Droit de vote à 16 ans… Pourquoi pas ?

La tribune de Christophe Girard dans Libération (occasion unique pour moi de visiter le site de ce quotidien, en mode « voyage en terre inconnue » ) plaidant pour le droit de vote à 16 ans n’a pas fait beaucoup parler d’elle, bizarrement. Pourtant, ce débat a son intérêt.

De prime abord, on a parfaitement raison d’adopter une posture très méfiante vis-à-vis de cette idée. Quand on voit la faiblesse de la culture politique des « jeunes » et leur manque absolu de toute réflexion politique aboutie ou en progrès (que je suis bien placé pour constater, étant moi même lycéen…), qui n’ont d’égal que leur manque de culture générale et leur manque absolu d’intérêt pour tout ce qui dépasse leur strict quotidien nombriliste, il y a de quoi hurler son désespoir à l’idée que le droit de vote pourrait être offert à des apprentis citoyens si mal placés pour s’en servir. Voilà de parfaites victimes potentielles du populisme le plus démagogique, et des cibles manipulables à souhait.

C’est pourquoi je suis opposé à l’extension systématique du droit de vote aux 16-18 ans.

J’ai bien dit systématique.

Par contre, voilà ce qui pourrait être intéressant à réfléchir. A partir de 16 ans, un jeune pourrait faire une démarche volontaire de demande du droit de vote « anticipé » , à sa mairie. A l’occasion de sa « Journée Défense et Citoyenneté » qui a lieu généralement dans l’année de ses 16 ans, ce jeune, avec tous les autres jeunes dans son cas, passerait un « test » supplémentaire, de culture politique. Pas le genre de questions pointues devant lesquelles même un étudiant à Sciences Po’ resterait songeur, mais des questions simples, mais basiques, portant, par exemple, sur la connaissance des anciens Présidents de la République, sur le fait d’être capable d’attribuer à un ancien Premier Ministre de la 5e République son parti d’origine parmi plusieurs choix etc. Le jeune ayant réussi ce test se verrait offert le droit de vote.

Voilà un moyen simple de permettre à des jeunes motivés et intéressés par la politique de s’impliquer davantage. Parce qu’il y a sans doute des jeunes de 17 ans qui sont plus éclairés pour faire un choix politique que certains autres de 20 ans…

Alors que l’on s’inquiète toujours davantage de l’abstention, il serait absolument contradictoire d’empêcher des jeunes volontaires et réfléchis de prendre part au jeu démocratique. En outre, les partis politiques seraient obligés de focaliser davantage leur attention sur les jeunes générations, ne serait-ce que pour les inciter à faire cette démarche, ou pour les convaincre de rejoindre leur camp. Voilà un bon moyen de faire à nouveau des jeunes citoyens des acteurs impliqués volontairement (et non pas à marche forcée) dans la Démocratie.

Et que pensent nos amis blogueurs de tous horizons du droit de vote à 16 ans ?

Publicités

À propos Alexandre
Carabin passionné de politique, dextro-centriste et méchant libéral. Rule Britannia ! J'ai rarement tort mais ça m'arrive souvent.

10 Responses to Droit de vote à 16 ans… Pourquoi pas ?

  1. h16 says:

    Tu ne m’as pas demandé mon avis mais je te le donne quand même : le droit de vote, ça devrait être à partir de, mettons, 60 ou 65 ans, quand on a acquis suffisamment d’expérience pour pouvoir l’ouvrir. Et encore.

  2. ValLeNain says:

    réponse à venir dans la journée le sujet m’intéresse, et je piquerai le commentaire d’H16 tiens !

  3. Patrick-Louis Vincent says:

    Pourquoi 16 ans ? Pourquoi pas 14 ans ou quand on commence à avoir du poil au zizi ?

    Cette proposition est stupide. Déjà à 18 ans les jeunes n’ont aucune conscience politique, pas la moindre connaissance du fonctionnement des institutions, alors en dessous, n’en parlons pas.

    L’adolescence n’est pas le bon âge pour prendre une responsabilité politique ; et voter est une responsabilité politique, même si elle est limitée dans ses effets. L’adolescent est mal dans peau, plus tout à fait enfant, pas encore un adulte ; le cul entre deux chaises. Laissons lui le temps de se trouver,d’approfondir ses connaissances, d’enrichir ses idées en discutant avec les adultes ; ensuite, il pourra se positionner.

    Laisser le temps au temps, disait Mittérand. Laissons l’ado grandir !

    Qu’il étudie et courre la gueuse (ou le gueux), c’est plus de son âge.

  4. ans complétement d’accord avec vous ! vive le vote volontaire avant 18 ans

  5. Ping : Voter à 16 ans ? oui, mais… non | 100 000 V

  6. Malaberg says:

    Je suis d’accord, c’est une bonne idée. J’aurais bien aimé avoir le droit de vote en 2007, même si, en y réfléchissant, ne pas avoir eu à voter ne présente pas que des inconvénients…

    A titre indicatif, l’idée n’est pas neuve. Une idée de ce genre avait été appliquée, à la libération (pouah, le CNR !! beeerrrk, n’est ce pas ?) la majorité était à 21 ans, mais les jeunes qui avaient fait la résistance pouvaient voter dès 18 ans, s’ils le demandaient.

  7. Alexandre says:

    @H16 :

    Je ne te l’ai pas demandé, mais je suis ravi de l’entendre. :) En fait, je dois dire que je m’y attendais un peu, connaissant tes positions concernant le vote et les élections. Cela dit, blague à part, l’argument de l’expérience de ses 60-65 ans n’est pas forcément le meilleur, puisqu’il y a encore énormément de vieux cons. Il y a même des vieux qui votent communiste, j’en connais. C’est dire ! Y a-t-il un âge où un citoyen est apte à voter intelligemment ? Ce n’est pas évident, surtout qu’a priori, personne n’a la science infuse, et peut juger de la pertinence d’un choix électoral (on peut critiquer un choix, mais difficilement être certain de la pertinence d’un autre). Il ne reste plus qu’à réserver le vote à une élite d’intellectuels, d’économistes, et de cadres supérieurs ? :p

    @Patrick-Louis :

    « Déjà à 18 ans les jeunes n’ont aucune conscience politique, pas la moindre connaissance du fonctionnement des institutions, alors en dessous, n’en parlons pas. »

    Pourquoi généraliser ? Dans mon article, je fais justement la différence entre ceux qui vraisemblablement s’en foutent, ou n’y comprennent rien, et ceux qui se sentent impliqués. A quel âge, une fois encore, les citoyens ont-ils une bonne connaissance des institutions ? On en voit régulièrement qui à 40 ans, en savent encore moins que des jeunes de 18 ans.

    « L’adolescence n’est pas le bon âge pour prendre une responsabilité politique ; et voter est une responsabilité politique, même si elle est limitée dans ses effets. L’adolescent est mal dans peau, plus tout à fait enfant, pas encore un adulte ; le cul entre deux chaises. Laissons lui le temps de se trouver,d’approfondir ses connaissances, d’enrichir ses idées en discutant avec les adultes ; ensuite, il pourra se positionner. »

    Là aussi, c’est une généralisation abusive. Chaque adolescent est différent, tout comme chaque adulte est différent : il y a des dépressifs, des mégalo, des nerveux, des impulsifs, des naïfs.

    « Qu’il étudie et courre la gueuse (ou le gueux), c’est plus de son âge. »

    3e généralisation, quoi. Vivent les topoï.

    @Romain, Xerbias, et Val :

    Merci pour vos avis et réponses. :)

    @Malaberg :
    Et je crois bien que c’est un homme de centre-droit à tendance libérale qui a passé la majorité de 21 à 18 ans, et autorisé l’IVG, par exemple. Beerrrk ?

    • Malaberg says:

      Ouais ! En effet ! Pour l’IVG, heureusement que PS et PCF de l’époque l’ont voté à l’assemblée, sinon ça passait pas ! Si on avait laissé juste la droite s’en mêler, il n’y en aurait toujours pas eu. Merci l’opposition constructive, donc !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :