idée : « Et si nous faisions une photo avec tous les Blacks de l’équipe autour de la coupe ? » . Jusque là, peu d’entre vous seront choqués, et ça semble même plutôt sympa.

Maintenant, imaginez qu’un autre joueur, blanc, s’adresse à ses coéquipiers en ces termes : « Et si nous faisions une photo avec tous les Blancs de l’équipe autour de la coupe ? » . C’est bon ? Et maintenant ? Trouvez-vous l’idée sympa, ou l’envie de crier au racisme vous saisit-elle ? Si vous êtes dans le 2e cas, rassurez-vous, vous avez un comportement normal dans notre société endoctrinée par l’idée d’un racisme « à sens unique » .

C’est étonnant, non, comme notre jugement sur des propos aussi banals peuvent différer selon qu’ils concernent un « blanc » ou un « noir » ? Et vous trouvez ça normal ?

Maintenant, dites-vous que celui qui a eu l’idée de la « photo des blacks » était Lilian Thuram, le même qui ramène aujourd’hui sa fraise pour enfoncer ce pauvre Laurent Blanc dans les médias, et qui a encore perdu une occasion de se taire. Qui est le vrai raciste ?

Soit il est tout autant acceptable de parler de « blancs » que de parler de « noirs » , soit on refuse les deux. Mais il n’y a pas de racisme à sens unique.

Maintenant, rien d’étonnant à ce que les associations anti-raciste et panurgistes traditionnelles s’indignent, se scandalisent, s’insurgent contre Laurent Blanc et ses acolytes. Tous ces procès en racisme sont une épatante source de financement pour eux. Pour reprendre les propos de Corto :

Le secrets de ces 2 affaires: le pognon !

les assoc’ en question ne vivent que de 2 choses: les subventions publiques et les gains obtenus en procès.(j’avais trouvé le bilan d ces associations c’est éloquent)

Mediapart est tout juste à l’équilibre, faire ce genre de coup, en ne divulguant qu’au compte goutte ses infos, a trouvé le système pour augmenter le nombre de ses abonnés.

Dans un cas comme dans l’autre c’est pitoyable

Et notre justice suit le mouvement avec béatitude, préparant déjà la réussite des thèses nationalistes et frontistes, basées, on le sait, sur ce sentiment qu’il y a une différence de traitement, une différence de considération, entre les uns et les autres… Comment on dit déjà ? Ah oui, de la discrimination.

Pauvre pays.

A propos de Laurent Blanc, puisque je ne fais qu’affleurer le sujet, je vous renvoie à l’instructive lecture de mes camarades l’Hérétique, Nicolas, qui revient sur le terrorisme intellectuel de l’anti-racisme, Corto, Nick de Cusa de l’excellent Contrepoints, et enfin, Xerbias, qui joue au jeu du « Ni oui, ni non, ni blanc, ni noir »

[Malaberg] Comment faire monter la Marine en neige

Article très court, pour une fois. C’est une recette de cuisine.

Prenez une présentatrice dont la bêtise et la suffisance ne sont plus à démontrer, qui est à peu près unanimement détestée par toute personne ayant un peu de jugeote, au hasard, madame Arlette Chabot si vous ne trouvez personne d’autre, prenez un autre dinosaure, lui même complètement prétentieux, imbus de lui même, antipathique et méprisant qui arbitrait déjà les débats entre Jacques Chirac et Georges Marchais à l’époque où ils n’en étaient eux même qu’à leurs débuts, et invitez donc Marine le Pen. Vous avez donc là deux bons outils pour battre la Marine en neige.

Laissez ces deux là parler quelques minutes avec la Marine, et je vous garantis que le plus gauchiste des téléspectateurs se trouvera en empathie avec cette dernière plutôt qu’avec les deux batteurs en neige. Résultat, le lendemain, tout le monde la trouve sympathique, la pauvre, ils ont quand même étés plus qu’injustes avec elle…

La bonne nouvelle, c’est que ça marcherait sans doute avec n’importe qui d’autre, fut-ce Sarkozy. (qui a tort au demeurant, de demander à ses interviewers d’être comme des carpettes au lieu d’être injustes, ça le dessert beaucoup). Mais pourquoi faut-il donc que l’on utilise cet outil justement avec Marine ? Peut être parce qu’au final, elle est utile

[Alboss] Entre Pulvar et pouvoir…

Etant grand passionné des médias, j’ai évidemment suivi le dernier grand débat qui anime le microcosme médiatique : la suspension d’antenne infligée à Audrey Pulvar. Oui, infligée. C’est une véritable baffe qui a été infligée à Audrey Pulvar, à ses vingt années de métier caractérisées essentiellement par le succès et le professionnalisme. Lire la suite

%d blogueurs aiment cette page :