[Malaberg] le travail, ça tue…

je crois que cette vidéo l’illustre plutôt pas mal. Une fois n’est pas coutume, merci libé.

Licenciements à Montataire

[Malaberg] 10 meilleures raisons de voter François Hollande

Yop, Alexandre m’invite dans son article à reprendre sa chaine.

Vu que je n’ai pas la moindre intention d’aller voter pour lui, puisque je suis de Gauche, c’est une bonne occasion de me faire pour une fois l’avocat du diable. Vous êtes prêts ? C’est parti. Attention, mes raisons à moi sont MEILLEURES que celles d’Alexandre. D’ailleurs, dans la logique de concurrence pure, parfaite, libre et non faussée qui régit notre relation, je suis plus compétitif que lui, comme je le démontre :

1) Parce que toutes les gens qui se trouvent trop gros auront enfin un exemple à suivre de régime qui marche ET qui vous fait réussir dans la vie.

2) Parce que si vous voulez voir les blogueurs de gauche qui l’ont soutenu être « superdécus » de sa politique.

3) Mieux encore : parce que vous voulez voir les blogueurs de gauche qui le soutiennent encore user d’une mauvaise foi scandaleuse en soutenant que sa politique est la meilleure possible, ce en quoi ils seront rejoints, avec quelques réserves, par les blogueurs de droite, ce qui permettra donc d’affirmer « gauche, droite, même combat »

4) Parce que vous avez intérêt à ce que rien ne change : répartition des richesses, tranches de la populations qui devront supporter la dette, etc.

4 bis) Parce que vous voulez ENFIN voir quelqu’un appliquer une VRAIE politique de RIGUEUR en France.

5) Parce que vous pensez qu’un congé paternité de cinq ans, ça n’a rien de scandaleux dans le cas du président actuel

6) Parce que vous avez acheté de la dette Française, donc que vous n’avez surtout pas intérêt à ce qu’elle soit ré-echelonée

7) Parce que vous aimez bien Chirac, au fond, pour son coté sympa et son absence totale de convictions politiques, et que vous aimeriez bien revoir à l’élysée quelqu’un du même acabit

8) Parce que vous soutenez Marine le Pen, et que vous êtes certains qu’elle remportera un succès fou auprès de l’electorat de droite déboussolé par la défaite ET par la politique « socialiste » qui a détérioré la situation du pays

9) Parce que vous voulez Copé comme président de la république en 2017

10) Parce que vous voulez plomber durablement la nébuleuse qu’on appelle « Gauche » en France, et que vous souhaitez que le PS en soit le seul représentant (qu’on nous débarasse vite vite d’EELV et du Front de Gauche, ouh!)

10 bis) Parce que vous souhaitez donner raison à Jean Luc Mélenchon qui affirme qu’Hollande fera comme Papandréou ou Zapatero.

10 ter) Parce que vous trouvez que les taux de participation aux elections sont encore trop hauts

Pour toutes ces raisons, je vous appelle solennellement à voter massivement pour François Hollande le 22 avril, et à lui offrir une victoire la plus large possible, dès le premier tour. Et puis sinon, dans le pire des cas, à faire la même chose le 6 mai.

Voilà, c’est bon, non ? Avec ça, toute la frange de la population allant de la gauche radicale en passant par l’introuvable « centre » et en continuant ainsi jusqu’à l’extrême droite, sans oublier les gens sans jugement politique et les allergiques à la graisse devrait trouver au moins une bonne raison de voter Hollande, non ? Du coup, ça va lui rapporter un sacré paquet de voix…

On dit merci qui ?

[Malaberg] Hollande 2012… Copé 2017 ?

Alors je vais essayer ici de me livrer à un petit exercice de prospective par écrit, avec un certain nombre d’hypothèses. Tout d’abord, en supposant que le PS et le système médiatique aient réussi à nous bâillonner, et que François Hollande ait réussi, comme le veulent certains qui ne sont pas capable de se projeter un brin au delà à se faire élire en 2012 et à sortir Sarkozy. Que se passera-t-il ensuite ?

Etant donné l’admiration de Hollande pour le capitulationniste Zapatero (homme que je fuirais comme la peste si j’avais un brin d’ambition de capter des voix de gauche), et celle d’Aubry pour le laquais Papandréou, on peut raisonnablement s’attendre à ce qu’ils ne s’attaquent pas frontalement aux banques et à la dictature des marchés financiers, donc qu’ils s’y soumettent. On aura donc droit à une politique d’austérité type celle menée actuellement par Zapatero en Espagne, qui aboutira à une dégradation du niveau de vie, etc. (je n’ai pas le moral à tout détailler, par contre on peut avoir une idée de la politique dépensière qu’il s’apprête à mener ici, alors qu’on est encore en campagne électorale…), et on pourra donc s’attendre logiquement à ce que le PS perde toutes les elections intermédiaires d’ici 2017 (et le sénat, lol), et à ce qu’ils se ramassent en 2017. Qui prendrait alors la succession ? Il y en a un que j’ai repéré en 2005 ou 2006, je ne sais plus, je regardais une pseudo émission politique à la con où était invité le ministre du budget de l’époque (époque où à droite on n’avait d’yeux que pour Sarko et Villepin), et je me suis dit « ouhla, ce gars est vraiment dangereux, et avec son ton doucereux, mielleux et hypocrite, j’ai déjà envie de lui mettre des baffes, il ira loin j’en ai peur, il est potentiellement pire que Sarko ». Il s’agit de J-F Copé. Bon, la suite des évènements ne m’a pas donné tort (comme d’hab sur ce genre de thème, haha), il a grimpé, (présidence groupe assemblée, chef de l’UMP…) en promouvant une politique réac au possible (les allocations maladie qui n’étaient pas taxées le sont grâce à lui, etc.).

Bref, je n’ai aucun doute quant à sa capacité à éliminer ses rivaux en vue de 2017. (à moins qu’un petit scandale style Sofitel ne nous en débarrasse, d’ailleurs si on peut monter un coup tordu dans ce genre là, je suis volontaire !). Donc, il est fort à parier qu’on se coltinera M. Copé en 2017, qui fera une politique encore pire que celle de Sarko…

Bref, une raison de plus que je n’aille pas voter pour le porcinet anorexique en 2012.

Qu’en pensez vous ? (tous, hein, pas que ceux en liens, même si leur avis m’intéresse particulièrement)

Tenez, rien à voir, mais battre sa femme est légal aux Kansas, maintenant. God bless America !

Au fait, Alexandre, si tu me lis, je préfèrerais « Bandiera rossa » (c’est un peu vieux, mais c’est très beau, je trouve) ou « on lâche rien » (plus moderne, et très beau aussi, surtout dans une immense salle ou ça résonne avec le plafond) plutôt que « c’est la luuuutte finaaale » (ras la casquette) à coté de mon nom, à droite, si possible ;-)

Gueuheuuuuuuuuuu!

(Merci à Libé pour cette splendide image)

[Malaberg] Opération Andouillette !

Chez Moody’s !

Non mais sans blague. Et bravo à Leila Chaibi qui a monté cette opération, une de plus (j’ai déjà eu l’occasion de participer à ce genre d’opérations marrantes)

[Malaberg] Le PS est trop fort : il a gagné.

Oui, oui, il a gagné ! Je vais allez voter à leurs foutues primaires.

Je vais aller voter Montebourg. Oh, n’en déplaise à Rimbus et Nicolas, sans la moindre intention de voter pour lui au premier tour (je ne vote JAMAIS pour le PS au premier tour, et de moins en moins au second d’ailleurs), mais juste peut être au second, histoire de ne pas être contraint d’oublier d’aller voter le 6 mai prochain, dans le cas (peu probable, n’est ce pas) où nous, Front de Gauche, ne serions pas au second tour avec Mélenchon. C’est vraiment juste histoire d’avoir fait ce que j’ai pu pour avoir un autre candidat pour lequel je puisse voter au second tour, quoi… Après, si le PS en décide autrement, j’assumerai pleinement cet échec, et en tirerai les conséquences, en me retirant définitivement de tout vote PS.

Non parce qu’avec Aubry et Hollande qui trouvent tous deux formidable que Lagarde soit au FMI, au même titre que Strauss-Kahn, je sens que le 6 mai prochain, si on n’est pas au second tour, ça ne soit grasse mat’ puis ciné ou balade dans les calanques (ou journée à Miribel, selon mon lieu de résidence) jusqu’à 20h minimum, heure à laquelle je me rappellerai que « oh, j’ai oublié d’aller déposer un bulletin blanc »…

Ca a marché comme ça aux dernières cantonales, et au vu du résultat, je n’aurai aucun remords à recommencer. Et je pense que ça valait mieux d’ailleurs, des fois que la minablitude de la candidate socialiste ne me fasse me gourer de bulletin…

Et quel que soit le résultat, ça ne sera pas la peine de pleurer. Un vote, ça se mérite. Vous ne faites pas ce qu’il faut pour avoir le mien, vous ne l’avez pas ! Simple, non ?

[Malaberg] Un brin d’enthousiasme

ça ne fait pas de mal.

Alors, c’était dur, semé d’embuches de toutes parts, mais c’est fait. Quand je vois cette image, je mesure le chemin accompli. Et pourtant, ce n’est que le commencement. Une longue campagne nous attend, avec sa cohorte de coups bas et saloperies en tous genre, mais elle peut enfin commencer !

Je me permets de pousser un grand cri de joie completement indécent et déplacé : YAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAHOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOO !!!!!!!!!!!!!!!!

Hum. Il reste donc beaucoup à faire. énormément, même. La présidentielle nous impose d’avoir une figure emblématique, mais c’est nous, militants, qui allons faire cette campagne. Repolitiser les gens. Les réimpliquer dans la vie publique. Leur faire prendre leur destin en main, plutôt que d’attendre un sauveur suprême qui résoudra tous les problèmes. (parce qu’il a maigri, parce qu’il vend du shampoing, parce qu’il est beau, parce qu’elle est jeune, blonde, que sais-je…) La politique peut tout, mais pas sans implication populaire.

Soyons populistes, allons dans le sens du peuple : réveillons le. Et démontons les démagogues.

Pour ceux qui ne seraient pas au courant, le PCF qui était le dernier parti du Front de Gauche à se prononcer sur la candidature à la présidentielle a adopté la candidature de Jean-Luc Mélenchon par un vote des militants, précédé par des mois de longs et houleux débats. L’analyse, par mon ami et camarade Alan est ici et .

[Malaberg] Un candidat unique ? Ok, mais de chez nous.

Billet que je vais essayer de faire court car il est tard.

On entend en ce moment, régulièrement, des gens qui se réclament de gauche, demander à ce qu’il n’y ait qu’un candidat unique à Gauche, parce que ce genre de niais naif et nihilliste prend les sondages pour argent comptant. Et en ce nom, on espère que le Front de Gauche et Europe Ecologie Les Verts retireront leur candidats pour éviter ce que les médias adorent appeler « un nouveau 21 avril » blablabla.

Déjà, cette histoire est fort pratique, elle arrange tout le monde, puisqu’en effet, pendant qu’on fait mine de s’affoler sur cette perspective, et qu’on tire des mines hooooooOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOriffiées, on n’aborde pas une seule question de fond. Ou plutôt, la gauche n’aborde pas une seule question de fond, et laisse donc Sarkozy imposer ses thèmes pourris à l’actualité : racisme et islamophibie sous couvert de laïcité (laïcité qu’on bafoue allegrement juste après pour aller voir le pape mort il y a 6 ans de faire béatifier), etc.

Evidemment, on ne parlera surtout pas du chomage, de la précarité, du logement, etc.

Mais bon, pour éviter d’opposer une fin de non recevoir à ces gens incapables prendre du recul sur l’actualité médiatique et sur mon dieu Le Pen à 20% d’après l’oracle Lésondaj (ce qui est le score normal de l’extrême droite en France depuis un certain temps, regardez 1995 et 2002, sauf que là elle est unie, du moins d’après Lésondaj) je vais quand même proposer quelque chose.

Cher PS, retirez donc votre candidature, et soutenez directement le candidat du Front de Gauche. Pourquoi ? Parce que, depuis que je ne suis né, le Front de Gauche n’a perdu aucune election présidentielle (en effet, il est neuf, il n’a que 2 ans et demi), tandis que, durant la même période, JAMAIS je n’ai vu le PS en gagner une.(1995, 2002, 2007)

Nous avons donc infiniment plus de chances de la gagner que vous, statistiquement. Le PS est même donc le moins bien placé des partis de gauche pour gagner un second tour, puisqu’il les a tous perdus, d’après ce que j’ai pu constater de mes propres yeux. Alors que ni les verts ni nous n’en avons perdu un seul.

Voilà qui évente la réponse à la question que je n’ai pas posée, ici, mais à laquelle on répond toujours « Pourquoi se rallier au PS ? Parce que c’est le seul parti capable de gagner. » En tout cas, les faits ne sont pas d’accord avec cette affirmation.

Et puis, qu’avez vous à perdre, franchement ? Statistiquement, vous ne pouvez que perdre une fois de plus au second tour, alors qu’avec nous, c’est moins sûr. C’est tout de même le Front de gauche qui, aux cantonales, dans les seconds tours où il était présent, a fait le meilleur score en moyenne. (plus de 60%, contre 56% pour les candidats PS et 46% pour ceux d’EELV)

Donc, on est d’accord pour un candidat unique à Gauche. Mais c’est nous qui le présentons. Sans blague. Et puis, c’est Autour de notre programme, que ça se fait. Vous pouvez négocier sur les détails, bien sûr.

J’aimerais bien savoir ce que quelques blogueurs très très modérément ou extrêmement de gauche ou pas d’ailleurs en pensent, de cette question.

En plus des blogueurs actifs sur ce blog, bien entendu, Alexandre et Alboss en tête.

[Mode Autosatisfaction : on] Ah, j’ai réussi à ne pas faire trop long. Cool. [Mode Autosatisfaction : En veille]

PS : Un article que j’ai bien aimé.

J’aimerais que Sarko’mence

A la demande d’Isabelle Resplendino, je vais vous expliquerai pour qui je voterai en 2012, a priori.

Inutile de faire durer l’attente plus longtemps : le fantastique jeu de mot du titre est assez éloquent. Mon vote ira sans doute à Nicolas Sarkozy. Permettez-moi donc, une fois n’est pas coutume, de faire l’avocat du « diable » .

Pourquoi Sarkozy ?

nicolas-sarkozyJe vais certainement en surprendre, mais j’ai une vraie … « tendresse » pour Nicolas Sarkozy. Contrairement à la majorité des Français, je le trouve très sympathique. D’après ce que je sais, il est très loin de l’image que l’opinion a de lui. Il serait certes impulsif, mais aussi très affectueux. Je pense que c’est quelqu’un qui est capable de s’engager, et de faire preuve de volonté dans les situations difficiles. Vous remarquerez que si Nicolas Sarkozy avait voulu préparer de manière optimale sa réélection, il aurait pu se replier dans le « Château » comme l’avaient fait Chirac, et, dans une moindre mesure, Mitterrand (du fait de la cohabitation notamment). Il aurait pu, comme ses prédécesseurs, se servir de ses premiers ministres comme d’autant de fusibles, et se garder le rôle le plus gratifiant de la politique étrangère et de la représentation de la France (domaine dans lequel il excelle). S’il n’a pas eu peur d’occuper les premiers rangs et de prendre tous les coups, en assumant toutes les mesures impopulaires, c’est bien qu’au fond, ce type est doté d’une grande volonté.

Parlons un peu de bilan. Tous le jugent catastrophique, désastreux, et j’en passe, mais dans le fond, quoi qu’on en dise, ça a bougé. Et ça a beaucoup plus bougé que sous Jacques Chirac. Allons-y pour une liste non exhaustive. La réforme de la PAC engagée, le Grenelle de la mer (ressources et énergie sous-marines de la France, qui possède la 2e Zone Économique Exclusive au monde), le Grand Paris, le soutien à la Défense Européenne, la réintégration du Commandement de l’Otan, l’Accord de Défense avec la Grande-Bretagne, le renforcement des effectifs en Afghanistan, l’intervention courageuse en Libye (à laquelle plus personne ne croyait, rappelez-vous !), la résolution de la Guerre en Géorgie par la Présidence française de l’Union Européenne, le Grenelle de l’Environnement, les Internats d’Excellence, la loi TEPA sur les heures supplémentaires, le statut d’auto-entrepreneur, le RSA, la mise en place du Pôle Emploi, le soutien aux pôles de compétitivité, la « prime à la casse », l’autonomie des universités, la réforme constitutionnelle (ayant renforcé la démocratie), la réforme vitale des Retraites, et j’en passe…

Alors certes, inutile de bondir sur vos fauteuils, tout est loin d’être parfait. Certaines réformes n’ont pas été poussées assez loin, ont été menées maladroitement, ou mériteraient d’être améliorées. Mais incontestablement, la France a évolué, et adopté des outils efficaces pour préparer l’avenir.

Et ne parlons pas de cette attitude totalement stupide consistant à accuser Nicolas Sarkozy d’être le responsable de tous les maux du pays, liés à la Crise. Attention, grande révélation : AUCUN pays ne sort d’une Crise, d’une telle ampleur que celle que nous avons connue, sans hausse du Chômage, sans hausse de la précarité, sans difficultés de toutes sortes. Regardez autour de la France : à part l’Allemagne, quel pays peut se targuer de s’en être mieux tiré que la France ? C’est vrai que la situation est difficile, mais Sarkozy ne pouvait rien contre la Crise. Il n’a pu qu’en atténuer les effets. Mais imputer tous les problèmes de la France au Président de la République (ou à qui que ce soit), est profondément injuste. Et les gouvernements socialistes européens ne s’en sont pas mieux sortis dans cette affaire !

Il reste malgré tout cette impression un peu brouillonne, ces polémiques à répétition (que l’opposition et une partie de la presse n’ont pas manqué de gonfler artificiellement pour nuire au Président de la République, ou simplement vendre du papier), des réticences quant à l’attitude de Nicolas Sarkozy. Mais globalement, il a su endosser le costume présidentiel.

Pourquoi pas les autres ?

Rapide tour d’horizon…

A droite de Sarkozy, Marine, Ducon Gnangnan, Boutin (même si elle se voit à gauche)… Des conservateurs, des rétrogrades, voire des personnalités dangereuses. Aucune alternative.

A l’UMP, c’est le désert. Fillon ? Pas assez de personnalité. Copé ? Trop exubérant. Juppé ? Ce serait sans doute la meilleure alternative, par son expérience et ses capacités. Mais il est tout-de-même encore très rigide…

Plus au centre, Judas-Borloo (vous lui voyez une envergure et une stature présidentielle, honnêtement ?), Endive-Morin (même question ?), Bayrou ? Bon, le plus potable reste François Bayrou, qui arrivera sans doute armé d’un programme réfléchi et relativement responsable. Mais j’ai beaucoup de mal à oublier qu’il a assassiné l’UDF par ambition personnelle, rendant par la même occasion le Centre, et le Centre Droit inaudibles, fractionné en une galaxie de petits partis sans influence sur la politique française. D’excellentes idées, des personnalités formidables, ne sont pas mises au service du pays, tout simplement parce que cette famille, à laquelle peut s’ajouter celle des Libéraux, est incapable de s’unir.

Et puis surtout, il y a le PS. Quoi ? Vous êtes sérieux, chers Français ? Vous faites plus confiance au PS qu’à Sarkozy sur l’emploi ou le pouvoir d’achat ? Mais au nom de quoi ? Je ne sais pas si vous avez vu ce sondage, mais je le trouve renversant. Chers Français, je peux admettre que Sarkozy vous ait déçu sur ces questions (même si c’est à la Crise qu’il faudrait en tenir rigueur), mais comment pouvez-vous accorder aussi aveuglement votre confiance à un parti qui est en situation de mort idéologique, qui n’a, pendant 4 ans, rien proposé de valable, et qui, encore aujourd’hui, ne propose rien de nouveau, ou seulement toujours plus d’assistanat, d’État, et de dépenses ? Si vous ne faites pas confiance à Sarkozy, ne vous « prononcez pas » , mais ne faites pas confiance à un PS qui ne vous propose aucune solution ! Quel aveuglement ! Si Sarkozy est la peste, ce n’est pas une raison pour se réfugier dans le choléra

Allez, je vous épargne le reste de la Gauche, ça ne vaut même pas la peine d’expliquer pourquoi je n’y crois pas.

En somme, aujourd’hui, je tiens à éviter absolument que ce PS accède au pouvoir. Parce que cette perspective m’inquiète beaucoup pour ce pays. Je suis souvent sur la même longueur d’onde que l’Hérétique, ou Isabelle, mais il y a un point que je n’arrive pas à comprendre, dans leur réflexion. Je comprends leur préférence affichée pour Bayrou. Mais je n’arrive pas à comprendre qu’il puisse imaginer qu’il vaut mieux que le PS accède au pouvoir, plutôt que de voir Sarkozy rempiler pour 5 années supplémentaires. Le PS ? Ce parti qui compte résoudre tous les problèmes par plus de dépenses publiques, plus de moyens, de l’argent tombé du ciel, du « care » , de l’assistanat ? Cela correspond-il à vos valeurs ? Ne laissez pas votre jugement être altéré par votre rejet de Nicolas Sarkozy. Croyez-moi : il vaut mieux un Président très imparfait, plutôt que ce PS là, avec ce projet là. J’espère que vous y réfléchirez. Et au pire, j’espère que vous vous souviendrez de mes propos si la Gauche gagne, quand j’écrirai fièrement sur ce blog (qui sera sans doute très à la mode quand je n’aurai plus à faire l’avocat du diable) ces quelques mots : « je vous avais prévenus » .

Allez, je passe la patate chaude à Xerbias et Vallenain : si les Présidentielles étaient demain, pour qui voteriez-vous ? Question bonus : ne pensez-vous donc pas que les socialistes seraient encore pire que la droite ? ;-)

Pourquoi je ne suis (toujours) pas Villepiniste (2/2)

Suite de mon propos sur Dominique de Villepin, commencé hier. Après quelques considérations formelles (voir aussi Hashtable sur ce sujet), si je puis dire, parlons du projet défendu par Dominique de Villepin. Comme je suis extrêmement paresseux, je me conterai donc de commenter la liste fournie par Le Figaro (bon journal de droite, c’est couleur locale).

Un revenu citoyen garanti de 850 euros pour tout Français de plus de 18 ans. Il serait financé par la croissance et par une hausse de l’impôt sur le revenu pour les 3% des contribuables les plus aisés, qui permettrait de dégager «environ 19 milliards par an». Ce revenu serait versé en totalité ou en partie aux personnes gagnant entre 0 et 1500 euros par mois, et remplacera toutes les prestations sociales à l’exception des allocations familiales. Selon Dominique de Villepin, 20 millions de Français sont potentiellement concernés par le dispositif, dont 5 millions qui pourraient percevoir la totalité des 850 euros.

Je suis très dubitatif. Soit cette mesure prend la forme d’une vraie simplification des aides sociales, et on allège un mille-feuille, soit cette mesure risque de renforcer un certain assistanat dans le pays. Je reste assez méfiant. J’ai le sentiment que cette mesure n’encourage pas forcément le travail, mais je peux me tromper. Peut-être même prend-elle la forme d’un marché de dupes. J’attends de lire des avis plus éclairés sur la question pour trancher.

Par contre, là où je suis -déjà- gêné, c’est pas le coût de cette mesure. Je lis des choses assez contradictoires sur le sujet. Certains avancent que le Revenu Citoyen permettra de faire des économies en remplaçant certaines prestations sociales existantes. Mais dans ce cas, pourquoi de Villepin s’appesantit-il (joli, ce verbe) sur les sources de financement ? Si cette mesure a un coût trop élevé, elle ne sera sans doute pas viable. On reste dans l’idée que la croissance doit venir financer de nouvelles dépenses, alors qu’elle ne suffit déjà largement plus à couvrir nos dépenses actuelles. Ça ne tient pas debout. Autre source de financement, donc, une hausse de l’impôt sur le revenu pour les contribuables les plus aisés… On s’y attendait, non ? Taper sur les riches, c’est toujours facile, finalement, et ça réjouit l’électorat, c’est certain. Maintenant, la pression fiscale n’est-elle pas déjà suffisamment étouffante, en France ?

Favoriser l’emploi des jeunes en fixant «un taux de jeunes en emploi, formation ou alternance» dans les entreprises de plus de 500 salariés. Dominique de Villepin, qui ne donne pas plus de précisions, se dit prêt à légiférer s’il n’est pas possible de trouver un accord.

C’est vrai que le marché du travail n’est pas assez rigide comme ça, en France. On croit bien faire en encadrant toujours tout, et en légiférant pour obtenir ce qu’on veut des entreprises, mais on n’a pas compris que cette rigidité est nuisible à l’emploi. C’est toujours cette même politique des quotas, quotas de femmes, quotas de handicapés, quotas de séniors, pourquoi pas, et maintenant, quotas de jeunes. Bientôt, vous ne serez plus embauché pour votre mérite, mais pour remplir un quota. Et gare à vous si vous n’êtes pas une jeune femme handicapée. ;-)

La création d’un «grand impôt citoyen, progressiste», concernant tous les revenus du travail et du patrimoine, qui irait jusqu’à un taux de 60% en incluant CSG et CRDS. Il serait payé par tous, même «à titre symbolique pour les plus bas revenus».

En somme, une grande clarification fiscale. Pourquoi pas.

Une «TVA 3E» : emploi, environnement, exportations. Cette taxe pourra varier de 19,6% (son taux actuel) à 24,6%, avec un niveau moyen de 22% – les produits de première nécessité restant à 5,5%.

Quelle riche idée ! Devinez qui va payer les pots cassés ? Les classes moyennes, et les plus modestes d’entre nous, qui subiront une perte de leur pouvoir d’achat.

Je suis curieux de voir quels produits seraient concernés par cette hausse, mais cela ne laisse rien présager de bon. Si les produits concernés sont, comme je l’imagine, des produits que nous en produisons plus en France (j’aime les répétitions), le seul effet de cette idée sera de les rendre plus chers, puisque nous ne pourrons sans doute pas nous en passer (phénomène des importations incompressibles).

Ces mesures de protectionnisme sont ridicules, et contre-productives, surtout à l’échelle de la France.

Le vote obligatoire et la reconnaissance du vote blanc.

D’accord pour la reconnaissance du vote blanc, mais pas pour le vote obligatoire. Le vote doit être une démarche civique et volontaire. Le rendre obligatoire, c’est faire perdre à l’acte toute sa valeur. Ce geste ne doit pas devenir contraint et mécanique, il doit être l’aboutissement d’une volonté démocratique et citoyenne libre. Et je pense qu’il y a une vraie différence d’intention entre une abstention et un vote blanc. La première est un message de « jemenfoutisme » et de rejet global de la politique, tandis que le second est l’affirmation d’une insatisfaction à l’égard de la classe politique.

Un gouvernement limité à dix ministres. «Je crée là un nouvel outil, la pérennité des ministères», affirme Dominique de Villepin au Parisien.

On peut toujours souhaiter un Gouvernement resserré, mais ça m’étonnerait que ça résiste à l’épreuve des faits. Si c’est pour compenser par une kyrielle de Secrétariats d’État… Et là aussi, j’attends de savoir quels seraient ces dix ministères…

Une réduction du nombre de régions à 8 ou 10, au lieu de 22 actuellement. L’ex-premier ministre souhaite créer des entités capables de «peser dans l’Europe et la mondialisation» en rivalisant avec «les Länder allemands, les grandes provinces espagnoles ou les régions italiennes».

Bonne chance, M. de Villepin, pour faire avaler cette idée aux Français, et surtout aux élus, qui supportent déjà si mal l’idée des Collectivités Territoriales.

Pour tout dire, en Région PACA, on préfèrerait parfois distinguer une région « Provence » et une région « Côte d’Azur » , tant cette dernière semble loin des préoccupations du Président du Conseil Régional.

Je trouve que les régions sont raisonnablement équilibrées telles qu’elles sont aujourd’hui.

Ah, très drôle, la référence aux régions italiennes. Elles sont 20 sur un pays plus petit que la France. Je ne vois pas en quoi l’exemple est pertinent par rapport à son idée de réduction du nombre de régions.

Création d’un «procureur général de la Nation», pour garantir l’indépendance de la justice. Il serait proposé par le Conseil supérieur de la magistrature et investi par un vote du Congrès à la majorité des trois-cinquièmes. Ce procureur général de la Nation nommerait les procureurs et les procureurs généraux.

Aucun commentaire, je ne maîtrise pas assez ces questions pour me prononcer.

Un «statut du citoyen» et un service citoyen obligatoire. Le premier, inscrit dans la Constitution, comporterait des «droits et des devoirs» commençant par «l’obligation d’inscription sur les listes électorales et par l’obligation de vote». Le service citoyen serait obligatoire pour une période de 12 mois, fractionnable, destiné à tous, afin de remplir des tâches d’intérêt général.

Je trouve ce « service citoyen obligatoire » profondément inutile et rétrograde. Je ne vois pas bien quelle forme cela pourrait prendre, mais je n’en vois pas l’intérêt. Ça ressemble plus à une mesure gadget. Je dois vous dire que pour ce qui est de la citoyenneté, une journée « Défense et Citoyenneté » est déjà assez pénible comme ça, vu la vacuité de ce qu’on peut y apprendre.

Par contre, la piste qu’il aurait été intéressant de creuser est celle de proposer un court service militaire pour les jeunes en difficultés ou en proie à la délinquance. L’idée avait, si je me souviens bien, été avancée par Ségolène Royal, et la droite aurait été, pour une fois, bien inspirée de ne pas la rejeter d’emblée. On pourrait ainsi proposer à des jeunes volontaires ou en difficulté, voire en échec scolaire (et qui ne parviennent pas à s’orienter convenablement) de passer un ou deux mois au sein de l’armée, éventuellement rémunérés. Quant aux jeunes délinquants, ils pourraient se voir soit imposé un service militaire de un à six mois, soit proposé ce même service militaire en lieu et place de la prison, par exemple. J’ai peut-être la faiblesse de croire que les valeurs de l’armée, et l’apprentissage de l’ordre et du respect de la hiérarchie pourrait aider des jeunes à s’intégrer, ou à mieux réussir leur vie future (toujours mieux que la prison, en tous cas).

Sortir de l’Otan. «Les événements de Libye montrent bien que le retour dans le commandement intégré de l’Otan constitue une perte de marge de manœuvres pour la France», affirme au Parisien l’ancien patron du Quai d’Orsay. «J’estime que la position antérieure conférait à la France l’image d’un pays plus indépendant et permettait à la France de peser à chaque fois davantage sur les décisions».

Ah, la caution gaulliste du projet… J’étais parfaitement favorable à ce que la France réintègre le Commandement de l’OTAN.

Cette idée repose sur une confusion (ou une hypocrisie). Non, la France n’a jamais quitté l’Alliance Atlantique, et a participé à la plupart des opérations menées par l’OTAN. Elle a simplement quitté le commandement. Grosso Modo, elle suivait mais n’influait que marginalement les décisions prises par l’OTAN (je caricature à dessein). A titre personnel, je préfère quand la France prend part à la décision.

Pourquoi Nicolas Sarkozy a-t-il souhaité que la France revienne en force dans l’OTAN ? Le principal objectif était de promouvoir par ce biais la Défense européenne. En effet, il tenait à rassurer les États-Unis et ses partenaires européens, à leur faire comprendre que la Défense Européenne ne serait construirait pas comme une concurrente de l’OTAN, mais comme une alliée. La Défense européenne progresse encore trop lentement, mais ce n’est pas de la seule responsabilité de la France. Remarquez, les gaullistes sont hostiles à la défense européenne par atavisme (cf le « crime du 30 août » ).

Le retour de la France dans le Commandement de l’OTAN a-t-il favorisé l’implication de cette dernière dans l’intervention en Libye ? Difficile à dire. Cependant, je ne suis jamais hostile à un rapprochement avec les États-Unis, qui restent les alliés les plus sûrs de l’Europe.

En somme, j’ai plutôt du mal à m’exprimer sur le projet de Dominique de Villepin dans la mesure où il me semble très flou, très imprécis. Derrière les effets d’annonces, j’ai du mal à voir où il va, et en quoi consistent précisément certaines de ses propositions. Et d’ailleurs, je ne suis pas le seul à trouver que ce projet est « bâclé » .

Pourquoi je ne suis (toujours) pas Villepiniste (1/2)

Dessicated, en commentaire à mon article sur la joyeuse dette publique, me demande quelle est mon opinion sur Dominique Galouzeau de Villepin. J’en profite donc pour me pencher avec vous sur le personnage, et surtout, le projet, du leader de République Solidaire (nom de parti à peu près aussi creux que le « Debout la République » de Nicolas Dupont Gnangnan, et bourré de bons sentiments dégoulinants qui ne laissent pas beaucoup d’espoir pour la suite). Aujourd’hui, parlons de Dominique. Demain, ce sera le tour de son projet, le temps que je le lise plus en détail.

Quelques mots donc sur son personnage. Moi aussi, qui ne me vante pas de gaullisme, de néo-gaullisme ou de giga-méga-gaullisme à tort et à travers pour briller de la lumière du « grand homme » et me grandir artificiellement , j’ai une certaine idée de la France, comme on dit pour avoir l’air cool. Et en particulier de la Présidentielle. Vous voyez de Gaulle se présenter aux Présidentielles uniquement pour se venger d’un homme de son camp d’origine ? Villepin est avant tout motivé par une haine viscérale de Sarkozy. Qu’il puisse nourrir une haine pour l’actuel Président de la République est parfaitement son droit, mais qu’il se présente uniquement pour nuire à un homme, donc, même pas par ambition personnelle (celle-ci peut avoir sa noblesse), mais carrément par vengeance personnelle, et amertume personnelle, je ne l’admets pas. Dites-vous bien que s’il ne voulait pas à tout prix nuire à Nicolas Sarkozy, cet homme là ne ce serait jamais présenté.

Au-delà de ça, je ne suivrai pas ce grand mouvement panurgiste d’amnésie collective qui se saisit de nos concitoyens, et les amène naïvement à adorer ce qu’ils ont naguère abhorré, par le simple fait de l’éloignement, et par la bénédiction du temps qui passe. Les Français ont-ils déjà oublié qu’ils ne le supportaient pas, l’ex Premier Ministre ? Ont-ils déjà oublié le CPE, quand Galouzeau donne des leçons de paix sociale à Nicolas Sarkozy au moment de la réforme des Retraites ?

Moi même, qui viens de la droite (même si j’ai légèrement évolué depuis), et qui ai soutenu la majorité entre 2002 et 2007, comme j’ai pu, et malgré de sérieuses réserves sur sa léthargie, je n’ai jamais adhéré au personnage de de Villepin. Seulement, la différence, c’est que je n’ai pas oublié les griefs que j’ai pu avoir contre lui par le passé. Les Français ont décidément la mémoire courte. Sarkozy devrait se présenter en 2017, il ferait plus de 50% au Premier Tour…

Sarkozy, parlons-en… Quel est aujourd’hui le principal argument pour soutenir de Villepin, sinon l’antisarkozysme de ce dernier ? Ce cher antisarkozysme, réaction moutonnesque (elle aussi !) consistant à rejeter en bloc tout ce qui vient du diâââbolique personnage, et à vénérer aveuglement tout mouvement, ou toute personne, affirmant son opposition à Nicolas Sarkozy. Ça fonctionne très bien ! Ce sera même l’unique ciment de la gauche en 2012, et l’unique leitmotiv des différents prétendants à l’Elysée d’ici là. Et ça évite de devoir trop s’embourber s’engager sur le terrain des idées. https://i1.wp.com/site.agerard.free.fr/img/ddv.jpg

Et passons sur le caractère impulsif, violent, et vulgaire de Galouzeau vis-à-vis de ses proches, qui est avéré. Je préfère autant quelqu’un d’impulsif, colérique, et exigeant comme Sarkozy, qui a du mal à le cacher, que quelqu’un d’hypocrite comme de Villepin, qui se donne de grands airs, et se gonfle d’orgueil, derrière quoi il dissimule un caractère exécrable. Mais ce sont des détails…

Quoi ? Je devrais faire confiance à de Villepin quand il décline une liste de bonnes intentions républicaines, alors qu’il a été si longtemps au pouvoir ? Qu’a-t-il fait pour changer le pays ? Pourquoi lui ferais-je confiance aujourd’hui alors qu’il avait l’opportunité hier de concrétiser ces vœux pieux, et qu’il ne l’a pas fait ?

Et un dernier mot, très mesquin, mais je n’ai plus peur de rien : il compte gouverner avec qui, de Villepin ? Puisque tous ses proches le lâchent progressivement pour rejoindre Nicolas Sarkozy, jusqu’aux plus intimes, avec qui gouvernera-t-il ? Ça promet d’être drôle.

A suivre…

[Alboss] Que la droite soit… de droite !

De droite et opposé au débat sur la laïcité ! Mais je n’y suis pas opposé pour les mêmes raisons que François Fillon ou Roselyne Bachelot. Ceux-ci craignent que le débat ne vire à la « stigmatisation » de l’Islam… Je ne crains rien, j’en suis convaincu. Mais ce n’est toujours pas pour cette raison. J’y suis tout simplement opposé parce qu’il ne s’agit que d’un simulacre de débat. Avec celui sur l’identité nationale, l’UMP et le Gouvernement avaient compris à leurs dépens qu’un débat ne se fait pas sur commande à une échelle aussi importante que la réunion de citoyens désireux de joutes verbales dans toutes les préfectures de France. De ce fait, cette fois, le débat sera interne à l’UMP.  Alors pourquoi répéter à longueur de journée que ce débat est essentiel, car il répond aux préoccupations des Français, si c’est pour au final n’offrir la possibilité d’en discuter qu’aux français de droite et détenteurs d’une carte UMP ? C’est avant tout un jouet permettant aux Copéistes d’assouvir leurs pulsions onanistes.
Lire la suite

Réponse à… « Qui pour remplacer Sarkozy ? »

Je n’ai fait que répondre rapidement à ce billet de mon ami l’Hérétique, mais pour ceux qui sont intéressés, j’ai déjà abordé ces sujets dans d’anciens billets (suivez les liens dans l’article).

 

par exemple, annoncer le recrutement en hausse de gendarmes et de policiers, celui de greffiers et d’experts pour la justice, de gardiens et de personnels pour les prisons, puis mener une politique de fermeté déterminée

Bien sûr, ce serait génial … mais avec quel argent ?

Aujourd’hui, la priorité, c’est de réduire cette foutue dette, de réformer le fonctionnement de l’État, et de libérer l’économie et l’initiative entravées de tous les côtés pour préparer l’avenir, pas de promettre des dépenses qui ne permettront pas forcément toujours un vrai gain d’efficacité.

Je voterai pour le camp qui promettra à la fois un projet moderne et ambitieux pour la France, tout en osant avouer que pour les années qui viennent, il ne peut nous promettre que « du sang, de la sueur, et des larmes« . Je ne voterai certainement pas pour ceux qui promettront plus de moyens à tout le monde, sans source de financement crédible.

Juppé ferait un pire score que Sarkozy. L’UMP est un parti qui marche à la fidélité, et sait se souder dans les moments importants, malgré des dissensions internes et normales, qui ont toujours existé. Et le moment venu, il sera beaucoup plus soudé et mobilisé qu’on ne l’imagine.

Imaginez bien qu’aujourd’hui, Sarkozy est le Président en fonction, cible de toutes les critiques. Il ne tombera pas plus bas, il est dans la pire des situations. Quant au PS, il ne peut que récolter quelques lauriers déplumés, puisqu’il ne fait que critiquer le bouc émissaire national, quant son candidat n’est pas carrément absent (donc à l’abri des coups). Attendez que le PS redevienne sur terre, doive se mouiller, s’avancer, prendre position, commence à prendre des coups de tous les côtés. Il est au plus haut, il baissera.

Si Marine, les Verts, et Méluche font un bon score, le second tour sera un 21 avril… à l’endroit !

On en reparlera. ;-)

[Malaberg] Comment je vois l’election de 2012, première.

Alors, ça me trottait dans la tête depuis un petit moment, je voulais donner mon sentiment sur la manière dont je pense que l’élection présidentielle de 2012 va être, tant au niveau résultats que de la campagne. Bon, il ne s’agit que de mon avis, il n’a aucune valeur prophétique, d’ailleurs je me goure tout le temps (donc vous pouvez être certain que se produira exactement le contraire de ce que je dis, c’est pas bête, c’est comme une boussole qui indiquerait le sud), et puis ça n’intéresse personne. D’ailleurs, il est probable qu’au fur et à mesure des évènements, j’affine ce que je dis (plein de messages en perspective !) ou que je change radicalement d’avis !

Ah, vous êtes encore là ? Vous avez du mérite.

Donc vous valez la peine que je commence, alors…

A l’heure actuelle, j’ai une quasi certitude : aucun candidat ne dépassera les 30%, quoi que puissent en dire les sondages. Et même les 25%. D’ailleurs, à mon avis, les deux qualifiés seront assez difficilement au dessus de 20%. Pourquoi ? Parce que les seuls « camps » (PS et UMP) à même de dépasser les 25% se sont tous les deux discrédités pas mal depuis 2007 (où je rappelle, on avait eu 26% pour le PS et 31% pour l’UMP)

C’est à dire que les candidatures qui siphonneront, dans une relative mesure, leur électorat de 2007 auront un certain succès, à mon sens.

Je m’explique. Pour ce qui est du PS, il montre de plus en plus qu’il n’est pas une force de changement. Avec le PS, c’est « la continuité assurée », et pour ceux pour qui c’est pas encore évident, ça le sera pendant la campagne, grace au concours des candidats UMP (qui va jouer dessus un max), FG, NPA, FN… donc, bah, ne restera sans doute qu’un noyau plus ou moins large d’electeurs pour le PS, bien loin des 26% de 2007… c’est pour ça que je pense que je suis généreux en disant 20 ou 21%, dans mon esprit ça serait plutôt 15-16%…

Pour ce qui est de l’UMP, Sarko a ses électeurs fidèles, qui ne sont plus aussi nombreux qu’en 2007, car il va y avoir des candidatures qui vont le parasiter. (moins il y en aura, au plus ça sera efficace, avec juste 2 ça sera parfait). Pour sa droite, Le Pen, pour son centre, Villepin. Avec ces deux là, les électeurs UMP qui ne passent pas à gauche pour autant vont pouvoir voter tranquillement. Donc, adieu les 31%. Si Sarko fait une très bonne campagne, il fera peut être 25-26%, sinon, il tombera facilement du coté de 20-22%, voire même si ça ne prend vraiment pas 17-18%.

Donc, voilà, je ne pense pas que ces deux là feront des scores mirobolants…

Pour ce qui est des autres, prenons le troisième de 2007, que je ne peux pas décemment balayer comme ça. Bayrou et ses 18.6%. D’après ce que j’ai dit précédemment, s’il gardait un tel score, il serait aux portes du second tour. Sauf que ça m’étonnerait. Parce qu’en 2007 du fait notamment de notre émiettement à gauche, il avait réussi à s’imposer paradoxalement comme « force de changement crédible ». Je pense que ce n’est plus possible, il a trop zigzagé pour garder sa crédibilité. Son problème était que chaque personne qui avait voté pour lui avait une attente différente, il était donc impossible de les contenter, ne serait ce qu’une majorité d’entre eux.. Avec 10% max, je crois être très génereux. et encore, on sera sans doute plus proche des 7% de 2002 que des 10%…

Pour ce qui est de la fille à papa Le Pen. Avec elle, pour moi, c’est le flou absolu. Je ne crois bien entendu pas aux sondages, comme je l’ai expliqué dans un billet précédent, et donc je n’ai aucune idée de ce qu’elle fera en 2012. Je pense que ça dépendra du niveau de droitisation de la campagne. Il faudra qu’on polarise cette campagne à gauche, car sinon, avec l’islamophobie d’état que nous préparent sarko et guano, pardon, guéant, ou guaino, je sais plus avec leurs noms, il est possible qu’ils la fassent sciemment monter, dans l’espoir d’expulser, comme en 2002, le PS du second tour. J’en sais rien. Je dirais ( je ne me mouille pas beaucoup, hein) 8% dans le meilleur des cas, 18% dans le pire.

Pour ce qui est de mon courant, la gauche… disons que au vu des sondages, (tiens, je crois aux sondages, maintenant ! Explication immédiate) qui nous sont par définition hostiles, on navigue au cumulé à 15%. Hé oui, on dirait pas, divisés comme on est, hein ?!

Bon, comme il est clair que le NPA ne se ralliera pas à notre candidature du front de gauche, et présentera, tout en nous reprochant la personnalisation autour de Jean-Luc Mélenchon, Olivier Besancenot pour la troisième fois, on aura comme d’hab des problèmes pour se faire entendre. Sauf que, je ne sais pas si le NPA aura les signatures pour se présenter ! hé oui, la dernière fois, il avait fallu que Sarkozy intervienne pour que Besancenot et Jean Marie puissent se présenter ! Je ne me fais pas de souci pour la fille de papa, mais pour Besancenot, si ! En effet, il avait une utilité tactique pour sarko la dernière fois ! C’était emmerder Royal !

Cette fois, Besancenot emmerdera Mélenchon.  Hors, l’UMP compte sur Mélenchon pour emmerder le PS (il n’y a qu’à voir comment ils sont conciliants et gentils comme tout avec nos candidats pour les cantonales, quand l’UMP tient la mairie…) Donc, il serait utile que Mélenchon ne soit emmerdé par personne, hormis Nathalie Arthaud (que j’ai rencontrée plusieurs fois, elle est très sympa et très ouverte, en fait, quand elle n’est pas à la tévé ou à la radio, à débiter « les luttes des travailleurs prolétaires pour le communisme sont un horizon que trahissent les socio traitres qui pullulent à gauche, etc. »), qui, avec tout le respect que je lui dois, ne devrait pas faire un score mirobolant (encore que je lui souhaite, je préfère la voir elle à 20% plutôt que la fille à papa)

Bref, je pense que Mélenchon fera au minimum un score de 10%, voire plus selon le contexte (il est clair que je le préfèrerai et le verrai bien plus à 20% qu’à 10%, mais là il y a trop de subjectif) car la « bulle » besancenot dans les sondages ne tient qu’à sa « réputation », ce qui n’est pas assez dans une campagne où il sera probablement peu visible… je pense qu’il ne devrait pas tenir le long terme, sauf engouement révolutionnaire (que je souhaite !), si tant est qu’il arrive à se présenter.

Voili voilou, je pense avoir à peu près tout balayé…

Ah, non, les écolos. Bah, je ne sais pas. J’aime bien Eva joly, elle est bien drole, mais pour ce qui est d’une candidature à la présidence… Nicolas Hulot, c’est une arnaque, comme l’a si bien montré celui dont les voies me sont si impénétrables, Corto, (edit : n’y vois AUCUNE allusion en dessous de la gorge…), Yves Cochet, dont on parle peu, président du groupe GDR à l’assemblée, candidat aux primaires écolo, pourrait être pas mal, mais je suis pas sur qu’on l’entende… Je ne sais pas. Sans doute pas un très bon score… peut être dans les eaux de Baillerou. Peut être moins. Sais pas.

Cette fois, j’y suis pour les scores…

Pour ce qui est de la participation, je pense qu’on peut dire adieu à nos presque 84% de 2007. étant donné le niveau de dégout, on sera dans le meilleur des cas autour de 80% (fourchette trrès haute à mon sens), et plus probablement du coté des 70%, comme en 2002. Et à ce niveau là, tout peut arriver !

Bon, et pour ce qui est de la campagne, Sarko tentera probablement de l’orienter très à droite, comme expliqué précédemment, comptant sur un noyau électoral plus large que celui du PS pour être au second tour face à la fille de papa. Il ne faut pas compter sur le PS pour la réorienter à Gauche, ils y seraient par trop mal à l’aise… Donc je pense que ça dépendra de nous, la gauche, de notre capacité à nous faire entendre. On verra bien…

Voilà, dans quelques temps (quelques mois probablement, la deuxième version…)

2012 sera drôle

Entre Mélenchon, « le bruit et la fureur, le tumulte et le fracas » , et Le Pen l’enragée (dont le programme sur l’Europe me fait peur), je pense que 2012 s’annonce comique. Pour le plaisir, comme c’est le week-end, je vous offre ce mini face à face, afin que vous prépariez vos zygomatiques au choc des Présidentielles à venir. C’est par ici. Bon dimanche. Quand même.

le bruit et la fureur, le tumulte et le fracas

%d blogueurs aiment cette page :