DSK est de retour (et pas que lui)

Au cas où vous n’auriez pas été en contact avec la radio ou la télévision depuis plus d’une semaine, je vous rappelle les deux principales informations du moment : c’est la Rentrée (si, si), et DSK est rentré en France. Quant à moi, je suis rentré aussi, mais j’ai encore un peu de répit avant La Rentrée. Vous suivez toujours ?

Un superbe sujet de conversation autour de la machine à café peut être de spéculer sur les futures déclarations de DSK à la Presse (et sur la date de ces déclarations). En tous cas, c’est une attente qui plonge les médias dans une sorte de transe. Quant aux Français, je crois qu’ils commencent sérieusement à s’en foutre. Mais je finirai par croire que le fossé entre les préoccupations journalistiques et populaires s’accroît encore plus vite que celui qui sépare la finance de l’économie réelle.

Honnêtement, qu’attendez-vous des déclarations de DSK ? Qu’il avoue avoir violé une femme de chambre ? Attendez-vous de sensationnelles révélations ? Nous n’aurons rien d’autres que des propos convenus et parfaitement ciselés par une armada d’avocats et communicants. En bref, nous aurons du vent à peine brassé. Pas de quoi casser trois pattes à un canard.https://i1.wp.com/www.dessinateur.biz/blog/wp-content/uploads/2011/09/817_il_revient.jpg

Hier soir, j’ai regardé Ce Soir ou Jamais, l’émission culturelle (et légèrement bobo) de Frédéric Taddeï (la revoir en ligne). C’était assez drôle dans l’ensemble, surtout à propos de DSK. Surtout quand le duel verbal a opposé Raphaël Enthoven, arrogant et trop sûr de lui, et le génial Guy Sorman, oasis de sagesse libérale.

C’est Sorman qui a envoyé la première estocade. Il s’étonne de l’ « imposture DSK » , de l’attente messianique qu’a suscité l’ancien patron du FMI, considéré par beaucoup comme le meilleur économiste de France, auréolé de sa gloire toute FMIenne.  D’après l’auteur de Wonderful World, DSK n’a jamais rien apporté à la connaissance économique, ni en tant que professeur, ni en tant que ministre, ni même en tant que directeur du FMI. Celui que les Français attendaient comme le sauveur n’a jamais rien raconté d’original sur la crise, il n’a fourni que des explications réchauffées et conventionnelles.

Enthoven s’est soudain mué en grand défenseur d’une « présomption d’innocence » prétendument bafouée. Nous sommes tentés de lui répondre que ce principe est très visiblement à géométrie variable, et qu’il est certes visiblement plus confortable quand il s’agit d’un homme célèbre « de gauche » et moins souhaitable lorsqu’il s’agit d’un homme célèbre de droite (Woerth ? etc) ou d’un délinquant ordinaire accusé de viol dans sa banlieue… Par ailleurs, quelle vision de la Justice Enthoven défend-il ? Considère-t-il la justice (en tant qu’institution) comme l’alpha et l’oméga de la vérité ? Comme l’a déjà avancé Hashtable par le passé, la « présomption d’innocence » ou une quelconque décision judiciaire (humaine, donc faillible), n’empêche pas chaque individu de se forger sa propre opinion sur les faits, et d’en tirer ses propres conclusions. Le fait que Dreyfus ait été d’abord condamné n’a jamais -Dieu merci- empêché de croire en son innocence. De même en ce qui concerne l’affaire Outreau (qui fait l’objet d’un film glauque en ce moment au cinéma). Alors chacun est juge de penser ce qu’il veut quant à DSK. Puisque personne, à part les deux intéressés, ne saura jamais ce qui s’est passé dans cette chambre.

A ceux qui se plaignaient, avec des trémolos dans la voix, du lynchage médiatique de DSK, d’autres intervenants ont jugé bon de rétorquer que c’est DSK lui-même qui s’est exposé vis-à-vis de l’opinion publique, notamment à l’occasion de ce fameux (publi-)reportage de Canal+. S’il accepte de s’afficher dans son intimité, en train de cuire un steak avec son épouse, il doit aussi accepter d’être jugé sur ses frasques privées. DSK ne récolte que ce qu’il a semé. Il aurait été plus judicieux de s’inspirer de Martine Aubry, qui a toujours résisté à la mise en pâture de sa vie de couple.

Autre débat, celui sur la « théorie du genre » . Entendre un sociologue répliquer promptement au médecin Bernard Debré que « le sexe chromosomique ne correspond pas toujours au sexe gonadique, qui ne correspond pas toujours au sexe phénotypique » vaut son pesant d’or. Il suffit d’avoir suivi des leçons de Biologie de Lycée pour savoir que c’est un non-sens total.

J’avoue que j’ai pouffé aussi quand j’ai entendu Enthoven placer une critique du « pouvoir des marchés » dans un débat sur le traitement médiatique de l’affaire DSK. Il ne manquait plus que le Libéralisme, la Mondialisation, et l’Impérialisme Américain, et on aurait eu droit à toutes les tartes à la crème boboïsante. Très drôle. (Très prévisible)

Très drôle, mais pas aussi drôle que l’intervention de ce cher « Khmer Vert » , Fabrice Nicolino, intervenu dans le débat sur l’accroissement des inégalités avec ses thèses écolo-malthusiano-catastrophistes, accumulant les sentences péremptoires à la manière de plus dogmatique des évêques intégristes, gratifiant même Guy Sorman d’un double « vous ne savez pas de quoi vous parlez » , argument de haute voltige intellectuelle, à propos du développement des pays du Tiers-Monde. Il suffit pourtant de lire (ou relire) L’économie ne ment pas (traduit en une dizaine de langues) pour se persuader du contraire. Sorman sait parfaitement de quoi il parle.

Du reste, je trouve toujours aussi drôle de voir que les inégalités sont toujours le principal sujet de préoccupation des polémistes et autres troubadours télévisuels. Plus que l’écart relatif entre les plus riches et les plus pauvres, ce qui me préoccupe par-dessus tout, c’est le sort en absolu des plus modestes. En d’autres termes, je préfère que les inégalités relatives s’accroissent lorsque toute les couches sociales s’enrichissent (dont les plus modestes), plutôt que de les voir diminuer alors que touts s’appauvrissent (mais les plus riches s’appauvrissent plus vite que les plus modestes, la bonne affaire). Nivellement par le haut ou par le bas, voilà l’alternative. Avant de s’inquiéter des inégalités relatives, inquiétons-nous de la pauvreté dans l’absolu. Et rappelons-nous aussi que les plus modestes des Français font encore partie des 10% les plus riches de la planète. Voilà qui remet les choses en perspective.

Le débat n’est cependant pas nouveau. Il me rappelle la célèbre citation de Winston Churchill : « Le vice inhérent au capitalisme consiste en une répartition inégale des richesses. La vertu inhérente au socialisme consiste en une égale répartition de la misère » . Ou encore cette réponse de Margaret Thatcher à l’opposition, qui reprend mon raisonnement…

En attendant, rentrez bien, et allez investir dans l’or.

[Et découvrez plus de dessins humoristiques sur le blog de Na!]

Publicités

[Malaberg] La dette aux commandes !

Le problème de la dette grecque, mais pas seulement, est expliqué dans ce merveilleux documentaire, Debtocracy. Il peut y avoir de temps en temps quelques cafouillages dans les sous titres, mais ça n’enlève rien à la qualité du documentaire. (N’oubliez pas d’afficher les sous titres, à moins que vous ne parliez couramment grec, espagnol, anglais…)

on peut le trouver aussi sur youtube (pbs de sous titres parfois) ici

Une question me vient à l’esprit après l’avoir vu : quelle est la légitimité d’une dette comme celle de la France contractée principalement pour enrichir des gens qui n’en ont pas besoin ? (exonération de charges, niches fiscales, réduction d’impôts sur les plus hauts revenus, dans le meilleur des cas investissement dans des structures qui ne serviront qu’à la couche supérieure de la population…)

Est ce au peuple de payer la dette contractée pour les plus riches ? Est ce que vraiment, nous vivons comme on l’a si souvent entendu dire « au dessus de nos moyens » ?

Une rose pour Ophelia

Comme je vous le confie de canard toujours en introduction de mes billets, je n’ai pas beaucoup de temps pour publier, et, le Bac à sable approchant, ça ne va pas aller en s’améliorant.

Je me contenterai donc d’un petit billet pour relayer une information abordée avant moi par H16 et l’Hérétique.

Si vous aussi vous trouvez qu’on plaint un peu trop l’accusé, et pas suffisamment la victime présumée, si vous aussi vous êtes resté pantois devant ces hurluberlus de Capital.fr qui proposent de faire un don à DSK, sans une once d’ironie, sans même rougir, semble-t-il, offrez une rose à Ophelia.

Il s’agit d’une initiative très agréable des Libéraux (comme quoi les méchants ne sont pas forcément là où on croit, surtout à la lecture de certaines réactions socialistes, qui piétinent allègrement la victime), que je vous invite à soutenir en vous rendant sur cette page :

http://www.une-rose-pour-ophelia.fr/

    «Chère Ophélia,

Une rose pour nous excuser de ne pas avoir assez pensé à vous.

Nous avons beaucoup parlé de notre compatriote, de ses conditions de détentions, de ses émotions, pas assez des vôtres.

C’est pourquoi, sans présumer du jugement qui sera rendu dans le respect de la présomption d’innocence, nous vous envoyons ces fleurs.»

Les internautes qui le souhaitent peuvent cliquer sur le bouton. Tous les trente clics, une rose sera offerte à Ophélia. Cette opération symbolique a pour objectif de faire savoir à la présumée victime que les Français, sans préjuger de l’issue de cette affaire, pensent également à elle. »

Et pendant que tous s’égosillent pour que l’on accorde à DSK la présomption d’innocence, et que certains ont une pensée émue pour la famille de DSK, j’ai une sincère pensée émue pour Éric Woerth, et la famille d’Eric Woerth, cet homme allègrement traîné dans la boue, en dépit de toute présomption d’innocence par ces mêmes socialistes qui la revendiquent pour leur ancien chouchou. Comme quoi la roue tourne. Hier, c’était un UMP qui était dans la merde, aujourd’hui, c’est un PS (peut-être plus gravement encore). Inutile donc, de fanfaronner, et de s’acharner, car le retour de manivelle est généralement à la mesure de l’attaque portée. Cela dit, la droite (dans son immense majorité) a réagi très dignement dans cette affaire, et c’est tout à son honneur (et que ce soit bien clair : je n’aurais pas apprécié qu’elle réagisse différemment).

En parlant des Libéraux, je suis agréablement surpris de les voir s’organiser, bomber le torse, et faire enfin (un tout petit peu) parler d’eux. Et comme je l’ai confié à Aurélien Veron après avoir visionné cette vidéo où il évoque la place des Libéraux sur la scène politique, je ne peux que souhaiter que nous assistions enfin à l’adoption des valeurs libérales par l’UMP et le centre-droit en général, et que les Libéraux y trouveront une famille accueillante et résolument moderne, unie, et ouverte.

Quant à Val, qui me demande quel serait mon planning pour le jour de la fin du monde, je lui répondrai aussi vite que possible, même si je n’en ai absolument aucune idée à l’heure qu’il est. :-)

[Malaberg] pendant le spectacle DSK, les « socialistes » s’amusent…

l’article de Des Pas Perdus qui suit est criant de ludicité. Je me permets donc de le reprendre intégralement à mon compte

Assister à la chute d’un puissant est un spectacle fascinant.

Une véritable aubaine pour les médias dominants avec un ratio « remplissage de la rubrique informations politiques – coûts de fabrication » plus qu’avantageux : une équipe locale devant une taule de NYC, reprise des images de la tv américaine, rediffusion des archives et organisation d’émissions spéciales qui n’apportent rien de nouveau.

Malgré tout, le spectacle DSK demeure passionnant.

bilan.jpg

Bien-sûr, nous ne savons pas encore si DSK est victime d’une machination ou si cette femme est victime de DSK.

Bien-sûr, nous devons compatir…

Rester mesurés…

Parallèle avec l’affaire Polanski…

Aux avant-postes BHL, J. Lang, JF Kahn, tous les médiacrates à pubs et les intellectuels de marché qui s’indignent que la justice frappe l’un des leurs.

Cruelle désillusion chez ces oligarques, habitués à dicter leur loi et qui imaginaient DSK à l’Elysée, via des sondages bidonnés, des médias dominants très complaisants, et toute la cohorte des suiveurs et des béni-oui-oui… Parce que ces dernières semaines, , la candidature de DSK était devenue un secret de polichinelle dans les milieux bien informés !

Cruelle désillusion « socialiste » : 70 % des militants socialistes seraient convaincus que l’ex-sauveur de la gauche, l’ex-futur vainqueur de la présidentielle 2012, car les sondages, chers amis, c’est scientifique, bref, que DSK est victime d’un complot.

Effarant. Stupéfiant. Parmi les militants socialistes, il y a une très forte proportion d’élus… de gens « responsables » et réfléchis adeptes de la théorie du complot !

Après la phase de la stupéfaction indignation, l’après DSK s’organise.

manifesto1.jpg

Hollande devient le favori des… Aubry aussi… Quant à Royal… Borloo Bayrou

Les lieutenants de DSK et leurs affidés vont devoir choisir une nouvelle monture, adapter leur plan de carrière, montrer leur bonne volonté, caresser dans le sens du poil le/la nouvel-le élu-e !

La vague sondagière va déferler.

Dans quelques jours, toutes les nouvelles combinaisons sans DSK seront détaillées. Toutes, en prenant soin d’écarter le Front de gauche parce qu’il ne faudrait pas que les choses changent en changeant ! Rappelez-vous que DSK et Cie c’est chic démocratique, et que Mélenchon et les classes populaires c’est populiste !

Aussi, les médias dominants organiseront le « débat » autour des données sondagières. Des drames et des espoirs naitront dès qu’untel aura perdu ou piqué un ou deux points par rapport au sondage précédent !

Le spectacle sera passionnant !

Rassurez-vous, les idées, les programmes, les propositions sont accessoires dans ce grand cirque médiatique.

politic_graff1.jpg

Nul doute que les médiacrates, certains left-blogueurs, et les supporters des uns et des autres appelleront à l’unité de la gauche, voire au candidat unique dès le 1er tour pour battre Sarkozy… même s’ils savent que leur champion-ne pratiquera la même politique que Sarkozy dans le cadre merveilleux du traité de Lisbonne.

Situation paradoxale et ironique. Pendant que DSK est en taule, la vie politique française s’américanise, le PS est devenu un parti de supporters avec des postulants au titre de candidat officiel. Sympathisants et militants, obnubilés par le court terme et les sondages, confondent la politique avec le sport : peu importe les idées défendues pourvu que leur champion l’emporte.

Exit le dumping social, les délocalisations, le pacte de stabilité et de croissance, le contrôle des budgets nationaux par l’UE, les politiques de régression sociale menées par les camarades socialistes en Europe !

Place au spectacle des primaires…

Élan de générosité

Je me contenterai aujourd’hui d’un court billet, afin d’apporter ma modeste pierre à l’édifice de la solidarité, et de participer à cette opération « 1 billet publié = 10 repas offerts » . Non, je ne fais pas partie de ces grincheux qui crachent allègrement sur la générosité privée qu’il ne considèrent que comme l’alibi de la générosité publique. J’ai compris depuis longtemps que l’État ne peut pas tout, et que compter sur chaque individu pour alléger le fardeau de ceux parmi nous qui sont en difficultés est autant voire plus sain que de ne compter que sur l’État providence.

Comme quoi, on peut être libéral et avoir un cœur, être de droite et ne pas abhorrer les pauvres, être moi et ne pas faire d’articles de douze pages pour ne rien dire. Et on peut même être de gauche, intolérant, et peu généreux (ok, c’est juste de la provocation gratuite ;-)).

https://i0.wp.com/www.picdo.net/fichiers/2011/2/22/a2243fac-086b-454e-804f-9ca111eaa95e_Resto-du-coeur.jpg

En savoir plus.

En passant, je tiens à rassurer nos quelques lecteurs que je ne suis pas décédé, et que la faible fréquence actuelle de publication n’est due qu’à mon pauvre sort d’élève de Terminale en pleines révisions de Bac Blanc. Mais je reviendrai, rassurez-vous (ou sortez les mouchoirs). En attendant, je vous renvoie à mes suggestions d’articles : je trouve qu’il y en a de très bons, en ce moment (ne ratez pas cet article sur l’Euro, et puis celui-là, aussi, ainsi que cet article qui fait mentir les sondages, cette dénonciation de l’hypocrisie socialiste vis-à-vis des dictateurs, et surtout,  cet article écœurant et renversant sur Staline et la famine en Ukraine…) , ainsi qu’à la lecture de Xerbias, qui consacre un article aux Mémoires de Blair, par le truchement duquel il tente un parallèle avec le personnage de Winston Churchill.

Ah, et je ne parlerai pas de DSK. Je ne peux décidément pas le blairer (je ne suis pas le seul), et je trouve que certains sont un peu trop impressionnés (d’autres pas). ;-)

Bonnes vacances à ceux qui sont en vacances, et bon courage aux autres !

Mais qu’est-ce qu’on va faire de toi ?

Et si Sarko perdait en 2012 ? Oui, c’est vrai, j’aime bien souffler le chaud et le froid. Seulement, cette hypothèse-ci est une hypothèse de travail purement abstraite, à l’image de l’état de nature décrit par Rousseau. Quel avenir pour la Gauchololoblogosphère ? Lire la suite

%d blogueurs aiment cette page :