[Malaberg] Quatremer / Mélenchon, une grande histoire d’amour…

Ils ne s’aiment pas, et ne se privent pas de se le faire savoir. Jean Quatremer, journaliste social libéral eurolâtre et correspondant de libération à Bruxelles, et Jean-Luc Mélenchon, co-président du Parti de Gauche, et candidat à l’investiture du Front de Gauche pour la présidentielle de 2012 ne s’apprécient vraiment pas. Notamment à cause de leurs divergences politiques profondes. Ils consacrent ainsi une bonne partie de leur temps à s’agonir d’injures plus ou moins justifiables. Dernières en date : Jean Quatremer accusait Jean-Luc Mélenchon de soutenir la dictature biélorusse, dans l’article que je reproduits ci après.

Mélenchon, lui, ne se laisse pas démonter, et dans la dernière note de son blog, y répond (je recopie aussi ici le passage)

Quatremer :

 

Chacun a ses bonnes dictatures. Les conservateurs et les socialistes ont ces temps-ci une faiblesse coupable pour les dictatures étiquetées « rempart contre l’islamisme », comme ils viennent une nouvelle fois de le montrer avec leur incapacité à soutenir la révolution tunisienne, alors que la gauche radicale, elle, a une tendresse évidente pour les dictatures rouges. Le député européen du Front de Gauche, Jean-Luc Mélenchon, et ses amis communistes viennent de s’illustrer une nouvelle fois en refusant de voter, aujourd’hui, une résolution du Parlement européen demandant un durcissement des sanctions contre Alexandre Loukachenko, président de la Biélorussie, une ancienne République soviétique restée communiste et employant les mêmes méthodes que la défunte URSS.

« Réélu » pour la quatrième fois avec 80 % des voix le 19 décembre dernier, au terme d’un processus jugé non démocratique par la communauté internationale, Loukachenko a décidé de réduire définitivement au silence ses opposants en multipliant les arrestations brutales et arbitraires. Prise par surprise devant ce brutal raidissement, l’Union, par la voix de Catherine Ashton, sa ministre des affaires étrangères, semble décidée à durcir le ton après avoir joué, depuis 2008, la détente et l’ouverture dans l’espoir, manifestement vain, d’adoucir le régime biélorusse.

La résolution du Parlement présentée aujourd’hui a pour but de soutenir les efforts d’Ashton. Le texte demande que les plus hauts dirigeants bélarusses ainsi que ceux « qui peuvent être tenus pour responsables des fraudes électorales ainsi que de la brutale répression et des violentes arrestations de membres de l’opposition » soient à nouveau interdits de visa et leurs avoirs gelés. Il réclame aussi des « sanctions économiques ciblées et le gel de toutes les aides macro financières » et que l’Union soutienne l’opposition, notamment les médias indépendants.

Sous prétexte qu’ils sont opposés aux sanctions, les députés de la GUE (groupe  politique où siège M. Mélenchon) ont refusé de voter ce texte qui, évidemment, est passé sans problème, la GUE étant largment minoritaire. Comme il n’y a pas eu de vote électronique, mais un simple vote à main levée, il n’y a pas de trace écrite de ce forfait. Heureusement, les députés Verts qui jettent toujours un œil sur les bancs de la gauche, et donc sur Jean-Luc Mélenchon, se sont empressés de me signaler ce petit fait si révélateur de ce que sont vraiment le Front de gauche et le PCF, toujours prompts à soutenir les dictatures rouges (M. Mélenchon a quitté l’hémicycle pour ne pas assister à la remise du prix Sakharov des droits de l’homme à un dissident cubain, Cuba n’étant « pas une dictature », comme il l’a déclaré depuis). Dans le cas de Loukachenko, on imagine que c’est la rhétorique du peuple qui souffre des sanctions et non les dirigeants qui justifie ce vote étonnant. Et que les choses soient bien claires : je déplore que le Parlement dominé de la tête et des épaules par la droite ne condamne pas avec la même vigueur tous les régimes dictatoriaux, mais ce n’est pas une raison pour ne pas condamner le régime biélorusse, la dernière dictature européenne.

Je suppute et je suppose, évidemment sur les motivations réelles de M. Mélenchon. Car, comme lors du prix Sakharov, il ne s’est pas vanté de son geste. J’ai évidemment cherché à joindre l’assistante du député du Front de gauche, la mystérieuse Céline, sur son portable français et belge, en vain, comme toujours, celle-ci ayant la réputation de ne jamais répondre. C’est plus sûr, cela permet d’affirmer que les journalistes ne font pas leur travail.

 

Mélenchon :

 

Une nouvelle fois, Jean Quatremer me cible dans l’un de ses billets. Il va lui en cuire car il s’est mis dans un très mauvais cas de mensonge avéré. J’invite donc mes lecteurs à le faire connaitre largement comme preuve de ce que nous racontons sur l’absence complète de sérieux professionnel de nombre de ces médiacrates qui règlent des comptes personnels en profitant de leur position éminente. Car le prétendu journaliste-qui-verifie-ses-sources fait cette fois-ci un faux. Sous le titre racoleur : « Jean-Luc Mélenchon opposé aux sanctions contre la dictature (rouge) biélorusse », Quatremer me prend en effet à partie spectaculairement. Mais sur la base d’un faux à propos d’une prise de position de la GUE-NGL sur le régime de Loukachenko et de la Biélorussie. Il le fait d’une façon professionnellement inouïe en disant qu’il n’a pu vérifier mon vote mais que ce sont les Verts du parlement qui le lui ont rapporté. Tel quel !  En quoi cela constitue-t-il une référence pour un journaliste que l’avis partisan d’un groupe qui passe son temps à me tacler ? Pourquoi n’a-t-il pas vérifié lui-même avant d’écrire ? Pourquoi n’est-il pas sorti de son bureau pour m’interroger à la sortie de l’hémicycle ? Ou était encore cet « observateur attentif », ce jour là ? La sieste s’est prolongée ? Pourquoi, alors qu’il s’agit d’une prise de position de tout le groupe GUE-NGL, me cibler personnellement dans le titre parmi les cinq députés français du groupe, et les trente quatre du groupe GUE NGL pour m’attribuer la responsabilité de ce qu’il dénonce ? Qui cherche à faire du buzz dans cette circonstance ? La vérité est donc que Quatremer est à l’information ce que Médiator est à la santé. On croit apprendre en le lisant et on se fait désinformer. Pire, on alimente un ragot sur la toile, ce que précisément les journalistes dénoncent le reste du temps pour faire la différence entre eux qui « vérifient leurs informations » et le commun des mortels qui se laisserait berner !  Et ça marche ! Aussitôt son ragot pondu, la foule de ceux qui ne m’aiment pas et attendent n’importe quel prétexte pour me sauter à la gorge, recopie. Une foule de gens désinvoltes s’activent. Et cela jusqu’au site du NPA. Ceux-là pas davantage que Quatremer ne vérifient leurs « informations ». Ils ont certes pour excuse d’avoir cru un journaliste soi disant professionnel. Ce n’est pas vraiment une excuse à mes yeux comme on le sait. Il ne faut jamais rien croire venant de l’industrie du spectacle et de l’information aujourd’hui fusionnée. Je forme le vœu que mes amis aillent de tous côtés à leur tour faire connaitre les exploits de Jean  Quatremer journaliste qui colporte des ragots sans vérifier ses sources et désinforme ses lecteurs. Il est très important de le faire car cela nous sert sur un cas bien précis et avéré de faire la démonstration que nous devons faire de ce qu’est ce système médiatique.

Voici la prose de l’ami des ragots, le journaliste-dans-son-bureau Jean Quatremer: « la gauche radicale, elle, a une tendresse évidente pour les dictatures rouges. Le député européen du Front de Gauche, Jean-Luc Mélenchon, et ses amis communistes viennent de s’illustrer une nouvelle fois en refusant de voter, aujourd’hui, une résolution du Parlement européen demandant un durcissement des sanctions contre Alexandre Loukachenko, président de la Biélorussie, une ancienne République soviétique restée communiste et employant les mêmes méthodes que la défunte URSS (…). » Comme ce serait beau Mélenchon en train de soutenir Loukachenko ! Du Plantu dans le texte en quelque sorte. C’est ce dont rêvent ces illuminés de concurrence libre et non faussée qui ont déjà fait de moi un « partisan du régime chinois » et autres sornettes qu’ils font tourner en boucle avant de se les prendre en retour de bâton bien ajusté chaque fois que le mensonge éclate et qu’on les prend de surcroit en train de faire bénéficier de douce et bienfaisante amnistie des régimes pourris. Il me parait indispensable de vous faire connaitre dans le texte, pas très littéraire, le genre de « tendresse » que notre groupe et moi manifestons envers  Louchachenko. Nous l’avons en effet exprimée noir sur blanc, cette tendresse, en déposant nous même un projet de résolution sur ce sujet. Ce texte était déposé en concurrence avec celui de la droite que nous n’avons pas soutenu, en effet, et je vais dire pourquoi dans un instant.  Mais en lisant le texte de notre résolution vous serez estomaqué de l’ampleur  du mensonge de Quatremer. Vous vous demanderez pour quelle raison quelqu’un qui fait profession, si verbeusement, d’éthique, d’indépendance et autre bla bla bien connus de cette sorte de cléricature, s’abaisse à ce type de manipulation. Voila la réponse : il s’agit de cette variété de gens qui se lèvent tard et ne bossent pas vraiment. Rentier d’un poste surpayé, il bulle. Et fait des ménages. Il ne lit pas les textes, il ne suit pas la séance, il ne recoupe pas son information, il recopie, de son propre aveu, ce que les Verts lui ont dit.  Sans vérifier si c’est vrai. Ca c’est du journalisme ! Et le même jour où il colporte des ragots, il se passe dans l’hémicycle des évènements dont il ne souffle mot. Voyez plutôt. Sur la base d’un rapport présenté par le Vert Jadot, et avec le vote de ce groupe, est votée une résolution de libre échange entre l’Union européenne et… la Libye ! La Libye cette démocratie bien connue qui venait la veille d’apporter son soutien à Ben Ali. Le libre échange, cet instrument de l’écologie bien connu ! De tout cela Quatremer ne souffle mot. De même que cet « observateur attentif » par petit rapporteurs interposés, ne dit rien de l’accolade au cœur de l’hémicycle, sous les acclamations de la droite, entre Joseph Daul, UMP français,  président du groupe PPE, et Viktor Orban premier ministre hongrois qui persécute la presse et les journalistes, entre autres, dans son pays.  Et Viktor Orban est vice président du PPE. Quand monsieur Quatremer va-t-il écrire à propos de l’honneur perdu de l’UMP comme il l’a fait à propos des socialistes pour leur attitude à l’égard de Ben Ali ?

Voici donc le texte où nous avons consigné notre « tendresse évidente » pour Loukachenko et son régime en Biélorussie, selon les mots du grand journaliste d’investigation. Il commence par dénoncer « la procédure de dépouillement non transparente remet en question la légitimité du résultat des élections« . Puis il  « Condamne la violence et la répression de la manifestation du 19 décembre 2010 et la vague massive d’arrestations des dirigeants de l’opposition, de leurs partisans et des journalistes« . Et il « demande aux autorités biélorusses de garantir l’unité des droits de l’homme politiques et sociaux, en particulier en ce moment où les libertés démocratiques et les droits politiques pour tous les citoyens de Biélorussie, y compris les organisations non gouvernementales et tous les partis démocratiques » Enfin il « demande aux autorités biélorusses de cesser immédiatement les poursuites contre les organisateurs et les participants de la manifestation pacifique du 19 décembre 2010 et de libérer tous les prisonniers politiques« . Après quoi nous réclamons « une enquête indépendante et transparente sur les circonstances de la répression de la manifestation du 19 décembre 2010 et de prendre les mesures appropriées à l’égard des responsables des actes de violence et de la violation des droits de l’homme« . Voici notre conclusion :  » demande aux autorités biélorusses de garantir la liberté d’expression et des médias et de mettre fin à la répression des médias non officiels« . Où y a–t-il là-dedans la moindre promiscuité avec ce régime ? Quatremer l’ignorant qui parle de dictature « rouge » se garde bien de savoir et de dire que l’un des dirigeants et animateurs du parti des communistes de Biélorussie membre du PGE a été arrêté et embastillé par le régime de Loukachenko. Mais il est vrai que pour ce genre de « journaliste » un communiste en prison ça ne compte pas.

Voici comment Quatremer met en scène d’une façon unilatérale le contenu de la résolution de la droite pour me cibler et laisser croire que nous serions hostiles à la dénonciation du régime Biélorusse. « La résolution du Parlement présentée aujourd’hui a pour but de soutenir les efforts d’Ashton. Le texte demande que les plus hauts dirigeants bélarusses ainsi que ceux « qui peuvent être tenus pour responsables des fraudes électorales ainsi que de la brutale répression et des violentes arrestations de membres de l’opposition » soient à nouveau interdits de visa et leurs avoirs gelés. Il réclame aussi des « sanctions économiques ciblées et le gel de toutes les aides macro financières » et que l’Union soutienne l’opposition, notamment les médias indépendants. Sous prétexte qu’ils sont opposés aux sanctions, les députés de la GUE (groupe politique où siège M. Mélenchon) ont refusé de voter ce texte qui, évidemment, est passé sans problème, la GUE étant largement minoritaire. » Il faut souligner la déloyauté et la manipulation du travail de propagandiste de Quatremer. Nous n’avons pas « refusé de voter » la résolution de la droite. Nous nous sommes abstenus. C’est tout autre chose. En effet elle contenait des points que nous ne pouvions approuver. Je vais dire lesquels. Mais surtout nous voulions voter notre propre texte, celui que je viens de citer et qui était proposé en concurrence avec celui de la droite. Qu’un groupe politique préfère son texte a celui d’un autre groupe c’est tout de même le minimum, non ? De tout cela il n’est dit mot. Quatremer fait un montage à charge. Mensonger et manipulateur. Ce n’est pas du journalisme c’est du règlement de compte personnel.

Nous nous sommes abstenus sur le texte de la droite parce que nous désapprouvons les sanctions qu’il envisage. Quelles sanctions refusons-nous ? Celles qui gèlent les « aides du FMI et de l’UE », selon le texte de la résolution de la droite. En effet nous sommes opposés au régime des sanctions financières contre les peuples, d’une façon générale. Mais là il s’y ajoute de surcroit que nous sommes opposés aux « aides du FMI » et au système même de l’ingérence du FMI dans la conduite de la politique des pays. En quoi cette position est-elle un soutien au régime en place ? Ce n’est pas tout. Quelles autres propositions de cette résolution de la droite notre texte refusait il encore de soutenir ? Celle qui « invite la Commission à soutenir, par tout moyen financier et politique, les efforts déployés par la société civile biélorusse, les médias indépendants (y compris Belsat, Radio européenne pour la Biélorussie, Radio Racyja et d’autres. » En effet « Balsat TV » est une TV …. polonaise ! Et de surcroit financée par le gouvernement polonais.  Nous sommes contre ce type d’ingérence d’un gouvernement contre un autre qui sont des facteurs de tensions internationales évidents et spécialement dans ce cas une incitation à la confrontation, compte tenu du poids de l’histoire dans la zone. Tout cela c’est trop de subtilité pour ce pauvre Quatremer et son usine à mouliner les ragots partisans. Peut-être pourrait-on au moins espérer que la détestation que j’inspire de façon pavlovienne au NPA lui évite de me reprocher d’être opposé « aux aides du  FMI » même en Biélorussie ! Ma réplique amusée et narquoise à cette bande de nuls coalisés sur des infos bidons est dans le sous titre de ce billet : « Jean Quatremer refuse de dénoncer Kadhafi et cache l’accolade de l’UMP avec Victor Orban. » De cette façon je mets au diapason du style Quatremer. Et je quatremeriserai quiconque y reviendra. Quatremériser est le nouveau verbe que je crée pour parler d’un fait honteusement falsifié.

 

et l’on voit sur ce blog le pouvoir de la désinformation…

Une nouvelle fois, Jean Quatremer me cible dans l’un de ses billets. Il va lui en cuire car il s’est mis dans un très mauvais cas de mensonge avéré. J’invite donc mes lecteurs à le faire connaitre largement comme preuve de ce que nous racontons sur l’absence complète de sérieux professionnel de nombre de ces médiacrates qui règlent des comptes personnels en profitant de leur position éminente. Car le prétendu journaliste-qui-verifie-ses-sources fait cette fois-ci un faux. Sous le titre racoleur : « Jean-Luc Mélenchon opposé aux sanctions contre la dictature (rouge) biélorusse », Quatremer me prend en effet à partie spectaculairement. Mais sur la base d’un faux à propos d’une prise de position de la GUE-NGL sur le régime de Loukachenko et de la Biélorussie. Il le fait d’une façon professionnellement inouïe en disant qu’il n’a pu vérifier mon vote mais que ce sont les Verts du parlement qui le lui ont rapporté. Tel quel !  En quoi cela constitue-t-il une référence pour un journaliste que l’avis partisan d’un groupe qui passe son temps à me tacler ? Pourquoi n’a-t-il pas vérifié lui-même avant d’écrire ? Pourquoi n’est-il pas sorti de son bureau pour m’interroger à la sortie de l’hémicycle ? Ou était encore cet « observateur attentif », ce jour là ? La sieste s’est prolongée ? Pourquoi, alors qu’il s’agit d’une prise de position de tout le groupe GUE-NGL, me cibler personnellement dans le titre parmi les cinq députés français du groupe, et les trente quatre du groupe GUE NGL pour m’attribuer la responsabilité de ce qu’il dénonce ? Qui cherche à faire du buzz dans cette circonstance ? La vérité est donc que Quatremer est à l’information ce que Médiator est à la santé. On croit apprendre en le lisant et on se fait désinformer. Pire, on alimente un ragot sur la toile, ce que précisément les journalistes dénoncent le reste du temps pour faire la différence entre eux qui « vérifient leurs informations » et le commun des mortels qui se laisserait berner !  Et ça marche ! Aussitôt son ragot pondu, la foule de ceux qui ne m’aiment pas et attendent n’importe quel prétexte pour me sauter à la gorge, recopie. Une foule de gens désinvoltes s’activent. Et cela jusqu’au site du NPA. Ceux-là pas davantage que Quatremer ne vérifient leurs « informations ». Ils ont certes pour excuse d’avoir cru un journaliste soi disant professionnel. Ce n’est pas vraiment une excuse à mes yeux comme on le sait. Il ne faut jamais rien croire venant de l’industrie du spectacle et de l’information aujourd’hui fusionnée. Je forme le vœu que mes amis aillent de tous côtés à leur tour faire connaitre les exploits de Jean  Quatremer journaliste qui colporte des ragots sans vérifier ses sources et désinforme ses lecteurs. Il est très important de le faire car cela nous sert sur un cas bien précis et avéré de faire la démonstration que nous devons faire de ce qu’est ce système médiatique.

Voici la prose de l’ami des ragots, le journaliste-dans-son-bureau Jean Quatremer: « la gauche radicale, elle, a une tendresse évidente pour les dictatures rouges. Le député européen du Front de Gauche, Jean-Luc Mélenchon, et ses amis communistes viennent de s’illustrer une nouvelle fois en refusant de voter, aujourd’hui, une résolution du Parlement européen demandant un durcissement des sanctions contre Alexandre Loukachenko, président de la Biélorussie, une ancienne République soviétique restée communiste et employant les mêmes méthodes que la défunte URSS (…). » Comme ce serait beau Mélenchon en train de soutenir Loukachenko ! Du Plantu dans le texte en quelque sorte. C’est ce dont rêvent ces illuminés de concurrence libre et non faussée qui ont déjà fait de moi un « partisan du régime chinois » et autres sornettes qu’ils font tourner en boucle avant de se les prendre en retour de bâton bien ajusté chaque fois que le mensonge éclate et qu’on les prend de surcroit en train de faire bénéficier de douce et bienfaisante amnistie des régimes pourris. Il me parait indispensable de vous faire connaitre dans le texte, pas très littéraire, le genre de « tendresse » que notre groupe et moi manifestons envers  Louchachenko. Nous l’avons en effet exprimée noir sur blanc, cette tendresse, en déposant nous même un projet de résolution sur ce sujet. Ce texte était déposé en concurrence avec celui de la droite que nous n’avons pas soutenu, en effet, et je vais dire pourquoi dans un instant.  Mais en lisant le texte de notre résolution vous serez estomaqué de l’ampleur  du mensonge de Quatremer. Vous vous demanderez pour quelle raison quelqu’un qui fait profession, si verbeusement, d’éthique, d’indépendance et autre bla bla bien connus de cette sorte de cléricature, s’abaisse à ce type de manipulation. Voila la réponse : il s’agit de cette variété de gens qui se lèvent tard et ne bossent pas vraiment. Rentier d’un poste surpayé, il bulle. Et fait des ménages. Il ne lit pas les textes, il ne suit pas la séance, il ne recoupe pas son information, il recopie, de son propre aveu, ce que les Verts lui ont dit.  Sans vérifier si c’est vrai. Ca c’est du journalisme ! Et le même jour où il colporte des ragots, il se passe dans l’hémicycle des évènements dont il ne souffle mot. Voyez plutôt. Sur la base d’un rapport présenté par le Vert Jadot, et avec le vote de ce groupe, est votée une résolution de libre échange entre l’Union européenne et… la Libye ! La Libye cette démocratie bien connue qui venait la veille d’apporter son soutien à Ben Ali. Le libre échange, cet instrument de l’écologie bien connu ! De tout cela Quatremer ne souffle mot. De même que cet « observateur attentif » par petit rapporteurs interposés, ne dit rien de l’accolade au cœur de l’hémicycle, sous les acclamations de la droite, entre Joseph Daul, UMP français,  président du groupe PPE, et Viktor Orban premier ministre hongrois qui persécute la presse et les journalistes, entre autres, dans son pays.  Et Viktor Orban est vice président du PPE. Quand monsieur Quatremer va-t-il écrire à propos de l’honneur perdu de l’UMP comme il l’a fait à propos des socialistes pour leur attitude à l’égard de Ben Ali ?

Voici donc le texte où nous avons consigné notre « tendresse évidente » pour Loukachenko et son régime en Biélorussie, selon les mots du grand journaliste d’investigation. Il commence par dénoncer « la procédure de dépouillement non transparente remet en question la légitimité du résultat des élections« . Puis il  « Condamne la violence et la répression de la manifestation du 19 décembre 2010 et la vague massive d’arrestations des dirigeants de l’opposition, de leurs partisans et des journalistes« . Et il « demande aux autorités biélorusses de garantir l’unité des droits de l’homme politiques et sociaux, en particulier en ce moment où les libertés démocratiques et les droits politiques pour tous les citoyens de Biélorussie, y compris les organisations non gouvernementales et tous les partis démocratiques » Enfin il « demande aux autorités biélorusses de cesser immédiatement les poursuites contre les organisateurs et les participants de la manifestation pacifique du 19 décembre 2010 et de libérer tous les prisonniers politiques« . Après quoi nous réclamons « une enquête indépendante et transparente sur les circonstances de la répression de la manifestation du 19 décembre 2010 et de prendre les mesures appropriées à l’égard des responsables des actes de violence et de la violation des droits de l’homme« . Voici notre conclusion :  » demande aux autorités biélorusses de garantir la liberté d’expression et des médias et de mettre fin à la répression des médias non officiels« . Où y a–t-il là-dedans la moindre promiscuité avec ce régime ? Quatremer l’ignorant qui parle de dictature « rouge » se garde bien de savoir et de dire que l’un des dirigeants et animateurs du parti des communistes de Biélorussie membre du PGE a été arrêté et embastillé par le régime de Loukachenko. Mais il est vrai que pour ce genre de « journaliste » un communiste en prison ça ne compte pas.

Voici comment Quatremer met en scène d’une façon unilatérale le contenu de la résolution de la droite pour me cibler et laisser croire que nous serions hostiles à la dénonciation du régime Biélorusse. « La résolution du Parlement présentée aujourd’hui a pour but de soutenir les efforts d’Ashton. Le texte demande que les plus hauts dirigeants bélarusses ainsi que ceux « qui peuvent être tenus pour responsables des fraudes électorales ainsi que de la brutale répression et des violentes arrestations de membres de l’opposition » soient à nouveau interdits de visa et leurs avoirs gelés. Il réclame aussi des « sanctions économiques ciblées et le gel de toutes les aides macro financières » et que l’Union soutienne l’opposition, notamment les médias indépendants. Sous prétexte qu’ils sont opposés aux sanctions, les députés de la GUE (groupe politique où siège M. Mélenchon) ont refusé de voter ce texte qui, évidemment, est passé sans problème, la GUE étant largement minoritaire. » Il faut souligner la déloyauté et la manipulation du travail de propagandiste de Quatremer. Nous n’avons pas « refusé de voter » la résolution de la droite. Nous nous sommes abstenus. C’est tout autre chose. En effet elle contenait des points que nous ne pouvions approuver. Je vais dire lesquels. Mais surtout nous voulions voter notre propre texte, celui que je viens de citer et qui était proposé en concurrence avec celui de la droite. Qu’un groupe politique préfère son texte a celui d’un autre groupe c’est tout de même le minimum, non ? De tout cela il n’est dit mot. Quatremer fait un montage à charge. Mensonger et manipulateur. Ce n’est pas du journalisme c’est du règlement de compte personnel.

Nous nous sommes abstenus sur le texte de la droite parce que nous désapprouvons les sanctions qu’il envisage. Quelles sanctions refusons-nous ? Celles qui gèlent les « aides du FMI et de l’UE », selon le texte de la résolution de la droite. En effet nous sommes opposés au régime des sanctions financières contre les peuples, d’une façon générale. Mais là il s’y ajoute de surcroit que nous sommes opposés aux « aides du FMI » et au système même de l’ingérence du FMI dans la conduite de la politique des pays. En quoi cette position est-elle un soutien au régime en place ? Ce n’est pas tout. Quelles autres propositions de cette résolution de la droite notre texte refusait il encore de soutenir ? Celle qui « invite la Commission à soutenir, par tout moyen financier et politique, les efforts déployés par la société civile biélorusse, les médias indépendants (y compris Belsat, Radio européenne pour la Biélorussie, Radio Racyja et d’autres. » En effet « Balsat TV » est une TV …. polonaise ! Et de surcroit financée par le gouvernement polonais.  Nous sommes contre ce type d’ingérence d’un gouvernement contre un autre qui sont des facteurs de tensions internationales évidents et spécialement dans ce cas une incitation à la confrontation, compte tenu du poids de l’histoire dans la zone. Tout cela c’est trop de subtilité pour ce pauvre Quatremer et son usine à mouliner les ragots partisans. Peut-être pourrait-on au moins espérer que la détestation que j’inspire de façon pavlovienne au NPA lui évite de me reprocher d’être opposé « aux aides du  FMI » même en Biélorussie ! Ma réplique amusée et narquoise à cette bande de nuls coalisés sur des infos bidons est dans le sous titre de ce billet : « Jean Quatremer refuse de dénoncer Kadhafi et cache l’accolade de l’UMP avec Victor Orban. » De cette façon je mets au diapason du style Quatremer. Et je quatremeriserai quiconque y reviendra. Quatremériser est le nouveau verbe que je crée pour parler d’un fait honteusement falsifié.

Publicités

À propos Malaberg
Blogueur associé provençal perdu dans le nord et caution de gauche sur un blogue de droite. Mais je le vis bien !

28 Responses to [Malaberg] Quatremer / Mélenchon, une grande histoire d’amour…

  1. Alexandre says:

    Je n’ai pas encore tout lu, mais d’une part, la présentation de l’article est forcément tendancieuse, puisque tu laisses le dernier mot à Mélenchon, à qui tu donnes d’emblée raison, et d’autre part, en survolant, j’ai lu Mélenchon accuser Quatremer de mensonge. Or Quatremer a plusieurs fois démonté des mensonges de Mélenchon. Et même des plus modestes commentateurs que lui peuvent facilement rectifier les nombreuses approximations et contre vérités des argumentaires Mélenchonesques.

    Je terminerai en disant que Quatremer n’a plus à rien à prouver, et je trouve particulier de remettre ses qualités en doute. Si tous les politiques s’en prenaient ainsi à chaque fois qu’ils sont égratignés par un journaliste, on n’en finirait plus (et tu serais le premier à hurler à une forme de baillonnement de la presse bla & bla)

    • Tom-Tom says:

      Eh bien, justement, Alexandre, il vaudrait peut-être mieux tout lire avant de prendre parti pour ce Quatremer.

      Ce type s’appuie sur des citations partielles et tronquées pour descendre un Mélanchon qu’il semble ne pas aimer.

      C’est son droit le plus strict (de ne pas aimer Mélanchon). En revanche la manipulation de la vérité, en choisissant ses citations et en « oubliant » les autres, décrédibilise toutes ses autres accusations.

      « arrogant, grossier, braillard, de mauvaise foi, agressif, menteur voire liberticide » (@Nicolas007bis)… Bigre ! Une telle avalanche d’épithètes vindicatives ne peut que rendre plus intéressant le personnage qui en est la cible.

      Je n’ai aucune accointance avec le Front de Gauche. Pourtant, je reconnais en Mélanchon un homme politique dont la franchise et l’honnêteté tranchent singulièrement dans une classe (celle des hommes politiques, mais on pourrait y adjoindre les médias) où les faux-derches centrés sur leurs objectifs personnels et autres adeptes de la langue de bois sont légions.

      Et puis, un homme politique qui ose attaquer de front la toute-puissante Commission européenne et ses complices, responsables du déni de démocratie (réellement liberticide, pour le coup, celui-ci) qui a amené à faire passer le Traité de Lisbonne malgré l’opposition d’une majorité électorale, oui, cet homme ne peut être que salué pour son courage et sa vertu démocratique.
      Peu importe que, par ailleurs, on ne partage pas son idéologie républicaine aux accents de 89, de Robespierre et de Saint-Just…

      • Aurem says:

        Votre dernier paragraphe n’est rien d’autre qu’un véritable scandale blogueusque. Un de plus.

        La Commission européenne n’est absolument pas « toute puissante ». Lisez un peu les traités européens, que diable. Renseignez vous un peu sur l’histoire de la construction européenne.

        Par qui sont nommés les commissaires ? Par les chefs d’Etat et de gouvernement de l’UE, validé par les parlementaires européens. A ce titre là, leur nomination est formellement démocratique.
        Quel est leur rôle ? Grosse modo, de proposer (droit d’initiative législative) et d’éxecuter (la Commission est dans une certaine mesure le pouvoir executif de l’UE). Sans oublier que dans ces prérogatives de proposition et d’éxecution, les Etats membres ont un grand pouvoir -ils décident des grandes orientations de l’UE via le Conseil européen et les directives européennes sont directement appliquées par les Etats membres et votées en partie par eux, la Commisssion ne faisant que controler leur application.

        Il n’y a nul « complot européiste » derrière la ratification du Traité de Lisbonne. Juste des chefs d’Etat et de gouvernement qui jugeaient cela nécessaire.
        Un référendum est-il aujourd’hui légitime pour ratifier un traité européen ? C’est une autre histoire. L’UE est encore à mi-chemin entre organisation intergouvernementale et fédération. C’est une création hybribe, la faute en revenant à l’histoire. Pourquoi ne pas faire tout simplement de véritables élections européennes ayant une vraie influence sur la composition de la Commission avant de chercher à faire des référenda sur des traités incompréhensibles pour le commun des mortels…?

  2. Lapinoute says:

    @ Alexandre : euh… ce « journaliste » a accusé à tort un homme de soutenir une dictature, et vous trouvez encore à défendre ce genre de personnages ? Vous aimeriez qu’on écrive en gros titre : « Alexandre [placer ici votre nom] aime la dictature » et qu’on retrouve partout ce mensonge, qui est insultant pour vous, mais aussi pour tout le combat politique que vous menez avec des milliers de personnes ? C’est tout de même hallucinant !

  3. Lapinoute says:

    @ Alexandre : j’ajoute une chose : tenter de discréditer tout le discours et le combat de la vraie gauche en pointant quelques erreurs insignifiantes (Mélenchon parle d’un mandat de 2 ans alors que, ô honte suprême, il est en réalité de 2,5 ans ! Oulalah !) et en les qualifiant de « MENSONGES » prouve toute votre mauvaise foi. De toutes manières, quand on défend un type qui accuse à tort ses adversaires politiques de soutenir des dictatures, c’est qu’on a déjà un petit problème psychologique…

  4. La suite du feuilleton, je ne sais pas pourquoi mais j’aurais plus confiance en Quatremer qu’en Mélenchon….je ne sais pas pourquoi … !

    http://bruxelles.blogs.liberation.fr/coulisses/2011/01/m%C3%A9lenchon-le-m%C3%A9diacrate-persiste-et-signe.html

    • Malaberg says:

      et Va savoir pourquoi, je trouve que Quatremer ne brasse que du vent dans l’article en question. La seule chose qu’il fait, c’est remplacer l’interprétation de Mélenchon par la sienne, qui, à mon sens, ne vaut pas grand chose.

      En témoignent des phrases du genre « En clair c’est l’Europe qui est aussi responsable du durcissement de la dictature… »
      Ah, non bien sûr, l’europe est bien trop gentille pour ça !
      C’est du niveau d’une phrase du style « le Pacte germano soviétique est de la seule responsabilité de Staline et la France et le Royaume-Uni n’ont absolument rien à se reprocher à ce sujet, d’ailleurs, comment pourraient ils en avoir une ? ». On se bande les yeux, et on éteint la lumière, puis on déclare « ah bah, non, je vois rien ! »

      ou encore
      « Belle ignorance de la réalité géopolitique de la région. On imagine que Radio Free Europe, financée par les Etats-Unis, qui a tant fait pour déstabiliser l’URSS n’avait pas les faveurs du l’ex-sénateur socialiste. »
      Hoplà, un ch’ti procès d’intention. qui est le plus stalinien des deux ? Outre le sous entendu lourd extrêmement manichéen et donc complètement déplacé.

      Par ailleurs, je trouve passablement culottée la manière qu’il a de ranger Schneidermann de son côté, ce qui n’est absolument pas le cas. (ce dernier suggère juste à Mélenchon d’ignorer Quatremer plutôt que de perdre son temps à poursuivre ce moustique avec une tapette, ce qui donne l’estime qu’il a pour ce dernier).

      Et Quatremer n’a pas répondu à ce que disait Mélenchon dans son blog en général. Il s’est juste rengorgé d’indignation et drapé dans sa dignité en oubliant de répondre.

      Va savoir pourquoi, je n’ai pas confiance en quelqu’un qui emploie ce genre de procédés. Ca sent trop la mauvaise foi. Puis il y a comme une vague odeur d’arrogance minable qui traine de ce coté qui irrite mes narines trop sensibles.

      • Je ne suis pas du tout d’accord, si on laisse de côté les noms d’oiseau distribués de part et d’autres (mais surtout de la part de Mélenchon habitué de ce genre de pratiques), Quatremer a répondu sur le fond !

        Je te résume puisque manifestement tu n’as pas lu ou lu avec des œillères ce que dit Quatremer:
        Mélenchon justifie son abstention et celle de la GUE en arguant qu’il n’a pas voté pour la résolution majoritaire parce que c’était une résolution de droite (horreur !!!!!) et que la GUE-NGL avait proposé sa propre résolution qui manifestement n’a pas eu l’agrément du reste de l’assemblée (on se demande pourquoi). De plus il explique son opposition à la résolution (très) majoritaire par le fait qu’elle ne ferait que sanctionner le peuple !

        Or, à cela, Quatremer répond que d’une part, la résolution qui a été voté était une résolution de compromis, signée par TOUS les groupes politiques du Parlement européen, sauf évidemment par la GUE !
        Plus grave, il démontre qu’avec sa résolution, la GUE fait preuve d’une étonnante indulgence vis-à-vis du pouvoir Biélorusse !
        D’abord en reportant une partie de la faute sur l’UE qui serait responsable de la situation en Biélorussie (ben tiens !) et ensuite, sous prétexte de non ingérence, en ne prévoyant aucune sanction vis-à-vis des dirigeants Biélorusses !…mais quoi d’étonnant de la part de quelqu’un qui encense les régimes autoritaires à partir du moment ou ils se déclarent socialistes !

        En définitive, ce que je ne comprend pas c’est comment, quelqu’un comme toi qui a les narines si sensibles, peut encore soutenir le personnage le plus arrogant, grossier, braillard, de mauvaise foi, agressif, menteur voire liberticide de la classe politique française !…la seule explication que j’y vois, c’est que c’est ce personnage qui porte le Parti de gauche à bout de bras et qu’il faut donc le soutenir coute que coute….c’est dommage ….pour le Parti de Gauche !

      • xerbias says:

        «  »C’est du niveau d’une phrase du style « le Pacte germano soviétique est de la seule responsabilité de Staline et la France et le Royaume-Uni n’ont absolument rien à se reprocher à ce sujet, d’ailleurs, comment pourraient ils en avoir une ? ». On se bande les yeux, et on éteint la lumière, puis on déclare « ah bah, non, je vois rien ! » «  »

        Ah, hem… J’attends de voir le billet qui va brillamment exposer la façon dont les communistes se dédouanent admirablement de ce passage marquant de leur histoire.

    • Tom-Tom says:

      C’est bien ça, le problème, ne pas savoir pourquoi…

      Je n’ai pas réussi à trouver le texte original in-extenso de la proposition du groupe GUE-NGL, c’est bien dommage.

      Mais voici, ci-dessous, les extraits rapportés par Mélenchon lui-même (sauf à lui faire un procès de travestissement de la vérité) du texte incriminé et qui éclairent d’un nouveau jour les protestations fumeuses et indignées du billet de M. Quatremer.

      « Voici donc le texte où nous avons consigné notre « tendresse évidente » pour Loukachenko et son régime en Biélorussie, selon les mots du grand journaliste d’investigation. Il commence par dénoncer « la procédure de dépouillement non transparente remet en question la légitimité du résultat des élections ». Puis il  « Condamne la violence et la répression de la manifestation du 19 décembre 2010 et la vague massive d’arrestations des dirigeants de l’opposition, de leurs partisans et des journalistes ».

      Et il « demande aux autorités biélorusses de garantir l’unité des droits de l’homme politiques et sociaux, en particulier en ce moment où les libertés démocratiques et les droits politiques pour tous les citoyens de Biélorussie, y compris les organisations non gouvernementales et tous les partis démocratiques » Enfin il « demande aux autorités biélorusses de cesser immédiatement les poursuites contre les organisateurs et les participants de la manifestation pacifique du 19 décembre 2010 et de libérer tous les prisonniers politiques ».

      Après quoi nous réclamons « une enquête indépendante et transparente sur les circonstances de la répression de la manifestation du 19 décembre 2010 et de prendre les mesures appropriées à l’égard des responsables des actes de violence et de la violation des droits de l’homme ».

      Voici notre conclusion :  » demande aux autorités biélorusses de garantir la liberté d’expression et des médias et de mettre fin à la répression des médias non officiels ».
      Où y a–t-il là-dedans la moindre promiscuité avec ce régime ?

      Quatremer l’ignorant qui parle de dictature « rouge » se garde bien de savoir et de dire que l’un des dirigeants et animateurs du parti des communistes de Biélorussie membre du PGE a été arrêté et embastillé par le régime de Loukachenko. »

  5. Alin says:

    @ Tom Tom

    J’ai trouvé le texte proposé par GUE-GL ici :

    http://www.europarl.europa.eu/sides/getDoc.do?type=MOTION&reference=B7-2011-0055&format=XML&language=FR

    J’ai lu ce qui est écrit dans ce texte et je n’ai qu’une conclusion: M. Quatremer a été pris la main dans le sac, en train de manipuler honteusement.

    • Tom-Tom says:

      Merci Alin pour l’info.

      Oui, à lecture complète du texte, démonstration est faite du mauvais procès d’intention intenté par Quatremer.

      Je n’ai pas l’honneur de connaître ce personnage donc je ne sais pas ce qui justifie véritablement ses attaques.

      Peut-être ne supporte-t-il pas les critiques adressées à l’Union européenne ?

      Cette UE qui a une fâcheuse tendance avérée de se mêler des affaires du ressort de la souveraineté des Etats (les citoyens de France, pays pourtant plus puissant que la Biélorussie, en savent quelque chose de ces intrusions intolérables dans leurs affaires intérieures !).

  6. @Tom Tom et Alin
    Vous vous foutez de qui ?
    Si vous aviez lu le billet de Quatremer au lieu de vous contenter de gober naivement ce qu’en dit Mélenchon, vous n’auriez pas eu de mal à trouver la résolution de la GUE puisqu’il a eu l’élégance de la mettre en lien !!!
    Vous auriez également pu constater que ses citations sont tout à fait exactes !!!

    • Malaberg says:

      tu vois : dès qu’on n’est pas d’accord avec toi, on se fout du monde. C’est peut être ça le problème.

    • Tom-Tom says:

      Elégance, mon oeil (pour ne pas dire autre chose) ! Quatremer, sur son site, ne mettait en lien que la résolution qui a été votée.

      J’ai lu le billet de Quatremer avec attention et je n’ai pas l’habitude de « gober naïvement » les propos des hommes politiques ; pas plus ceux de Mélenchon que qui que ce soit d’autre. Accordez-moi le crédit d’aller puiser mes informations aux différentes sources et non à celles uniques de Mélenchon (dont je ne suis pas un de ses camarades militants).

      Néanmoins, en cette affaire c’est lui le plus clair.

      Et si quelqu’un se fout du monde c’est bien Quatremer qui, selon ses propres termes, « suppute et suppose ». Lorsqu’on suppute et que l’on suppose on n’est ni dans l’objectif ni dans le factuel…

      Que les citations de Quatremer soient exactes ne change strictement rien à la fausseté de son jugement final.

      En sélectionnant habilement les citations, on peut faire dire à peu près n’importe quoi à n’importe qui. Et c’est très précisément ce à quoi s’est attaché ce journaliste qui, manifestement, a des comptes à régler avec Mélenchon. Mélenchon qui, en retour, lui a mis le nez dans son pipi.

      • Tom-Tom says:

        Mea minima culpa… Je viens de découvrir dans le second billet de Quatremer, au milieu de ses vociférations inélégantes, le lien qui mène à la résolution du groupe communiste.

        Ce qui n’invalide en rien mon appréciation précédente…

    • Alin says:

      Mon petit Nicolas,

      L’hystérie, tu peux te la garder au froid, ne prends pas des tons pareils pour parler ou alors évite de fréquenter des forums et des blogs si tu n’es pas capable de t’exprimer autrement.

      Quand tu arrêteras tes procès d’intention du style « vous gobez, vous êtes naïfs, vous vous foutez des autres », t’auras droit à une réponse différente. Pour l’instant, je te laisse déguster « l’élégance » de Quatremer2.

  7. @Malaberg
    Non, non, j’accepte tout à fait la contradiction et j’essaie d’y répondre autrement que par des invectives, moi ! …. ce que manifestement ne sait pas faire Mélenchon !
    En l’occurrence, ce qui m’a fait bondir, ce n’est pas que Tom Tom ou Alin fassent une lecture très différente de la mienne des propos de Quatremer ou de Mélenchon, mais qu’ils n’aient manifestement pas lus le 2ème billet de Quatremer qui répondait point par point à la diatribe haineuse de Mélenchon !….c’est très différent !

    @Tom Tom
    Je ne vais pas épiloguer 107 ans sur cette histoire, mais le fait d’être « plus clair » n’a jamais été un argument, on peut dire clairement des grosses conneries ….c’est même d’ailleurs une des caractéristiques des discours populistes, être faussement clairs parce que souvent simplistes !

    De plus, vous reprochez à Quatremer de sélectionner des citations alors que Mélenchon à, lui aussi, très habilement, sélectionné les passages de sa résolution qui donnaient la fausse impression que la GUE voulait s’opposer sérieusement à la dictature Biélorusse….fait étonnant, les extraits utilisés par chacun sont différents !
    Enfin, même si j’apprécie l’honnêteté intellectuelle de votre mini mea culpa, je reste estomaqué d’y entendre parler de « vociférations inélégantes » à propos de Quatremer …c’est vraiment l’hôpital qui se fout de la charité parce qu’en terme de vociférations inélégantes il me semble que Mélenchon est imbattable !

    • Tom-Tom says:

      Bon, je vais être clairement clair. Les « grosses conneries » « populistes » et « simplistes », c’est clairement Quatremer qui les a sorties, en l’occurence.

      Par ailleurs, accuser Mélenchon de populisme, comme le fait un certain microcosme à l’intellect paresseux, n’est qu’un moyen facile pour tenter de le ranger dans la catégorie méprisable de ceux qui n’ont rien d’autre à proposer que des propos de café du commerce tout juste bons pour des péquenots accoudés au zinc et sirotant leur blanc sec.

      Accessoirement, selon la théorie imbécile des « extrêmes qui se rejoignent », ça permet de le fourrer dans la même poubelle du mépris consensuel qui accueille déjà Le Pen.

      Et voili et voila comment on croit pouvoir, d’un adjectif, disqualifier un adversaire.

      Sauf que Mélenchon balance des idées qui dérangent parce qu’elles sonnent juste ; notamment aux oreilles du peuple.

      Ceci au grand effarement des ‘élites’ auto-proclamées qui, dans un grand mouvement consensuel (et confraternel rassemblant, avec un ensemble émouvant, l’establishment de gauche et celui de droite), méprisent fondamentalement ce peuple au nom duquel elles prétendent parler, pérorer, décider, légiférer, ‘directiver’…
      Ce peuple bien trop populiste à leurs yeux lorsque, par exemple, il récuse fermement l’abandon de sa souveraineté à une Union européenne qui est tout sauf respectueuse de la volonté des peuples !

      • N’assume-t-il pas lui-même son populisme ?

      • Malaberg says:

        t’as vu l’émission ?

      • Aurem says:

        Mais merde, c’est pas vrai, tu récidives.
        Combien de fois faudra-t-il le répéter : l’UE n’est pas une construction abstraite, un « machin supranational » sorti de nul part.
        L’UE est né par la volonté des Etats.
        Renseigne toi un peu sur les processus de décisions au sein de l’UE avant de sortir de telles anneries !

        Qui décide dans l’UE (cf procédure législative ordinaire) : les Etats membres et le Parlement européen. Tous étant des représentants du peuple, à différents niveaux.

        Les « peuples » ne sont pas fermement, à ce que je sache, opposés à l’Union européenne. Ils le prouvent à chaque élection européenne en votant pour des partis pro-européens.
        Le Traité cosntitutionnel n’était pas un traité « pour ou contre l’Europe », loin de là. Il a été compris de diverses manières selon les pays. On a jugé bon en France de le juger, du moins à gauche, comme instaurant « l’ultra libéralisme » en Europe, alors même que ses préceptes économiques ne faisait que reprendre des principes votés à plusieurs reprises depuis 1957 : il était avant tout un traité modifiant les institutions de l’UE vers plus de démocratie effective, mais cela malheureusement est passé au second plan.

        Bref, j’en ai plus qu’assez de ces volées de bois vert à l’encontre de ce qui est avant tout, pour certaines franges des scènes politiques européennes, « un objet de l’étranger ». Balancer de telles déclaration « l’Europe est contre les peuples », comme pourrait le faire Mélenchon, n’est rien d’autre que du populisme, de la démagogie la plus abjecte. Qu’on ne s’étonne pas après qu’avec de tels types, quand on regarde les sondages de sortie des urnes, on s’aperçoit qu’en Irlande 12% des électeurs ont votés non pour « manifester leur mécontement à l’égard du gouvernement ». Sans parler des autres motifs aussi déplacés les uns que les autres.
        Le référendum doit être manié avec précaution…

  8. Tom-Tom says:

    Qui décide principalement dans l’UE ?

    La Commission Européenne !

    Toutes ses directives ont force de droit sur tous les droits nationaux.

    Quelles sont les instances démocratiques qui exercent un contrôle sur la Commission européenne ?

    Aucune !!
    La C.E. ne rend compte devant personne…

  9. Tom-Tom says:

    Ce qui est assez extraordinaire, c’est que lorsque les électeurs votent ‘Non’ dans un référendum, on s’ingénie à leur attribuer tout un tas de motivations périphériques, toutes étrangères à l’objet même du référendum ! Ce sont, en quelque sorte, des fadas irresponsables qui n’ont rien compris à la question et qui, tels des enfants capricieux, expriment seulement un mécontentement concernant leurs affaires domestiques.

    En revanche, bien sûr, ceux qui ont voté ‘Oui’ l’ont fait en parfaite connaissance de cause, dans un mouvement éclairé et puissant résultant d’une analyse réfléchie et consciente. De vrais citoyens tels que la Grèce antique pouvait les rêver. Donc pour les observateurs neutres (c’est à dire favorables à toujours plus d’Union européenne) les électeurs du ‘Oui’ (au traité) valent nécessairement mieux que ceux du Non…

    Le Traité Constitutionnel, rappelons-le, réduisait la souveraineté des Etats (les autres pays font ce qu’ils veulent mais, en tant que Français, je m’y oppose pour mon pays). En précisant bien que le terme ‘Etat’ prête à confusion avec le terme ‘gouvernement’, ce qui n’est pas substantiellement la même chose !

    De fait, le Traité réduisait encore bel et bien le contrôle des citoyens sur leur propre destinée. C’était un blanc-seing accordé à toute une classe de technocrates et de politiques chargés d’administrer par-dessus la tête des citoyens. La Constitution de la Vème République, définissant le cadre dans lequel le peuple de France entend organiser son destin, devient un chiffon de papier qui doit se plier devant tout un ensemble confus et désordonné de règles supranationales édictées par une oligarchie(*) de technocrates démocratiquement irresponsables.

    Oser dire que le traité « était avant tout un traité modifiant les institutions de l’UE vers plus de démocratie effective » procède soit d’une incompétence totale en matière de Droit constitutionnel soit d’un sens du comique plutôt étonnant. Ou alors les définitions de « démocratie » et de « effective » ont changé depuis peu.

    Depuis 57, les gouvernements sont passé par-dessus l’avis des peuples pour construire une Europe dans laquelle pas grand-monde à la base ne se reconnaît véritablement. Et lorsque par mégarde un peuple est invité, au travers d’un référendum, et que le résultat est défavorable on s’empresse de disqualifier cet avis et de faire appel à des parlementaires bien plus sensibles à des consignes de vote partisanes. C’est tout à fait cela, « manier avec précaution le référendum » : surtout ne pas tenir compte d’un avis lorsqu’il ne va pas dans le sens attendu des gouvernants.

    Si, l’UE est bien un « machin supranational » et tentaculaire ! C’est une oligarchie et non une démocratie.

    Comment pourrait-il en être autrement au vu objectif de ce que sont réellement les institutions européennes (dans lequel le Parlement croupion a un rôle d’opérette(**) et de battage d’estrade pour amuser l’électeur naïf) ?

    (*) Le pire de tout cela est que des lobbies siègent en permanence à Bruxelles pour infléchir la réglementation européenne dans le sens qui leur convient. C’est ça, « plus de démocratie » ?

    (**) qui la condamnation du régime Loukatchenko par le Parlement européen va-t-elle impressionner ? Les dictateurs se marrent généralement plutôt des résolution de l’U.E. et de l’impuissance congénitale de cette organisation essentiellement fondée sur le mercantilisme…

  10. Tom-Tom says:

    @ Malaberg. Quelle émission ?

  11. Tom-Tom says:

    Je n’avais pas vu la réponse d’ Aurem à ma qualification de ‘Toute-Puissante’ (que je maintiens tant le fait est avéré et plus qu’abondamment vérifiable) que j’appliquais à la Commission européenne. Commission dont aucun des membres n’est à cette place par le libre choix de la démocratie et n’a a rendre de compte à personne et encore moins devant l’électeur.

    Pourtant la Commission va jusqu’à décider du détail de notre quotidien, de notre alimentation, des subventions à accorder ou non à telle ou telle association ; sans compter que la Commission voudrait désormais une approbation préalable de sa part des dépenses publiques nationales. C’est du totalement n’importe quoi.

    Quelle famille vivant raisonnablement accepterait une mise en tutelle (par la mairie, par exemple) lui imposant de soumettre son budget mensuel à l’approbation d’un conseiller municipal et définissant la légalité de la composition de ses plats familiaux sous peine d’amendes.

    Eh bien, il en va de même avec avec les citoyens qui en ont plus que marre des directives arbitraires de la Commission qui s’immiscent dans tous les aspects de leur vie. Commission qui a le culot de coller des amendes phénoménales lorsque la France ne s’exécute pas suffisamment rapidement.

    Et qui paie en définitive ces amendes ? C’est le citoyen ! Et on lui a demandé au citoyen s’il est d’accord avec ces directives (dont certaines sont d’une connerie phénoménale) ? Nullement et à aucun moment du processus de décision !

    Quand à croire que le Parlement serait une sauvegarde en la matière, c’est à mourir de rire. Un parlementaire ne vaut que ce que sa conscience personnelle vaut. C’est à dire pas grand’chose, hélas, pour un nombre très significatif de ces notables – dont tous ceux qui sont corruptibles ou corrompus – censés représenter ‘le peuple’. La discipline de parti, dans le meilleur des cas, tenant lieu et place de conscience citoyenne représentative.

    « Il n’y a nul « complot européiste » derrière la ratification du Traité de Lisbonne. Juste des chefs d’Etat et de gouvernement qui jugeaient cela nécessaire. »

    Ben tiens donc ! C’est donc ça la Démocratie : le chef d’Etat ‘pense que’ !… Pourquoi donc faire des élections et des votations, il suffit de demander son avis au chef d’Etat (ou d’examiner ses selles lorsqu’il est occupé à autre chose).

    C’est bien ça le problème. Pendant plus de cinquante ans les gouvernants se sont entendus dans les cabinets feutrés pour faire passer en catimini des accords que les peuples n’auraient jamais acceptés tels quels.

    Au-delà d’une nécessaire réconciliation historique franco-allemande et d’un marché Commun qui pouvait présenter quelques intérêts ponctuels, de véritables conspirateurs (aidés de toute une cohorte ‘d’idiots utiles’, béatement et niaisement en admiration à l’écoute des promesses européistes de paix, de félicité et d’Eldorado où on allait enfin les raser gratis) se sont attachés sur quelques décennies à poursuivre leur dessein de réalisation d’une entité supranationale, véritable super-marché de 400 millions de contribuables-consommateurs, où le mercantilisme et la finance seraient enfin débarrassés des barrières douanières et des protections nationales les empêchant de s’enrichir en rond (et en gros). Et où, enfin, l’avis des citoyens ne serait plus requis pour décider.

    « Un référendum est-il aujourd’hui légitime pour ratifier un traité européen ? »

    Non seulement il est légitime mais il est obligatoire dès lors qu’on veut toucher les fondements de la Constitution française et en particulier aliéner une parcelle de souveraineté nationale. N’importe quel cancre d’étudiant en droit a étudié ça.
    On n’est plus au temps où une petite clique d’électeurs censitaires pouvaient définir la nature du régime…

    Eh oui, parce que le Traité concocté par VGE (il en va de même de son avatar Sarkozien, avalisé à la hussarde par le Congrès versaillais) signe un changement de régime au travers de la mise sournoise en tutelle de la Constitution française.

    Grâce à ce tour de passe-passe, un mini- coup d’Etat a été réalisé sous le nez des Français médusés. J’ose espérer que les citoyens ont parfaitement identifié ceux qui parmi les prétendus ‘représentants’ de la nation se sont livrés à cette lamentable confiscation de la parole et du vote de quelques millions de citoyens. Et qu’ils sauront leur faire payer à chacun des scrutins…

  12. Malaberg says:

    Au temps pour moi. Pas l’émission, mais le débat, en vidéo, là
    https://gerardmentor.wordpress.com/2011/02/01/malaberg-debat-tres-interessant/

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :