[Malaberg] Soyons méchants

Après une longue absence (et oui, vous aurez remarqué que mon activité ressemble à une sinusoïde, avec des hauts et des bas, mais avec plus de bas que de hauts, en général), il me semble qu’il est temps que je revienne polluer ce splendide blog de droite avec ma mauvaise foi gauchiste.

Tiens ? Vous continuez à lire ? Tant pis pour vous. Faudra pas venir pleurer.

Encore là ? Malgré tous mes avertissements ? Bon, après tout, c’est votre problème…

Tout d’abord, je dois avouer que j’ai beaucoup rigolé en lisant le dernier billet d’Alexandre sur Sarkozy. Il le soutient, encore et toujours, ce qui, à mon sens, dénote soit une totale différence de valeurs avec moi, soit une inconscience totale. Je penche pour la première solution, qui m’attriste cependant beaucoup plus que la seconde.

Petite analyse critique et méchante de son billet.

Il est encore temps de fermer la page et de retourner voir vos mails.

Après cette ligne il sera trop tard.

Tout d’abord, il défend sarkozy contre les attaques Ad hominem dont celui ci a été et est encore victime. Je dois dire aussi que ce genre de critiques m’insupporte, mais sans doute pas pour les mêmes raisons. La raison principale en est surtout que lorsque l’on fait une critique ad hominem, on critique surtout la forme et pas le fond. Nous voyons là tout l’intérêt des soit disant socialistes de produire des critiques ad hominem, en effet, ces derniers n’ont aucune divergence de fond avec Sarkozy, sauf sur la xénophobie et les questions sociétales (mariage gay), ce qui ne suffit pas à faire des divergences suffisantes pour battre un adversaire, à l’évidence.

Pour ma part, ce que les attaques ad hominem m’inspirent, ce n’est pas, au contraire d’Alexandre, de dire « oh, mais non, sarko il est gentil, il est attendrissant, il est courageux, blablablabisounounours » ON S’EN FOUT DE TOUT CA. Moi, ça me fait plutôt penser que cette fonction présidentielle est décidément une aberration qu’il convient de supprimer. On garde le Volk, mais nul besoin de Reich ni de Fürher. Mais apparemment, c’est très dur de mettre dans la tête des gens qu’on peut très bien vivre sa vie sans un Fürher au dessus de soi. Bande d’esprits soumis va. Je suis d’humeur méchante, alors j’ai bien envie de traiter ce genre d’éternels bébés psychologiquement dépendants d’une maman ou d’un papa symbolique de véritables Untermenschen, pour rester dans le registre.

Les hommes sont faits pour vivre libres, et prendre leur destin en main ensemble, mais pas pour être soumis et suivre. Celui qui vous dit le contraire a intérêt à ce que vous persistiez dans votre torpeur : vous faites ses affaires. Un peu comme quand vous ne voulez pas que vos parents n’entrent dans votre chambre à cause de tout ce que vous pouvez y cacher, et du bazar qui y regne. « Mais oui maman ma chambre est rangée et propre, pas besoin de venir voir ! ». Tu parles.

Bref, quand le peuple chat dort, les souris oligarques dansent.

On n’a nul besoin que quelqu’un prenne en charge nos vie, à fortiori si on délègue la quasi totalité du pouvoir à UNE personne. Supprimons la fonction présidentielle. Et rendons le pouvoir au peuple, avec une nouvelle constitution, car supprimer le rôle du président de la république ne résoudra rien tout seul, bien évidemment, ce n’est qu’une partie du problème, certes incontournable, mais une partie quand même.

Voilà pour ce qui est de la fonction du gentil Nicolas Sarkozy, oukilémignon.

Ensuite, j’apprécie l’impératif moral qui sort d’on ne sait où (enfin, j’en ai une petite idée, mais je ne préfère pas la dire, je ne suis pas d’humeur à ce point carnassière) : il faut BOUGER. L’immobilisme nous TUE. IL le FAUT. Pourquoi ? PEU IMPORTE, IL LE FAUT !!!!!!

Evidemment, on ne le saura pas, pourquoi. Ah, si, il parait que les autres bougent. Pour aller où ? Je ne sais pas, ils bougent. Je suis devant le gouffre, je bouge pour aller de l’avant ?

C’est absurde. Completement.La preuve en est qu’on ne nous donne aucune justification de cela. Idem avec le mot « réforme ». IL FAUT REFORMER !! Pourquoi? IL LE FAUT ! C’EST NECESSAIRE ! PUISQUE JE VOUS LE DIS.

une seule réponse s’impose alors : « si tu le dis, camarade Staline, c’est que ça doit être vrai ».

Alors, sous prétexte donc qu’il convient de bouger, il vaut mieux faire n’importe quoi que de ne rien faire. C’est à peu près ce qui ressort du message… Ca tombe bien, c’est vraiment ce qui a été fait.

D’un point de vue un brin détaché, en tout cas.

Allez, là où il y a de la gêne, il n’y a pas de plaisir.

La réforme de la PAC engagée dans quel sens ? pour les petits agriculteurs ? Ah, non, dommage…, le Grenelle de la mer (ressources et énergie sous-marines de la France, qui possède la 2e Zone Économique Exclusive au monde)Laissons les poissons tranquilles…, le Grand Paris La folie des grandeurs ! normal, en y réfléchissant^^, le soutien à la Défense Européenne hop, nous voilà affiliés à l’europe qui est à la botte des Etats Unis !, la réintégration du Commandement de l’Otan Deux couches de peinture valant mieux qu’une… hop, nous voilà encore plus à la botte de Ouaulestrite !. , l’Accord de Défense avec la Grande-Bretagne que dis-je, trois couches! Lions nous au plus fidèle des caniches pro-Etats Unis, au cas où les deux mesures précédents ne suffiraient pas…, le renforcement des effectifs en Afghanistan Chouette, allons faire encore plus de guerre pour le pipeline !, l’intervention courageuse en Libye (à laquelle plus personne ne croyait, rappelez-vous !) Vive l’impérialisme ! Cela dit, la Libye étant un dilemme, pas de bonne ou de mauvaise solution à mon sens, la résolution de la Guerre en Géorgie par la Présidence française de l’Union Européenne ou comment se faire de la com’ à peu de frais et réécrire l’histoire, le Grenelle de l’Environnement Pipoooootissime !!!!!!!!!!! je le sais, c’est mon boulot que de travailler dessus, les Internats d’Excellence ou comment se donner bonne conscience en faisant couler le reste de l’éducation nationale, la loi TEPA sur les heures supplémentaires et surtout sur les diminution d’impôts, c’est mamie zinzin qui est contente ! Vive le bouclier fiscal !!, le statut d’auto-entrepreneur ou d’esclave, mais il parait que ça a été aboli, alors on a changé le nom, le RSA avec le retour du STO ! Ah, décidément, chassez le naturel, il revient au galop…, la mise en place du Pôle Emploi Pole Chômage, plutôt, non ? Ou mieux, « machine à radier les chomeurs ». Pratique, pour faire diminuer le chomage, effacez vos listes !, le soutien aux pôles de compétitivité ou la mise en concurrence des territoires, la « prime à la casse » ou comment faire un gâchis écologique monstre, l’autonomie des universités et leur assujétissement au monde entrepreneurial, ainsi qu’à sa « kaporalisation », la réforme constitutionnelle (ayant renforcé la démocratie) Ah ? On ne doit pas parler de la même…, la réforme vitale des Retraites pour les fonds de pension qui lorgnaient sur ce magot

Bref, je n’ai guère vu de mesure positive, dans tout ça… On pourrait ajouter la casse de la santé publique, des hopitaux, de la fonction publique hospitalière, la précarisation croissante du secteur public, la casse du service public en général, la politique absurde à l’égard des immigrés, des sans papiers, la fusion des électorats UMP et FN au profit du FN, mais je pense qu’on en a déjà assez comme ça…

comme dit alexandre, c’est loin d’être parfait. Oh, oui, très loin. A l’exact opposé, je dirais même.

Et puis enfin la crise. Ah, oui, la crise. Elle a bon dos, la crise. Et oui, c’est la crise. Il n’y a plus d’argent ! Même au Cac 40, c’est la crise ! la meilleure preuve en est que l’année 2010 aura été un record de versements de dividendes aux actionnaires de ces entreprises ! N’est ce pas un symptôme incontestable du manque d’argent ?

D’ailleurs, merci au modèle social français d’avoir amorti ladite crise. En effet, dans les autres pays, ça a été pire. Merci à la sécu, aux CAF et aux Assedics d’avoir aidé un peu les chômeurs. Oh, c’est bizarre, mon coquin de petit doigt me dit que ce n’est pas Sarko qui les as mis en place, ces trucs là ! Oh, le vilain, il me susurre même qu’il les a bien amochés !

Globalement négatif me semble être un terme trop positif pour décrire le mandat pas encore terminé. Franchement négatif, ça commence à s’approcher un peu plus du réel… sauf pour mamie zinzin qui, elle, n’a pas à se plaindre de la politique menée !

Enfin, Alexandre a bien pris soin de garder le meilleur pour la fin. L’analyse des autres candidats. Chose rigolote, personnalisation et personnalisation de ce sujet (ah, il est sérieux, il est méchant…). Je le répète, la personne, ON S’EN FOUT.

Enfin, sur le PS… Bon, désolé, moi et les sondages, ça fait 7. Je n’y prête plus de crédibilité, surtout pour les sondages politiques. En fait, je m’en fous. Les sondages sont la maladie de ce qui reste de notre démocratie. Un vrai cancer. Et comme tout cancer, sans traitement, ça va en s’aggravant… Et pour l’instant, on traite que dalle.

Cela dit, la critique du PS est somme toute assez juste je dois le reconnaître. De l’UMP ou du PS, je ne sais pas lequel des deux est le plus cynique dans son comportement. (NB : la formule UMPS ne vient pas de Marine le Pen, mais du journal Marianne… Formule reprise par Le Pen)

Un mot cependant : pour Alexandre, il n’y a apparemment pas d’argent, puisqu’il reproche aux socialistes d’attendre que l’argent tombe du ciel. Ok, donc, il n’y a pas d’argent. J’en déduis donc qu’on est pauvres, non ? Donc, on a du être bien plus riches avant, non ? alors, ça ne doit pas être difficile de ne sortir une année parmi les nombreuses qu’il doit y avoir, n’est ce pas, où le PIB (principal indicateur de l’argent) a été supérieur à celui d’aujourd’hui, non?

allez, je te laisse chercher une année…

Comment ça, tu ne trouves pas ?

Il n’y a pas d’année où le PIB de la France a été supérieur à celui d’aujourd’hui ?

La France est donc plus riche qu’elle ne l’a jamais été, donc, non ?

Pourquoi tu nous dis qu’on n’a pas d’argent, alors ????

Aaaaaah, je sais. Il y en a, mais dans le privé. Chez mamie zinzin et consorts.

Alors, il ne faut pas dire qu’il n’y a pas d’argent, mais que l’argent a été confisqué par quelques uns qui ne veulent pas le rendre, c’est pas pareil…

Tsss, j’vous jure,ces lycéens, jamais réveillés le matin, c’est pour ça qu’ils sortent des âneries pareilles : ils dorment et oublient la moitié des mots !

Et enfin, j’apprécie beaucoup le

Allez, je vous épargne le reste de la Gauche, ça ne vaut même pas la peine d’expliquer pourquoi je n’y crois pas.

je dois dire que c’est ça qui m’a décidé à être méchant.

Z’êtes pas content de ce que j’ai écrit ?

Bah tant pis. Pouvez pas dire que je ne vous avais pas prévenu. Allez pleurer ailleurs, s’il vous plait. Ici, je ne veux que des « bravo monseigneur », avec force applaudissements…

Voilà, je suis de retour !

PS : Les socialistes ne seraient pas pires que la droite. Un peu mieux, sans doute. A peine. Sans doute pas assez pour que j’aille voter pour eux.

PPS : Je vous recommande cet article de CSP, que je trouve excellent. Bravo CSP, on n’a pas les mêmes opinions, mais j’aime bien ce que tu fais !

PPPS : Cet article est également excellent, si ma prose et celle de CSP ne vous ont pas suffi. JLM écrit bien, il s’est un peu inspiré de mon style, d’ailleurs, sans l’égaler, toutefois…

Publicités

À propos Malaberg
Blogueur associé provençal perdu dans le nord et caution de gauche sur un blogue de droite. Mais je le vis bien !

5 Responses to [Malaberg] Soyons méchants

  1. luciolebrune says:

    Ouh là là je viens me mettre au balcon pour assister à la suite des commentaires (sanglants je suppose)… Oh j’ai bien fait de taguer Alexandre moi…
    ça va mettre de l’animation tout ça !

  2. Alboss says:

    Fiou, Malaberg dégomme à coup de mortier. Y a du Mélenchon dans le texte, ce qui n’est pas forcément réjouissant de mon point de vue. En tant que Gaulliste, je ne peux que partager ton analyse sur le service public. Pour le reste, c’est le refrain éternel. Y a de la méchanceté mal placée à certains endroits, mais bon, cette fois c’est du Malaberg dans le texte.

    La parole est à la défense.

    • Malaberg says:

      Mais non, mais non, aucune méchanceté inutile dans ce texte. Je ne vise personne en particulier, si tu me lis bien, mais si quelqu’un se sent visé, alors qu’il s’arrange avec sa conscience qui le taraude(rait).

      Hé, non, pour l’instant, toujours pas de réaction d’Alexandre, luciole, tu risques d’être déçue, en fin de compte…

      Alboss, je regrette l’absence de critique de fond dans ton commentaire. (l’éternel refrain, c’est un argument ad hominem quand on ne le développe pas) J’en déduis que le fond est excellent, ce dont je ne doutais pas.

      Hihi

  3. Alexandre says:

    Je suis à nouveau totalement débordé ((pas) comme les fonctionnaires, tu sais ? :p) cette semaine. Donc je n’ai pas le temps d’apporter une réponse très approfondie pour le moment. Je n’ai d’ailleurs fait que survoler l’article.

    Cela dit, je te répondrai, mon cher Malaberg, dès que possible, peut-être ce week-end ou vendredi soir, si tout va bien, voire d’ici là si je m’en sors mieux que prévu.

    Cela dit, plus j’échange avec toi, plus j’en arrive à un constat, mais je ne sais pas si tu le partages. Je pense que la principale difficulté dans nos débats, c’est que nos positions sont totalement inconciliables, puisque j’ai le sentiment que nous ne partons pas du même « référentiel » . Si tu veux, on ne voit pas le système économique et social de la même manière, et chacun se base sur une certaine idée de la société ou de ce qu’elle devrait être, différente, pour en tirer des conclusions, et des solutions à diverses problématiques.

    Nous avons sans aucun doute le même but : assurer la prospérité et le bonheur du plus grand nombre, mais nous n’empruntons pas du tout les mêmes voies, et ces voies sont, je le répète, inconciliables, puisqu’elles ne se basent pas sur un même système de pensée. Alors que si nous nous accordions au moins sur les données du (des) problème(s), nous pourrions imaginer une convergence de nos idées.

    C’est un fait, et ce n’est pas péjoratif.

    Si je caricature au maximum, la vision de Gauche est qu’il faut tendre vers la prospérité du plus grand nombre par la voie de l’égalité, et par des moyens directs, tandis que la vision libérale est qu’il faut assurer la création de richesse pour la redistribuer, et qu’il faut prendre pour valeur clé l’équité. Les libéraux estiment, en (très) gros que la méthode directe n’est pas viable à long terme, tandis que les moyens indirects de produire de la prospérité permettent de meilleurs résultats sur le long terme.

    Après, peut-être ne vois-tu pas les choses comme ça, et il me semble que tu avais déjà dit sur ce blog que la vision d’un homme de gauche est bien plus manichéenne et moins « relativiste » que celle d’un libéral ou d’un homme de droite.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :