De la notation des agences de notation

Il suffit de reluquer 5 minutes de l’émission d’ennui vespéral « On n’est pas couché (mais on aurait mieux fait) » pour admirer une magnifique tarte à la crême française, servie non sans panache avec beaucoup de chantilly, de larmes à l’oeil et de certitudes : « mais qui note les agences de notation, hein ? Hein ? » , « parce qu’elles n’ont aucune fiabilité, hein. HEIN ? » . Alors dans un but didactique, j’ai décidé d’écrire un super jeu de rôle, en simplifiant à dessein les questions économiques. Dans les rôles principaux, Malaberg, et moi.

Imaginons, dans un élan de folie, que Malaberg et moi ouvrions notre propre agence de notation (oui, je trouve l’idée très drôle). Régulièrement, nous ferions savoir publiquement ce que nous pensons de la solvabilité des Etats. Fun, non ? Aurons-nous une influence sur les choix des investisseurs ? Même adoubés par l’état français (Malaberg peut être très séduisant auprès des ministres), sommes-nous certains que nos choix seront observés attentivement par les bourses ?

D’où vient la crédibilité des agences de notation ? Qui juge de la légitimité de leurs points de vue ? Les marchés eux-mêmes. Les agents du marché peuvent choisir, ou non, de se fier aux jugements des agences de notation. S’ils nous jugent crédibles, ils se fieront à Malaberg et moi. S’ils jugent Fitch crédible, ils se fieront à leurs notes. Le jour où ces agences seront perçues comme défaillantes … les marchés ne réagiront plus. Les agences n’obligent pas les marchés à adapter leurs taux d’intérêt : la meilleure preuve est que les taux de la France se sont déjà envolés, avant même la dégradation officielle de la note du pays.

Ce sont donc les marchés, les coupables ? Oui, mais au juste, qui a obligé les États à emprunter ? Tenez. Le Japon lui aussi est sur-sur-surendetté. Oui, mais surtout auprès des citoyens japonais, et relativement peu vis-à-vis de l’étranger. C’est un choix. Et nous avons fait le choix de nous endetter auprès des marchés. Personne ne nous y a obligé. On aurait même pu s’assurer de ne pas dépendre des marchés, en faisant coïncider notre budget avec nos rentrées fiscales. Critiquer les marchés financiers, c’est comme si on se tirait une balle dans le pied et qu’on accusait le pistolet. Et en s’en prenant aux agences de notation, on attaque le type qui nous prévient qu’au-delà de 6 balles dans le même pied, ça commence à picoter.

Parce que dans le fond, quelle est l’erreur des marchés financiers, quand ils augmentent les taux d’emprunt de la France ? Prêteriez-vous des milliers d’euros, les yeux fermés, à quelqu’un que vous savez insolvable, et qui emprunte pour vous rembourser (en envisageant même de vous prendre de force de l’argent pour vous rembourser) ? Leur erreur, c’est leur trop grande patience. Ca fait longtemps que les taux français auraient dû s’envoler. Les marchés ont été beaucoup trop gentils. Ils auraient dû s’inquiéter avant.

Et la faute de nos dirigeants, c’est de n’avoir jamais pris en compte le fait que leurs politiques déraisonnables mettaient en péril l’indépendance et la souveraineté nationales. Sincèrement, imaginaient-ils ce train de vie viable sur le moyen-long terme ? Alors il fallait faire des choix : faire fi de notre pression fiscale (la plus élevée d’Europe, Champomy !) et de notre dépense publique (la plus élevée d’Europe, Champagne !) et augmenter les rentrées pour continuer à dépenser, OU baisser les dépenses. Que chacun choisisse son camp, mais que chacun choisisse, surtout. C’est arithmétique.

A ce propos, j’ai toujours trouvé étonnantes les réactions d’une partie de la gauche, qui affirme ouvertement, fortement, théâtralement, qu’ELLE, elle résisterait aux marchés, et qu’elle ne se plierait pas à leurs diktats pour conserver une bonne notation par les agences. A l’extrême rigueur, c’est un discours que pourraient tenir les libéraux : « faites-nous les taux que vous voulez, parce qu’on n’a quoi qu’il en soit pas prévu de faire appel à vous très souvent » . Mais la gauche oriente souvent son action vers plus de dépense publique (qu’on l’approuve ou non, c’est pas un jugement de valeur … ici). Donc elle a besoin, plus que les autres, que les taux soient aussi favorables que possible ! Car enfin, si on envoie les marchés se faire foutre, pensez-vous qu’ils accepteront encore volontiers de nous prêter de l’argent par la suite ? Et quand ils refuseront (ou nous soumettront à des taux insupportables), où la gauche ira-t-elle chercher l’argent ? Ah, peut-être serez-vous capable de m’exposer quelques pistes … mais pourquoi personne n’a pensé à le faire avant, dans ce cas ?

Et, entre nous, avec nos records de dépense publique et de pression fiscale, si cette méthode et ce modèle étaient bénéfiques, on aurait fini par s’en rendre compte non ? Parce qu’a priori, on ne surclasse pas le reste du monde, hein. Enfin, je ne crois pas.

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :