Con-lectif Roosevelt 2012

Si vous avez eu le plaisir de feuilleter la presse gratuite ces derniers jours, vous avez peut-être eu le malheur d’entendre parler du Collectif Roosevelt 2012.

Rien que le nom devrait faire peur à tout libéral qui se respecte. Prendre pour référence un président démocrate qui a appliqué de désastreuses mesures de relance keynésiennes de poudre aux yeux, c’est triste. D’ailleurs, au milieu d’un article gluant de connivence, un encadré de Metro rétablissait un semblant d’équilibre, en avouant que les politiques de Roosevelt eurent un effet au mieux très moyen sur l’économie américaine, mais étaient simplement restées comme un SYMBOLE POPULAIRE. Comprenez : une légende mensongère au possible.

Pourtant, Metro tente de nous rassurer. Il paraît que le collectif rassemble des personnalités de tous horizons, et que leurs propositions doivent transcender la droite et la gauche. Et là, si vous regardez la liste des membres du collectif, vous réalisez à quel point vous vous faites enfumer. « Tous horizons », « droite et gauche » … VRAIMENT ? Stéphane Hessel, Edgard Morin, Bruno Gaccio, Michel Roccard, Lilian Thuram, c’est la droite ultralibérale échevelée ? C’est l’équilibre droite/gauche dans toute sa splendeur ? De qui se moque-t-on ? La Fondation Danièle Mitterrand, le Conseil National du PS, un Conseiller Régional du Front de Gauche, ça transcende les clivages ? DE QUI SE MOQUE-T-ON ?

Et puis ce n’est pas tout… En terme de propositions révolutionnaires, on est servis ! Que du lourd, du vu, du revu, et du contre-productif.

Déjà, bien sûr, il y a l’idée d’offrir de l’argent gratuit aux États, via des emprunts à taux d’intérêt quasi nul. On a un problème de dette ? Offrons de l’argent gratuit, on règlera le souci. D’ailleurs, il suffit de demander à la BCE de faire tourner les rotatives en accéléré, pour imprimer des tonnes de jolis billets. ET POUF ! Plein d’argent. Comment n’y a-t-on pas pensé avant ? Consternant…

On continue dans du neuf et de l’original avec l’idée d’un nouvel impôt européen sur les sociétés. Comme les impôts précédents avaient déjà fait peser un poids fiscal hors-normes sur nos citoyens, notre économie, et nos entreprises, il suffit de continuer sur cette belle voie, afin d’asphyxier notre restant de croissance. TAXE-TAXE-TAXE, voilà le credo révolutionnaire des amis de Roosevelt.

La lutte contre les paradis fiscaux est aussi quelque chose de nouveau et clinquant. D’ailleurs, c’est connu, personne n’en a parlé jusque là. Nous sommes dans la droite ligne de la proposition précédente : après avoir transformé l’Europe en enfer fiscal, la suite logique est de s’attaquer aux paradis fiscaux.

Autre idée révolutionnaire déjà entendue un bon millier de fois : séparer banques d’affaires et banques de dépôts… Pourquoi pas, je ne prétends pas exceller dans la maîtrise de ce domaine, et il me semble même que Charles Gave, qui n’est pas la moitié d’un con, suggère à peu près la même chose. Maintenant, il me semble aussi que les banques qui ont causé le désastre de la Crise appliquaient déjà ce principe. Pas la panacée, donc.

Taxer les transactions financières. Sarkozy et Merkel y sont favorables. Rien de nouveau sous la tempête, donc. Et encore, nous ne reviendrons pas sur les effets délétères de ce système que la Suède a adopté avant de l’abandonner, et dont nous aurons vite fait de réaliser l’échec une fois que nous l’aurons mis en oeuvre. En même temps, actuellement, nos riches partent en Suisse, nos entrepreneurs partent à Londres, et les autres essayent la Belgique. Bientôt, il n’y aura plus rien à taxer. Ce sera la plus grande de nos victoires.

Déclarer la guerre au dérèglement climatique. Ça se passe de commentaire, non ?

Enfin, l’idée la plus géniale du lot est celle d’aller plus loin dans le partage du temps de travail. On frôle le loufoque avec béatitude. L’idée neuve du Collectif est donc de continuer dans une vision du marché du travail qui a conduit aux 35 heures, et aux taux de chômage astronomiques que nous connaissons ? Pourquoi persister à voir le marché du travail comme un gros gâteau de taille fixe ?

En somme, ne vous fiez pas aux apparences. Rien de nouveau, aucune idée neuve,  aucune trouvaille révolutionnaire… Du socialisme, encore, toujours, et dans la joie ! Du dirigisme, toujours plus loin, toujours plus fort !

PS : J’ai écrit cet article ce matin, et depuis, j’ai lu l’article d’Hashtable à ce sujet. Inégalable. Je vous le recommande chaleureusement. ;-)

Publicités

À propos Alexandre
Carabin passionné de politique, dextro-centriste et méchant libéral. Rule Britannia ! J'ai rarement tort mais ça m'arrive souvent.

11 Responses to Con-lectif Roosevelt 2012

  1. je n’en avais pas entendu parler, merci de l’info !

  2. MKL says:

    Je suis d’accord avec vous sur le fait que la plupart des mesures préconisées par ce collectif ne sont pas nouvelles, mais par contre leur mise en place simultanée pourrait se révéler d’une efficacité redoutable !

    Car si tout le monde évoque ces mesures à prendre, personne ne les applique en France concrètement, or il y a urgence !

    • h16 says:

      Il y a urgence à faire des trucs qui ont foiré partout ailleurs, effectivement. C’est le bon sens en action !

      • Alexandre says:

        Effectivement. Je ne vois pas comment les choses qui n’ont jamais fonctionné, ou pire, ont aggravé la situation, pourraient être utiles pour sortir le pays du merdier dans lequel ce même genre de propositions l’ont enfoncé.

        Remarque, ce genre d’idées iodiotes a plus de chances d’être apprécié en France que les idées libérales qui ont prouvé leur efficacité dans les 4 coins du monde.

        Pauvre petit pays…

  3. MKL says:

    – La réorientation du fonds de réserve des retraites vers la construction de logements a été faite aux Pays Bas depuis 20 ans => 300€/mois en moins en moyenne sur les loyers et des dizaines de milliers d’emplois créés.

    – Le « Kurzabeit » est en place en Allemagne depuis 2008 => « seulement » 220.000 chômeurs de plus alors que la crise a été 2 fois plus violente là-bas en 2008/2009 (-5% de PIB contre -2.5 chez nous), contre + 1.2 M en France …

    – La semaine de 4 jours « à la carte » est en place en France dans 400 PME depuis 15 ans (loi De Robien juin 1996 – Mamie Nove, Fleury Michon, Ducs de Gascogne etc…) => 15000 emplois créés/préservés – audits réalisés par le Ministère du Travail et la Caisse des dépôts sur la généralisation du concept.

    etc…

    Des solution « foireuses » dites-vous ?

    • RAfnawai says:

      Voilà une réponse constructive sur cette page où la critique est complètement survolée sans arguments valables ou juste quelques exemples d’une soi disant mise en place foireuse qui n’a jamais vraiment été testée. Ce n’est pas sans nous rappeler la partie crasse qu’on nous livre au journal populaire.
      On ne targue pas un mouvement citoyen de gauche ou de droite afin de le discréditer, mais bien par ses idées et la manière dont on pourrait les appliquer. Le fait que certains politiques s’y greffent ou en retirent les bénéfices personnels pour les élections ne regarde qu’eux.
      ça me fait bien rire que l’on puisse encore de nos jours se réclamer d’un mouvement libérale qui fonctionne correctement dans le monde, il suffit de regarder autour de soi pour se rendre compte que le mur est droit devant.
      Pour beaucoup d’entre nous du moins, peut-être pas pour vous.

  4. « Déjà, bien sûr, il y a l’idée d’offrir de l’argent gratuit aux États ». Il ne s’agit pas d’argent gratuit, mais à taux nul. La création monétaire est la même qu’il s’agisse de banque centrale ou de banque privée. La différence se situe dans les taux d’intérêt. Actuellement, les banques privées empruntent de l’argent aux banques centrales à taux réduit et le prêtent à leur tour aux états à un taux plus élevé, le bénéfice étant payé par l’argent public (impôts sur les sociétés, contribuables,…). Qui est le grand bénéficiaire: les banques privées. Le système était supposé empêcher de faire « tourner la planche à billets ». Le résultat est juste que ce sont les banques privées qui font tourner « la planche » à la place des états en gagnant au passage les intérêts payés par nous tous. Très constructif … pour les banques.

    « On continue dans du neuf et de l’original avec l’idée d’un nouvel impôt européen sur les sociétés »: Il ne s’agit pas de créer un nouvel impôt, mais de transférer l’impôt sur les sociétés (ou une partie, ce ne sont que des propositions de réforme après tout) des états à l’union européenne afin d’harmoniser la fiscalité dans l’Europe et arrêter la bataille fiscale entre États de l’Union (on est uni mais chacun se bat pour sa gueule) et ainsi stopper la fuite des capitaux. Bien évidement, l’Europe sera ensuite en concurrence avec les US, la Chine, les paradis fiscaux, etc, mais d’autres mesures sont prévues pour cela. Au moins, on arrêtera (diminuera) la concurrence entre états pour une vrai solidarité. Dans une union, c’est bien le minimum, non ?

    « Déclarer la guerre au dérèglement climatique. »: Oui, c’est un problème qu’il faut combattre. Ce ne sera pas facile, mais rien n’est facile dans ce monde. Si vous croyez que ce n’est pas une réalité parce que cet hiver a été froid ou autre constatation dans votre ville, c’est que vous ne regardez que le bout de votre nez (comme en économie). Le réchauffement est un phénomène global/mondial (et non local) en moyenne dans le temps et l’espace. Cela ne signifie pas qu’il puisse y avoir des différences locales et temporelles.
    De la même manière, les ressources ne sont pas infinies et il faudra bien finir par apprendre à économiser. Sans revenir à l’âge de pierre (je prévois les critiques), on peut envisager le monde autrement que par une pure compétition économique, en valorisant autre chose que la production brute. Les personnes « libérées » du travail du fait de l’efficacité grandissante et de la technique pourraient ainsi être valorisées pour autre chose, comme chercher des solutions, … C’est aussi du travail. Bien évidement, cela ne sera pas possible en restant dans cette logique économique primaire. Il nous faut évoluer. Oui, c’est facile à dire et pas à faire, mais c’est avec des idéaux aussi qu’on avance.

    « Enfin, l’idée la plus géniale du lot est celle d’aller plus loin dans le partage du temps de travail. ». Je dirais plutôt pourquoi persister à voir le travail comme un marché …

    De l’autre côté que propose t-on ?
    D’augmenter la TVA, ce qui va diminuer d’autant le pouvoir d’achat, et au final, plus personne ne paiera de TVA (à part ceux bénéficiant des baisses fiscales).
    De diminuer encore les impôts pour les entreprises et les plus fortunés, pour attirer des entreprises ? Quel sera le résultat ? Devoir emprunter encore et toujours plus pour payer les actifs. Du coup, pour rembourser la dette, une seule solution: économiser en supprimant des postes de fonctionnaires et en réduisant les dépenses. D’accord, il y a pas mal d’économies à faire: armée, fonctionnement de l’État… mais il y a un minimum au dessous duquel on ne peut descendre: l’Éducation nationale (un des plus gros budgets si je ne m’abuse) sous peine de pouvoir offrir aux entreprises du personnel qualifié, la Santé,…

    Bref, tout cela est un problème d’équilibre entre rentrées d’argent et dépenses, de répartition du fruit du travail entre les différents acteurs (actionnaires, salariés,…).
    La balance a simplement un peu trop basculé d’un côté. Il s’agit maintenant de rétablir l’équilibre.

    Je serais heureux d’en débattre.

    (Bon je publie en l’état, pas le temps de me relire…)

  5. Il est intéressant pour compléter son information sur les politiques néolibérales qui ont permis a un nombre infime de financiers de mener le monde, d’aller consulter la conference de mr asselineau sur les dix raisons de sortir de l’Europe qui nous montrent la façon dont les différents traites européens ont permis aux monstres froids de la finance internationale de dépecer tranquillement l’Europe et ses richesses au détriment de ses citoyens. Heureusement que nous n’avons pas vote le traite constitutionnel européen. Car faire voter un traite qui nous asservit encore plus en le renommant constitution, la loi au dessus de la loi qui devrait nous protéger des agissements douteux des politiciens berces par les accents neo libéraux, cela aurait constitue le comble de la naïveté pour ne pas dire de l’imbécillité.

  6. REGENT says:

    Voilà une approche qui mérite plus que des réactions immédiates. J’ai pris le temps d’une analyse approfondie, voir http://lumiere.olympe-network.com/Roosevelt2012.htm.
    Il y a selon moi de bonnes choses, mais aussi de sérieuses réserves. Dommage que la discussion soit polluée par des arrières-pensées électoralistes qui déforment ou caricaturent la réalité.

  7. MKL says:

    REGENT,

    Sur l’aspect obsolète de la RTT massive comme méthode efficace de lutte contre le chômage.

    Sur le site Roosevelt 2012, aucun détail concernant cette mesure n’est disponible, je vous suggère de vous reporter aux nombreux ouvrages de Pierre Larrouturou sur le sujet, notamment « Pour Eviter le Krach ultime » ou le prochain à paraître : « Occupons 2012 ».

    PL est à l’origine de la loi De Robien sur la semaine de 4 jours à la carte, dont la mise en place dans 400 PME (toujours en cours aujourd’hui) a été auditée par le Ministère du Travail et Patrick Artus, chef du service des études économiques de la Caisse des Dépôts à l’époque.

    Sur le web vous trouverez également des témoignages récents de chefs d’entreprises ayant franchi le pas, avec des résultats assez spectaculaires (voire inespérés pour certains)

  8. MKL says:

    Erratum : le nouveau bouquin de Pierre Larrouturou s’appelle finalement : « C’est plus grave que ce qu’on vous dit…mais on peut s’en sortir ! »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :