[Malaberg] le PS va se vautrer, mais magistralement…

Alors, avant de commencer, que ce soit clair, je suis pas un devin ni un oracle. Je livre juste ici ma conviction profonde.

Je pose plusieurs hypothèses, qui pourront être démenties par la suite : Sarkozy sera candidat, aucune révolution ne se sera passée d’ici là, les médias restent ce qu’ils sont, etc.

Je suis allé voir la conquête, le film sur Sarkozy, et, même si j’ai beaucoup apprécié les acteurs qui ont vraiment fait une splendide performance, je dois dire que ce que je retiens du film, c’est une leçon politique. Sarkozy cherche à être en phase avec l’opinion. (et ça marche). Dusse-t-il mentir, être démagogue, changer d’avis pour que l’autre entende ce qu’il veuille entendre, il fera n’importe quoi pour qu’on pense du bien de lui. Après, on déchante, mais en campagne, ça marche.

Je constate une chose : le PS n’est pas en phase avec l’opinion. Nous vivons une période de grande attente où la majorité du peuple va attendre que l’on mène une politique ferme. (ou, du moins, qu’on donne pendant la campagne l’illusion qu’on va mener une politique ferme) Le PS est complètement incapable, du moins dans sa forme actuelle, de répondre à cette attente. Peut être que d’ici quelques mois, il aura eu l’intelligence de changer, certes, mais si les PSocialistes étaient intelligents, 1) ils seraient au pouvoir depuis longtemps 2) ils ne seraient pas aussi arrogants et sûrs d’eux (marque de fabrique du PS) 3) ils ne seraient pas PSocialistes. Donc ça me parait assez peu probable, en fait.

Pour être en phase avec l’opinion, il faut dire ce que « les gens » attendent d’entendre, ou se débrouiller pour que ce qu’on dit soit ce que les gens ont envie d’entendre.  Après, la réalité de ce qui est fait ou du programme peut être toute autre, mais c’est secondaire pour quelqu’un qui ne s’informe pas correctement. Marine le Pen et le national socialisme plus généralement, c’est tout à fait ça.

Je vois deux grandes hypothèses, maintenant. Non, trois en fait, il y en a une qui est le croisement des deux.

Première hypothèse : le PS n’arrive décidement pas à être en phase avec l’opinion, il a désigné un candidat ou une candidate playmobil mou tout sauf volontariste. Sarkozy, lui, sait le faire, il reprend la main dans la campagne, et il est réélu. Le PS se sera vautré pour la quatrième fois consécutive à la présidentielle.

Deuxième hypothèse : Le rejet de Sarkozy est tellement fort qu’il ne réussit pas à reprendre la main sur l’opinion, et étant donné qu’une cruche en terre cuite ou un rouleau de PQ serait élu contre lui, le candidat PS en face est donc élu. Et là, patatras. Demandons nous une petite seconde quel genre de politique les PSocialistes peuvent faire. Je n’en vois qu’une : la politique menée actuellement partout en Europe, la politique de Sarko et de l’UMP. La rigueur. D’ailleurs, en conformité avec l’Union Européenne, ses traités, le FMI et consorts, le prochain gouvernement élu sera obligé de mettre en place un plan de rigueur et de renoncer à à peu près toutes les mesures qui demanderaient au moins un euro d’investissement. Du moins s’il ne souhaite pas rompre avec les institutions précédemment citées et les respecter à la lettre en faisant chaque jour une prière et des courbettes devant. (l’orientation actuelle du PS, quoi) . Donc ouste toutes les belles éventuelles promesses faites par les PSocialistes, place à la rigueur. Et là, ça me fait mal rien que d’y penser. Le « la politique, c’est tous pourris tous pareils  » va grimper en flèche, la gauche va sombrer une fois encore, bref, c’est peu réjouissant. Résultat des courses, le PS se vautre.

Remarque au passage : ça me fait rire quand je vois Alexandre dire que le PS sera dépensier, quand on voit ce que l’UE et les banksters nous préparent.

Troisième hypothèse, mixte des deux précédentes, donc. Le rejet de Sarkozy est très fort, mais la mainmise sur les médias&sondages de l’idéologie dominante est telle que la seule candidate anti-sarkozy crédible qu’ils laissent apparaître est Marine Le Pen. (il est d’ailleurs amusant de voir les médias faire quotidiennement campagne pour elle ces derniers temps). Le PS, toujours victime de sa médiocrité et de son incapacité à se mettre en phase un minimum avec l’opinion, ne passe pas le second tour et Sarkozy est réélu. Le PS se vautre.

Quatrième hypothèse : même que la précédente mais avec une percée du Front de Gauche et de Mélenchon avec (où à la place de) celle de Marine le Pen. C’est l’hypothèse à laquelle je travaille, et que je souhaite, mais on verra. Mais là aussi le PS se sera vautré.

Bref, voilà pourquoi l’idée du PS au gouvernement ne me fait guère envie. Et aussi pourquoi quand j’en entends dire « unité autour du PS pour qu’il soit au second tour (pour y perdre ?) et qu’il gagne la présidentielle », je dis « non, surtout pas, vous allez nous entrainer dans votre chute ! ». L’idée est affinée par ceux qui avancent « les états majors doivent se mettre d’accord et élaborer un programme commun, en faisant des compromis entre les différents programmes, c’est normal de faire des compromis ». Bigre. des compromis entre ceux qui disent « non il ne faut pas rompre avec les traités européens » et ceux qui disent le contraire ? Ça donne quoi ça ? une demi rupture ? de l’eau seche ? un cheval sans jambes ? un ordinateur portable de 50kg ? Une télé sans écran ? Sans blague, faudrait réfléchir avant d’écrire, parfois. De toute manière, la vraie question, c’est le rapport qu’on a face aux banksters et leurs laquais, tout le reste, c’est de l’enrobage et de l’enfumage par ceux qui ne veulent pas parler du fond parce qu’ils y sont mal à l’aise.

Je ne vois guère que deux personnes pour éviter l’un de ces scénarios catastrophe pour le PS. L’un est Jean Mallot, parce qu’il a de l’humour, et que je l’apprécie beaucoup (et puis il a la même profession que moi à l’origine ! Ah, corporatisme, quand tu nous tiens…). Mais l’humour ne suffira peut être pas à nous sortir de là, (encore que…) Le second est Arnaud Montebourg, parce qu’il a le courage de ses opinions. Mais il a sans doute trop merdé et zigzagué par le passé et s’est un peu égaré chez Royal, certains auront du mal à le lui pardonner (pas moi, il suffit qu’on me parle à gauche, et je vous aime, je suis un vrai naïf). Si le PS soutient Mélenchon dès le premier tour aussi sans trop se mêler de la campagne, ça peut être évité, aussi, mais cf l’arrogance de plus haut, c’est peu probable.

Voilà aussi pourquoi je trouve qu’il serait complètement suicidaire pour le front de gauche d’aller se mouiller dans un gouvernement PS si jamais il gagne en 2012, ceux qui le souhaitent au PCF manquent cruellement de discernement.

bon, allez, votre avis m’intéresse beaucoup sur ce sujet. Alexandre et Alboss aussi. Promis, j’essaie de ne pas mordre. Pas trop fort, en tout cas.

Sinon, à lire, trois petits trucs : Pourquoi je ne voterai pas utile en 2012, par monsieur Jo, un excellent dézinguage de « l’Unité 2012  » et comme d’habitude, un excellent billet de CSP

Edit : On est le 29 mai, anniversaire du référendum de 2005 et des 55% de non ! Et donc un rappel de plus de l’incapacité totale du PS de se trouver en phase avec la population… (ils ont fait passer le traité de Lisbonne, copie du TCE, en 2008…)

Publicités

À propos Malaberg
Blogueur associé provençal perdu dans le nord et caution de gauche sur un blogue de droite. Mais je le vis bien !

One Response to [Malaberg] le PS va se vautrer, mais magistralement…

  1. Christian Lindner says:

    6 ans déjà! Comme le temps passe vite! Comme rien ne change!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :