Raciste ou pas ?

Alors que la vindicte populaire et l’acharnement du média de la transparence (dont la transparence aux relents de dénonciations staliniennes et de chasse aux sorcières ferait pâlir d’envie n’importe quel Wikileaks) et du goudron et des plumes, alias Mediapart (le média de ce parangon de vertu, Edwy Plenel, que je rêve de voir embourbé dans la même merde qu’il inflige aux victimes de ses indignations compassionnelles et vendeuses d’abonnements), cette incarnation d’honnêteté journalistique, frappait Laurent Blanc, j’ai entendu une petite histoire à la radio, révélatrice de notre état d’esprit.

Imaginez l’ambiance des vestiaires de l’équipe de France en 1998, après la finale, une fois la coupe remportée… Maintenant, imaginez un joueur quelconque, de « couleur » (parce que « noir » , ce serait sans doute raciste, non ?), qui s’adresse à ses coéquipiers et, empli d’enthousiasme, lance une idée : « Et si nous faisions une photo avec tous les Blacks de l’équipe autour de la coupe ? » . Jusque là, peu d’entre vous seront choqués, et ça semble même plutôt sympa.

Maintenant, imaginez qu’un autre joueur, blanc, s’adresse à ses coéquipiers en ces termes : « Et si nous faisions une photo avec tous les Blancs de l’équipe autour de la coupe ? » . C’est bon ? Et maintenant ? Trouvez-vous l’idée sympa, ou l’envie de crier au racisme vous saisit-elle ? Si vous êtes dans le 2e cas, rassurez-vous, vous avez un comportement normal dans notre société endoctrinée par l’idée d’un racisme « à sens unique » .

C’est étonnant, non, comme notre jugement sur des propos aussi banals peuvent différer selon qu’ils concernent un « blanc » ou un « noir » ? Et vous trouvez ça normal ?

Maintenant, dites-vous que celui qui a eu l’idée de la « photo des blacks » était Lilian Thuram, le même qui ramène aujourd’hui sa fraise pour enfoncer ce pauvre Laurent Blanc dans les médias, et qui a encore perdu une occasion de se taire. Qui est le vrai raciste ?

Soit il est tout autant acceptable de parler de « blancs » que de parler de « noirs » , soit on refuse les deux. Mais il n’y a pas de racisme à sens unique.

Maintenant, rien d’étonnant à ce que les associations anti-raciste et panurgistes traditionnelles s’indignent, se scandalisent, s’insurgent contre Laurent Blanc et ses acolytes. Tous ces procès en racisme sont une épatante source de financement pour eux. Pour reprendre les propos de Corto :

Le secrets de ces 2 affaires: le pognon !

les assoc’ en question ne vivent que de 2 choses: les subventions publiques et les gains obtenus en procès.(j’avais trouvé le bilan d ces associations c’est éloquent)

Mediapart est tout juste à l’équilibre, faire ce genre de coup, en ne divulguant qu’au compte goutte ses infos, a trouvé le système pour augmenter le nombre de ses abonnés.

Dans un cas comme dans l’autre c’est pitoyable

Et notre justice suit le mouvement avec béatitude, préparant déjà la réussite des thèses nationalistes et frontistes, basées, on le sait, sur ce sentiment qu’il y a une différence de traitement, une différence de considération, entre les uns et les autres… Comment on dit déjà ? Ah oui, de la discrimination.

Pauvre pays.

A propos de Laurent Blanc, puisque je ne fais qu’affleurer le sujet, je vous renvoie à l’instructive lecture de mes camarades l’Hérétique, Nicolas, qui revient sur le terrorisme intellectuel de l’anti-racisme, Corto, Nick de Cusa de l’excellent Contrepoints, et enfin, Xerbias, qui joue au jeu du « Ni oui, ni non, ni blanc, ni noir »

Publicités

À propos Alexandre
Carabin passionné de politique, dextro-centriste et méchant libéral. Rule Britannia ! J'ai rarement tort mais ça m'arrive souvent.

6 Responses to Raciste ou pas ?

  1. Bon, donc comme il peut y avoir des noirs racistes il ne faut pas dénoncer aussi le racisme des blancs ? C’est un peu court comme argument.

    • Alexandre says:

      Non, le but de la démonstration n’est pas de dédouaner ou d’excuser les Blancs racistes. Je cherche simplement à faire ressentir à quel point la plupart de nos esprits sont formatés, malheureusement, à voir, et cela dans un même propos, du racisme quand il s’agit d’un « noir » , et de ne pas en voir quand il s’agit d’un « blanc » . L’idée est de faire prendre conscience que le racisme n’est pas à sens unique, mais est parfois réciproque.

      Tu parles de la conséquence de ce raisonnement. La conséquence n’est pas que des Blancs ont raison d’être racistes. La conclusion à tirer de tout ça est qu’il faut parvenir à dépasser les préjugés pour considérer les deux versions des propos dont je parle de la même manière :
      – soit on réprouve et on dénonce ces propos dans les DEUX cas ;
      – soit on tolère ces propos dans les DEUX cas.

      Et si vraiment je dois me mouiller, entre les deux options, je préfère encore la tolérance mutuelle : ça ne me choque pas que les « Blacks » puissent prendre une photo entre eux, mais ça ne me choque pas plus que les « Whites » prennent une photo entre eux.

      Tu vois où je veux en venir ?

      • Malaberg says:

        je n’ai pas vraiment pris le temps de réfléchir sur le sujet, mais est il envisageable que la différence entre « blancs » et « noirs » se fasse également sur le fait qu’ils ne viennent pas tous de la même situation ? D’un coté préjugés dégradants, discrimination à l’embauche, discrimination tout court même pour certains, donc tentative de montrer par une photo qu’on vaut mieux que les clichés pouvant circuler, qu’ils peuvent réussir, de l’autre des gens qui voudraient un peu bêtement les copier… un peu comme la vieille blague à propos de Mai 68 : les étudiants crient « CRS-SS ! », et les CRS répondent bêtement « étudiants-dian-dian ! », completement à coté de la plaque.
        Après, c’est une réaction vite fait, à chaud, même, comme on dit.

  2. Excellent article auquel j’adhère totalement. A mettre en parallèle avec une interview récente de Malek Boutih publiée dans le Journal Le Monde: http://www.lemonde.fr/sport/article/2011/05/05/quotas-dans-le-foot-pour-malek-boutih-le-probleme-du-racisme-est-instrumentalise-pour-d-autres-enjeux_1517591_3242.html

    Car en dehors des démagogues que vous dénoncez fort justement (qu’on pourrait qualifier de « vieille gauche »), le discours de Malek Boutih s’inscrit dans le modernisme et l’adéquation à la réalité. Extrait: « Il ne faut pas être langue de bois : on entend souvent ce genre de choses dans la vie quotidienne. On va acheter quelque chose « chez l’Arabe du coin », on mange « chinois », sans se demander si la personne est vietnamienne, de Hongkong ou d’ailleurs… Ce sont des raccourcis. Mais ce type de langage n’est pas obligatoirement raciste dans le sens où il n’implique pas forcément du rejet ou des jugements de valeur. Dans certains milieux où le langage est bien plus châtié, les pratiques peuvent être bien plus discriminantes, comme dans le monde politique. Toute l’attention de l’opinion publique en matière de discrimination se tourne vers les terrains de football, alors que sur les bancs de l’Assemblée nationale, on parle certes plus poliment, mais le barrage et le filtrage des minorités sont bien plus puissants. »

    Si seulement la gauche « archaïque » pouvait méditer sur ces propos…

  3. Alboss says:

    Je voulais écrire là-dessus, parce que le foot a toujours été une grande passion. Le souci, c’est qu’il y avait à cette réunion des racistes notoires, et ce depuis près d’une décennie. Il y avait, à l’exception de quelques uns, dont Laurent Blanc, des entraîneurs qui ont connu toutes les sélections de la FFF, de tous les âges depuis bien trop de temps. Ces gens là sont responsables des échecs de la France en 2008 et en 2010, car ils sont responsables de la formation.
    Il fût un temps où la politique de formation était simple : le meilleur à chaque poste, et on ne faisait pas cas de la couleur, d’où le black blanc beur de 1998. Et ce n’était pas une illusion à l’époque !

    Depuis quelques années, les centres de formation français (les clubs), tout comme celui de la FFF, se sont spécialisés dans les grands blacks costauds. Parce que ça correspond au schéma de jeu qui a été imposé par la Direction Technique Nationale, avec des gaillards au milieu pour récupérer le ballon. Les techniciens, les magiciens du ballon rond dès lors qu’ils étaient petits et fragiles étaient systématiquement écartés, si ça c’est pas du racisme… Force est tout simplement de constater qu’en terme de grands et costauds, en championnat de France il y a principalement des noirs. C’est ce qu’a dit Laurent Blanc, il l’a dit dans le sens où il voulait que cela cesse.

    Il mène en fait une réflexion de fond, et il l’a fait depuis le premier jour de son accession au poste de sélectionneur de l’EDF, ouvertement ! Il veut qu’on arrête de sélectionner des noirs qui ne sont choisis QUE pour leurs qualités athlétiques. Place au beau jeu, aux techniciens, quelque soit leur couleur et leur taille !

    Sauf qu’il y avait d’autres personnes dans cette réunion, qui étaient des lieutenants de Domenech, qui le sont toujours… d’autres encore qui avaient des comptes personnels à régler avec le DTN actuel, Blaquart, et d’autres enfin qui espèrent s’enrichir sur le dos du foot français comme beaucoup l’ont fait depuis dix ans.

    Il n’y a jamais de propos racistes de Laurent Blanc dans cette affaire. Ah si.. selon Plenel. Mais ça vaut ce que ça vaut, l’avis de Plenel.

  4. Vlad says:

    L’anti-racisme à la française c’est un gros business de politiciens. Comme l’écocitoyenneté. Du marketing tout ça.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :