[Malaberg] Bayrou, tout un programme

le génial Bayrou n’a au final rien inventé, n’en déplaise à l’hérétique, qui n’a cependant pas compris, à mon sens, ce que Mélenchon disait dans la vidéo ci dessous.

 

 

A titre informatif, je recommande la lecture de cette excellente brochure, sur bayrou…

Publicités

[Malaberg] Adieu Danielle…

… tu nous manqueras.

Sa mort me rend éminemment triste. Je l’avais vu à la fête de l’huma, pas cette année mais celle d’avant.

Une vraie résistante, jusqu’au bout. Et sans concession, et toujours avec lucidité…

Adieu, Danielle…

[Malaberg] Et voilà : plus qu’un gouvernement social démocrate en UE…

Comme je l’avais dit (mais je pensais pas que ça irait si vite), les sociaux-démocrates n’ont pas tardé à perdre leurs derniers  gouvernements dans l’UE.

Hop, L’espagne passe officiellement au PPE !

Si je rappelle que, parmi les quatre gouvernements que le citais dans le précédent billet (Grèce, Espagne, Autriche et Slovénie), deux étaient déjà tombés : Papandréou été débarqué par les dieux marchés il y a quelques semaines et remplacé par un technicien de Goldman Sachs (donc super à gauche, naturellement) qui gouverne avec le PASOK, la droite et l’extrême droite, et le gouvernement slovène avait été renversé par une motion de censure le 20 septembre (elections le 4 décembre, on va rigoler).

Donc, il ne reste plus que le premier ministre autrichien qui soit social démocrate dans l’UE ! Quand on sait qu’il s’appuie sur une coalition avec la droite, on peut douter du gauchisme de sa politique.

Et il y a toujours un gouvernement Communiste dans l’UE : celui de Chypre!  (qui a gagné les dernières législatives), huh.

Bref, il reste un gouvernement pseudo socialiste, un gouvernement relativement communiste, mon pronostic n’était pas si mauvais, non ? (avis à ceux qui se moquaient sur l’autre article…) Communistes et socialistes sont a égalité, un chacun ;-)

sur l’espagne : le PSOE fait la gueule, le PP est content…

Et les camarades des la Izquierda Unida (IU) multiplient par 5 leur représentation parlementaire !

Je souhaite bon courage aux espagnols pour résister à toutes les saloperies que ne manqueront pas de leur faire subir le pardido popular et Mariano Rajoy… C’est dingue : il se débarrassent du catastrophique Zapatero pour trouver pire !

petit gag: la télé s’est amusée avec la date : en effet les elections de 2011 on lieu le 20/11… d’où les 20.11 ambigus affichés partout.

[Malaberg] le travail, ça tue…

je crois que cette vidéo l’illustre plutôt pas mal. Une fois n’est pas coutume, merci libé.

Licenciements à Montataire

10 bonnes raisons de voter François Hollande

Sollicité par Val’ et l’Hérétique, je réponds ici à une chaîne visant à trouver 10 raisons « de ne pas voter Flamby » . Mais je trouve nettement plus drôle (esprit de contradiction, anarchie) de vous donner 10 très, très bonnes raisons de voter Babar. Lira en filigrane qui pourra…

  1. Si François devient Président, on nous servira du « care » , du sirupeux, du carton pâte, et le décor qui cache notre totale déchéance sera sans doute très esthétique et maternant, pendant que notre gentil capitaine de pédalo (et c’est pas moi qui le dis) ramera.
  2. Si François devient Président, on sabotera enfin l’un de nos derniers succès technologiques, le nucléaire, et il était temps, puisque nous sommes peut-être sur le point de trouver comment produire 1000 ans d’énergie simplement en recyclant nos déchets accumulés (malheureusement, je ne trouve pas la source papier que j’ai lue sur Internet, mais j’approfondirai mes recherches, promis), et on rejoindra enfin nos amis allemands dans notre course à la pollutions écolo-responsable des centrales à charbon.
  3. Si François devient Président, la droitosphère va pouvoir enfin s’amuser et se venger de toutes les turpitudes qu’elle a subi à force de passer pour l’avocat du diable.
  4. Si François devient Président, il est possible que les Libéraux comprennent que le PS est encore plus désastreusement socialiste que l’UMP.
  5. Si François devient Président, il est même possible que l’UMP, pour se distinguer de la bouillie socialisante qui se profile, soit obligée de s’ouvrir à ces idées bizarrements sous-exploitées dont regorge le Libéralisme.
  6. Si François devient Président, on sera certains que les grands sommets et accords internationaux seront gérés avec autant de maestria que l’accord avec Europe Eco-lol-gique.
  7. Si François devient Président, les Français auront enfin ce qu’ils ont tant réclamé : un président moyen donc forcément médiocre, mou et sans caractère, après l’hyperactif Sarkozy. On va tous gentiment se reposer les méninges en regardant le pays couler.
  8. Si François devient Président, je me délecterai à le voir tenter de ménager la chèvre du pragmatisme budgétaire et le chou de sa gauche, pendant que cette même vrai gôche se réveillera, en réalisant que François mène peu ou prou la même politique que Sarkozy, en peut-être plus hypocrite, tandis que notre chère intelligentsia gaucho-médiatique et illibérale se contorsionnera de façon formidâââble (comme dirait notre éternel ministre de la boboïtude culture).
  9. Si François devient Président, les réactions de la gauchosphère seront sans doute captivantes à suivre, de même que la stabilité de l’inévitable majorité nébuleuse du précaire rassemblement d’entre-deux-tours antisarkozyste (et dont l’antisarkozysme est le seul liant), pendant que la droite récupèrera toutes les collectivités locales, qui tomberont aussi vite que la cote de popularité de François.
  10. Si François devient Président, surtout, et c’est le plus drôle, Sarkozy a toutes ses chances pour 2017, et vraiment, ce serait le plus beau retour de manivelle de toute l’histoire de la Ve République.

D’ailleurs, toute cette histoire de campagne socialiste commence déjà sérieusement à sentir le brûlé. La sentez-vous venir, cette familière odeur de cramé et de ségolénitude, amis socialistes ?

Après cette note de légèreté, je profite de cet article pour m’étonner des propos de l’Hérétique sur l’un de ses derniers articles, qui m’ont considérablement surpris. Mettre sur le même plan le « j’aime pas les riches » de François (qui en fait partie, singulière schizophrénie…) et la lutte contre la fraude de Nicolas, c’est pour le moins bizarre, à mon sens. Enfin, quoi. Je préfère largement vivre dans un pays de riches que dans un pays de fraudeurs. Un pays de riches est rarement moins viable qu’un pays de fraudeurs (demandez aux grecs, dont c’est malheureusement l’un des sports préférés, btw). Alors, certes, ce n’est pas LA cause de notre situation désastreuse. Mais si quelqu’un, qui qu’il soit, tente de trouver LA cause de tous nos malheurs, je lui souhaite bon courage, tant la merde actuelle est le résultat complexe et minutieusement préparé d’un nombre remarquable de tares nationales. Est-ce une raison pour ne pas combattre la fraude ? Non… Est-ce injuste de stigmatiser une partie des Français ? Oppose-t-on (comme on l’entend tellement souvent à tout propos) les Français les uns contre les autres ? Pas davantage. Par contre, là où il y a injustice, là où on oppose les Français entre eux, c’est quand on tolère que les uns payent pendant que les autres trichent, dans notre soit-disant pays ultra-néo-turbo-libéral (< article à lire ab-so-lu-ment). C’est comme ça que je vois les choses.

Alors comme ça, augmenter d’un jour la durée de carence pour les fonctionnaires, c’est stigmatiser ces pauvres choux ? Comment peut-on tolérer, au pays du culte de l’égalité, que la fonction publique bénéficie d’une couche indécrottable de privilèges sur le secteur privé qui le finance largement ? Passer de 0 à 1 pour le public, et de 3 à 4 pour le privé, c’est une énorme connerie. C’est là que se nichent les véritables injustices de droits et de statuts, et que l’on crée aussi de la fracture sociale. 2 et 2, un point c’est tout !

Quant à cette chaîne, je la suggère à Malaberg, Alboss, et à tous ceux qui, au-delà de ce Blog, se sentent inspirés. Je les lirai, comme toujours, avec plaisir (et comme toujours, quand j’aurai le temps). ;-)

[Malaberg] Ok, je vote blanc…

Ils sont marrants, les PSocialistes. Je viens de faire, un peu par hasard, une revue des blogs PS. Il y en a un certain nombre qui s’acharnent à montrer que la candidate adverse n’est pas de gauche, ou que le favori ne l’est pas non plus (rassurez vous, j’en étais déjà convaincu pour celui là, et la présomption était très forte pour l’autre), voire qu’aucun des deux ne l’est, ce qui a le mérite de la franchise, qualité qui me tient à coeur.

Bon, et bien puisque tout le monde a à cœur de prouver, à moi et aux autres électeurs de gauche que le PS s’apprête à investir quoi qu’il arrive des candidats « pas de gauche », donc que le PS adhère tellement aux idées de gauche qu’il est de bon ton d’investir des candidats qui ne s’y retrouvent pas, je suppose que je suis moralement déchargé de tout devoir électoral un dimanche de second tour d’élection nationale, si par malheur ma tendance est éliminée, non ? (1)

Pour paraphraser ce gros susceptible de Jegoun, qui ne répondra pas mais qui j’en suis sûr me lira (ach, la kuriosité…)

« On a aussi un deuxième tour à passer, en mai 2012. On y arrivera pas en dénigrant les électeurs, en disant à 50% d’entre eux qu’ils n’aiment pas la démocratie. »

J’ajouterai un petit conseil, pour lui éviter, à lui et ses consorts sympathisants PS, de dégouter d’autres gens comme moi « ce n’est pas en disant aux électeurs de gauche qu’ils sont bien gentils mais que seuls ceux de droite et du « centre »(2) sont dignes d’attention de la part du candidat PS que vous allez « passer » quoi que ce soit… »

Donc, c’est clair, le 22 avril, je vote Front de Gauche, et, si nous ne passons pas le premier tour, le 6 mai… cf titre.

Qu’en penses tu, Alexandre ?

EDIT : Je viens de voir que les blogueurs « centristes »(2) apprécient aussi nos deux PSocialistes « pas de gauche ». Ouille. Ma décision est donc d’autant plus sage.

(1) en gros, si on ne retrouve ni Mélenchon, ni Joly, ni Poutou, ni Arthaud au second tour…

(2) je rappelle que, pour moi cette notion n’existe pas, d’où les guillemets.

[Malaberg] Le 11 septembre… 1973. Et les autres.

Et oui, le 11 septembre n’est pas une date qui a été privatisée par les américains… Il s’en est passé des trucs le 11 septembre !

Allez, je prends quelques petits truc par ci par là (merci wikipedia) choisis très arbitrairement comme de coutume :

naissance de Pierre de Ronsard, Jacques Gaillot, Brian de Palma…

Morts de Georges Guynemer, Nikita Khrouchtchev, Salvador Allende

En fait, ce qui m’intéresse le plus ici, c’est le 11 septembre 1973. Que s’est il dont passé ce jour là ?

Vous trouvez ?

Toujours pas ?

La réponse est au dessus pourtant !

Le 11 septembre 1973, c’est le jour du coup d’état militaire au Chili, où, encouragé et soutenu par les états unis (la CIA), le Général Augusto Pinochet a renversé le président Salvador Allende, et entrainé la mort de celui ci. (Mort sujette à caution : officiellement, il s’est suicidé, ça arrange pas mal de monde, mais personnellement, je pense que le suicide ne se commet qu’en cas de grave problèmes internes qu’on ne peut plus affronter, et je ne pense pas qu’Allende entre particulièrement dans cette catégorie, au vu de son passé, il était plutôt du genre à affronter l’adversité)

Pour info, voici en quoi consistait le plan gouvernemental d’Allende (merci encore vous savez quoi)

  • l’augmentation des salaires de 40 à 60 %
  • la nationalisation à grande échelle de certaines industries (notamment le cuivre, principale exportation du Chili),
  • la réforme du système de santé,
  • le blocage des prix,
  • la réforme du système d’éducation, poursuivant les réformes entreprises par son prédécesseur Eduardo Frei Montalva,
  • des mesures diverses telles qu’un programme de lait gratuit pour des enfants (à raison d’un demi litre de lait par jour et par bébé),
  • une tentative de réforme agraire,
  • un nouvel « impôt sur les bénéfices » est créé,
  • un moratoire sur les remboursements de la dette extérieure et la cessation du paiement des dettes auprès des créanciers internationaux et les gouvernements étrangers.

Moi ça me semble en grande partie toujours d’actualité !

Ce coup d’état, c’était le début d’un régime gentiment fasciste (muni entre autres de camps de concentration, dont le monopole ne saurait être laissé aux européens), d’une féroce répression contre tout ce qui pouvait être de près ou de loin de gauche dans ce pays, (et dans les autres ! Cf l’opération Condor), et de la création d’un laboratoire (de plus) du néolibéralisme dans ce qui était la chasse gardée des états unis.

Bon, j’oublie plein de choses probablement, le nombre de victimes de la répression, un système social encore en vigueur aujourd’hui qui provoque des émeutes (entre autres l‘éducation au portefeuille : si celui de tes parents est gros, tu peux faire des études à 15000$ l’année, au minimum) la suppression du divorce…

Ce coup d’état était aussi une grande catastrophe psychologique pour la gauche européenne, qui se demanderait ce qui se passerait si jamais elle arrivait au pouvoir. Mon père me racontait que le 11 mai 1981 au matin, l’inquiétude était telle que le colonel de la caserne où il faisait son service militaire était venu préciser « l’armée en France est Loyaliste ! ».

Bref, puisqu’une catastrophe doit être célébrée le 11 septembre, je pense que celle du 11 septembre 1973 le mérite.

Je ne comprends pas pourquoi l’on fait tout un tintouin autour du 11 septembre 2001. D’accord, il y a eu quelques milliers de morts. Mais qu’avaient ils, eux, pour que leur mort soit plus importante que celle des bosniaques, tchétchenes, kosovars, et j’en oublie, qui sont morts à la même époque ? En quoi leur mort est elle plus importante que le génocide perpétré en 1965 en Indonésie ? (QUEL MEDIA en parle, de celui là, hein ?) Pourquoi parle-t-on plus d’eux que de la famine en Afrique, particulièrement en Somalie ? Des morts du Darfour ? (et j’ai oublié 99,99% minimum des évènements au moins aussi importants qui mériteraient une attention au moins aussi importante)

Le problème, c’est que même dans la morts, les gens ne sont pas égaux. Si t’es mort dans le world trade center en 2001, on parlera de toi pendant des années. Si t’es mort de faim à 6 mois, 6 ans, ou 20 ans en Somalie, on ne parlera même pas de toi. D’ailleurs, qui se rappellera ton existence ?

Allez, s’il faut célébrer une catastrophes et des morts ce 11 septembre, au moins que ce soit celle de gens qui tentaient de construire un monde meilleur…

J’aimerais savoir ce que quelques blogueurs de gauche pensent de tout ceci… (ainsi qu’Alexandre aussi !)

%d blogueurs aiment cette page :