Mélenchon, encore & toujours…

Non, ce Blog ne fait pas une fixation sur notre peut-être futur Leader Maximo, et le fait que Malaberg en ait déjà parlé aujourd’hui même n’est qu’un concours de circonstances. D’ailleurs, cet article est prévu de longue date, mais sans cesse reporté faute de temps. Et comme Nicolas en parle très bien, et a bien couvert le sujet, je serai bref, voire expéditif.

A titre exceptionnel, je ne parlerai pas des idées du Parti de Gauche. On aura sans doute d’autres occasions de le faire, mais ce n’est pas réellement ce qui me préoccupe le plus… Au niveau des idées, chacun est à peu près libre de penser ce qu’il veut, et je ne remets pas ça en cause, en soi. Par contre, que l’on puisse avoir un tel niveau de vénération pour Jean-Luc Mélenchon me laisse pantois, et chaque jour un peu plus, en ce que ça révèle une forme d’aveuglement volontaire, quand ce n’est pas carrément de la schizophrénie politique et idéologique.

Sans blague ! Beaucoup de soutiens de Mélenchon acceptent de lui toutes sortes de choses qu’ils n’accepteraient jamais de la part d’autres personnalités, de gauche comme de droite.

Quand Mélenchon s’attaque à la Presse (vous savez de quoi je parle, inutile d’en rajouter ou d’expliciter), vous arrivez à l’admettre. Mais qu’en serait-il si Marine Le Pen s’en prenait ainsi aux journalistes ? Que pensez-vous du Président de la République quand on le suspecte (rien de véritablement avéré, contrairement à des propos, qui sont de facto avérés) d’ingérence dans les médias ou de vouloir faire taire les humoristes trop critiques ? Faire passer Besson pour un Nazi, avec Guillon, c’est normal, c’est parfaitement acceptable. Par contre, que Plantu insinue que Mélenchon puisse en être un lui aussi, voilà qui est parfaitement scandaleux ! Votre logique me laisse rêveur. Vous ne pouvez pas critiquer un phénomène quand il s’agit de critiquer la droite ou la gauche « modérée » et l’accepter sans sourciller quand Mélenchon est en cause !

Vous êtes les premiers à dénoncer la nomination possible de Jean Sarkozy à l’EPAD ! Certes, vous n’avez pas tort. Mais dois-je vous rappeler que Mélenchon, et vous-mêmes, ses partisans, soutenez Hugo Chavez, qui fait preuve d’un népotisme forcené ? Deux douzaines de personnes de sa famille occupent des postes d’influence politique. 40 de ses parents ou amis ont pu être nommés à des postes législatifs. Et je ne parle pas des nombreux élus, et de ceux parachutés à la direction d’entreprises publiques… A côté, donner l’EPAD à Jean relevait de l’argent de poche.

Vous êtes les premiers à pleurer sur le sort de la Tunisie, ou de l’Egypte ! Par contre, que Chavez puisse avoir soutenu la réélection contestée d’Ahmadinejad, en la qualifiant d’ « extraordinaire journée démocratique » ne semble pas spécialement vous perturber. De même, sa solidarité avec le Gouvernement chinois au moment de la remise du prix Nobel de la paix au dissident Liu Xiaobo ne choque personne parmi les bien pensants… Dans le même temps, que vous êtes exigeants à l’égard du Gouvernement français et de ses réactions à l’encontre des dictatures !

« On » défend la liberté de la presse en France, mais on passe sous silence la situation désastreuse de la pluralité médiatique au Vénézuela et la monopolisation de l’antenne par les discours du très cher Président Chavez. Et ne parlons même pas des menaces contre les droits de l’homme, de certains propos à la limite de l’antisémitisme, de clientélisme, et de toutes sortes d’autres actes antidémocratiques que vous auriez été en première ligne pour dénoncer avec force s’ils étaient l’œuvre d’un gouvernement français !

Décidément, je ne vous comprends pas… Pas du tout… Être de gauche, se dire « social » et nationaliser à tours de bras n’est pas une excuse !

Pour revenir à Mélenchon, je ne détaillerai pas l’histoire de la polémique avec Quatremer (qui a cependant tout mon soutien) sur un prétendu soutien de Mélenchon à la dictature cubaine ou à la Biélorussie. « On s’en fout tant que c’est Rouge » … Je n’évoquerai même pas (c’est dire si cet article est expéditif…) les approximations pathétiques de Mélenchon, que ce soit dans son livre ou dans ses interventions (merci à Nicolas pour le lien).

Je voudrais surtout revenir sur son caractère et son mode de communication. Je suis désolé, mais on peut faire de la politique sans insulter, sans s’exciter, sans s’en prendre à ses interlocuteurs… Dois-je rappeler que les attaques ad hominem, dont Mélenchon a fait une spécialité et une marque de fabrique, sont le niveau zéro de l’argumentation ? Vouloir prendre le pied de la « langue de bois » consensuelle et diffuse en tombant dans le contre-excès, celui qui ne s’élève pas beaucoup plus haut que le cas-niveau, n’est pas un gage de bonne foi, d’honnêteté, ou d’exemplarité ! C’est plutôt une contribution de plus au rejet de la politique. Pour qui Mélenchon se prend-il ? Ses soutiens accepteraient-ils que Marine, Nicolas (Sarkozy), Martine ou d’autres insultent des journalistes, insultent des personnalités publiques, insultent Mélenchon de la sorte ? Jamais ! Mais tant que c’est Mélenchon, il a le droit, parce que c’est lui, parce qu’il a de bonnes raisons pour le faire. Non, non, et re-non. J’en ai ras-le-bol de cet orgueil démesuré, de cette stratégie du coup médiatique par le scandale, guère différente de celle des petites phrases du FN, de ce manichéisme marxisant, de cette intolérance chevillée au corps !

Eva Joly le voyait comme « un tribun », qui « parle comme un homme politique de la IIIe République » et elle « pense que c’est la vieille gauche et que c’est une peu démodé » . Possible, mais je dirais aussi qu’il est symptomatique d’une époque, et plus représentatif du XXIe siècle qu’il ne le pense : il brasse de l’air, se donne de grands airs, parle fort, et croit que ça suffit à lui donner raison. De la com’, et rien de concret. Ce petit jeu de dénonciation des médias n’est rien d’autre en fait qu’une stratégie de buzz tout ce qu’il y a de plus courant. C’est digne de Ségolène Royal, les cheveux en moins.

A l’entendre vouloir couper des têtes sans même être au pouvoir, qu’en serait-il s’il était au pouvoir ? S’il avait le moyen de passer des menaces à l’action ? Lui qui aime à se prendre pour le Robespierre du XXIe siècle et voudrait imposer sa terreur populiste, il devrait se souvenir qu’à la fin, la tête de Robespierre aussi a roulé par terre, victime de ce qu’il avait déclenché lui même…

Publicités

À propos Alexandre
Carabin passionné de politique, dextro-centriste et méchant libéral. Rule Britannia ! J'ai rarement tort mais ça m'arrive souvent.

8 Responses to Mélenchon, encore & toujours…

  1. Malaberg says:

    Je suis très emmerdé : je voulais répondre à ton post par un simple commentaire, mais j’aurai trop de choses à dire. Alors, bah, ça attendra ce soir, que j’écrive un article.

    Je te laisse juste réfléchir à deux petites choses : quand tu parles d’attaques, essaies de voir en quoi elles consistent plutôt que de généraliser, et quand tu parles de chavez, essaie de sortir de ton repère manichéen (essaie de penser à ce qu’on appelle lucidité), et rappelle toi que la presse française est viscéralement hostile à chavez. Le fait que tu me ressortes le coup de la censure des médias, par exemple, me mène juste à la conclusion que tu ne cherches pas à creuser une info lorsque tu en as une, et c’est bien dommage d’ailleurs.
    Mais je vais reparler de tout ça dans mon article

    • Malaberg says:

      ah, si, j’aimerais que tu me dises en quoi consistait la fameuse censure des médias de Chavez, qu’on rigole…

      • Alexandre says:

        Caracas invoque des raisons administratives à ces fermetures effectives depuis samedi. Mais les défenseurs de la liberté d’expression y voient, comme en 2007, une nouvelle censure. Quelque 200 autres stations sont menacées.

        Trente-quatre radios et télévisions vénézuéliennes ont diffusé leur dernière émission samedi matin. Sur ordre du gouvernement du président Hugo Chavez ( http://www.lefigaro.fr/international/2008/12/02/01003-20081202DIAWWW00558-hugo-chavez-ou-la-tentation-du-pouvoir-eternel.php ), toutes ces antennes ont reçu une note de la Commission nationale des télécommunications (Conatel) vendredi soir, les informant que leur concession leur était retirée. Conatel a également mis en garde 200 autres stations contre une éventuelle suppression de leur concession.
        Des raisons administratives sont invoquées par le pouvoir vénézuélien. Les 34 médias visés n’auraient pas effectué les démarches nécessaires pour le renouvellement de leur concession. Le directeur de Conatel, Diosdado Cabello, a affirmé que les fréquences seraient redistribuées à des personnes qui attendent depuis longtemps de pouvoir émettre. Depuis son arrivée au pouvoir, Hugo Chavez multiplie les mesures antilibérales visant à contrôler les médias privés, notamment par la création de nouvelles antennes placées sous la houlette de l’Etat ou d’associations.

        «Non à la censure»

        Les défenseurs de la liberté d’expression dénoncent de leur côté une censure. «Nous assistons au plus important dispositif de restrictions à la liberté d’expression jamais mis en place au Venezuela, sans précédent en période de démocratie», a déclaré Carlos Correa, directeur de l’organisation non gouvernementale de défense de la liberté d’expression, Espacio Público. Parmi les stations suspendues, le réseau CNB, qui comprend cinq radios d’information, se montrait critique à l’égard du président vénézuélien.
        Des centaines de personnes se sont immédiatement massées aux sièges des stations en signe de protestation. A Caracas, devant le siège du CNB les pancartes proclamaient «Non à la censure», «Peuple, ouvre les yeux, c’est une dictature». Cette décision a un air de déjà vu. En 2007, la chaîne privée RCTV avait disparu des canaux hertziens ( http://www.lefigaro.fr/actualite/2007/05/26/01001-20070526ARTFIG91063-chavez_baillonne_la_tele_d_opposition.php
        ) sur ordre du gouvernement qui lui reprochait son ton acerbe à l’égard du pouvoir.
        Ces fermetures soudaines interviennent alors qu’un projet de loi, présenté jeudi devant l’assemblée nationale, prévoit jusqu’à quatre ans d’emprisonnement pour les auteurs de «délits médiatiques». Les auteurs du projet de loi prévoient de sanctionner la divulgation d’une information jugée «fausse», «manipulée» ou «déformée». Sont également visés les médias qui diffusent des informations susceptibles de porter un «préjudice aux intérêts de l’Etat» ou constituent une atteinte à la «morale publique» et la «santé mentale».

        Pour le reste :
        http://fr.wikipedia.org/wiki/Hugo_Ch%C3%A1vez#Ch.C3.A1vez.2C_les_m.C3.A9dias_et_les_droits_de_l.27homme

        Cela dit, je sais qu’il y a polémique sur le sujet, alors ne m’accuse pas d’être mal informé uniquement parce que tu n’as pas le même avis que moi sur une situation donnée…

  2. Très bien dit Alexandre, mais je crains qu’il soit difficile de convaincre les fans du gourou Mélenchon qui emploient une dialectique qui me rappelle étrangement celle des communistes et des trotskistes des belles années…ils ont raison contre tous, c’est le postulat de départ !
    Quelque soit ce que tu diras, quelle que soit la source d’information à laquelle tu te réfèreras, ils te rétorqueront que ce ne sont que mensonges et propagandes de la pensée unique de droite capitaliste voire fascisante !

    • Malaberg says:

      t’as vraiment un grain qui se balade dans ta tête en perturbant les neurones qu’il cogne quand il arrive à en trouver…

    • Malaberg says:

      Enfin, je dis ça, surtout parce que j’ai l’impression que ce que j’écris dans mes posts t’entre dans la tête d’un coté et ressort de l’autre => Beaucoup de vide dedans, donc. J’en suis arrivé à cette conclusion en voyant que tu ne tenais compte de presque rien dans ce que j’écrivais…

  3. Super !…on dirait du Mélenchon !…agressivité et persuadé que si on est pas de ton avis c’est qu’on est le dernier des crétins !
    Cela étant, tu illustres parfaitement ce que j’ai écris. Contrairement à ce que tu prétends, je te lis attentivement et je comprends ce que tu écris mais tu ne me convaincs pas !
    Et pour cause, ton postulat de base, c’est « Mélenchon à raison, Mélenchon à raison… » et à partir de là tu justifies. Tu le fais habilement, je l’admet ( il ne me viendrais pas à l’esprit de traiter de débile), mais manifestement tu n’as pas réalisé que ça ne peut pas marcher. On ne peut pas être convaincant lorsqu’on s’appuie sur un tel préjugé.
    Mais rassures toi, je ne commenterais plus tes posts ce n’est pas que tes injures me touchent beaucoup mais je les trouvent quand même assez désagréables !

    • Tom-Tom says:

      C’est bien cela, c’est un aveu, certains voudraient amener Mélenchon « à raison », voire l’arraisonner (ou pire encore, l’assaisonner). Tout simplement parce qu’ils sont incapable d’admettre que Mélenchon a raison (sur de très nombreux points ; sur quelques autres, je ne le suis pas ; mais on s’en fait une raison…) !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :