[Tizz] Profondément humain

Les blogs juridiques sont légions, et parmi ceux que j’affectionne le plus, il y a les blogs tenus par des avocats, qui se contentent, en toute humilité, de raconter tel ou tel dossier qui les a particulièrement marqué. Maître Mô fait partie de ceux-là. Il ne jouit pas de l’exposition médiatique de son confrère Eolas, mais ses billets ont autant d’impact – pas de juridisme, pas de politique. Simplement la dureté d’un dossier, la magnifique morale d’une histoire, le quotidien de l’avocat pénaliste dont la tâche est d’assister quiconque se retrouve confronté à la justice de notre pays, quels qu’aient été ses actes.

Maître Mô a récemment publié un (long) article, où il relate une affaire qui s’est déroulée il y a longtemps déjà. J’ai choisi de vous en faire part, parce que si vous êtes sans doute passés à côté (je sais que les lecteurs de ce blog ne sont pas forcément des juristes ou des personnes naturellement intéressées par le monde du droit), je pense qu’il est parfois important de se confronter à la dure réalité de la justice pénale française. Le dossier relaté par Maître Mô est d’une dureté effroyable, d’une horreur quasi absolue, et le point de vue est celui du jeune avocat, commis d’office, qui a la charge d’assister et de représenter l’un des accusés. Toutes les circonstances sont réunies pour créer une situation dantesque, aux confins du réel – à tel point qu’une fois la lecture achevée, on se rend compte que n’importe quel scénario de film qui s’inspirerait de ces faits passerait pour surréaliste, téléphoné, dédié à la violence la plus pure, un mauvais mélange entre La Passion du Christ et Hostel. Pourtant, quel dommage qu’un Zola ou un Balzac n’ait pas vécu au temps de cette affaire ; il en aurait, j’en suis sûr, tiré une morale et pu, une fois de plus, y asseoir sa vision de la nature humaine et des rouages de l’être humain. Difficile de ne pas avoir envie de relire La condition humaine de Malraux, ou L’Étranger, de Camus, après ça.

Les rebondissements de l’histoire, et surtout l’épilogue, ne peuvent pourtant que vouer à l’humilité et au respect pour cet avocat. Défendre le plus infâme des bourreaux, celui que tout accable et qui ne dispose d’aucune circonstance atténuante (si ce n’est une enfance douloureuse, ce qui constitue pourtant un lieu commun dans ce genre de dossiers) – vous le verrez, jusqu’à en être physiquement atteint – fait partie de ce métier parfois fantasmé et souvent mal appréhendé. Il faut être moralement bien constitué pour comprendre la beauté d’un tel dévouement, d’une telle abnégation, et j’ai bien du mal à trouver une autre profession qui synthétise à ce point tous ces éléments.

Il ne m’en fallait pas plus pour être persuadé qu’avocat pénaliste est à la fois le plus beau métier du monde, mais aussi le plus bouleversant et le plus humainement confondant. Même au sein de cette fraction particulière du vaste métier d’avocat, voie que peu suivent d’ailleurs – le pénal étant de loin la branche du droit la moins rémunératrice -, je suis sûr qu’il y a peu d’avocats de cette trempe, et qui ont l’amour du prochain et la foi de la profession à ce point chevillés au corps.

Je ne peux que conclure par la copie de la réponse que Maître Mô m’a adressée, par commentaires interposés :

Nous avons (ou vous aurez bientôt…) l’incroyable chance d’exercer un métier dans lequel on pourra se dire, à terme, que notre intervention, dans des vies souvent bouleversées, a compté, réellement – que quelque chose s’est passé, qu’un lien s’est créé, que la vie de la personne défendue a pu s’en trouver modifiée…
C’est précieux, et quand tout est dur, c’est une vraie source de courage : on a, parfois, réellement servi ; quand je suis dithyrambique, j’ai envie d’ajouter « la Grande Cause de l’Homme », mais je me retiens – en public…

Voilà, je vous livre l’article sans plus attendre, bonne lecture : http://maitremo.fr/2011/01/07/noel/

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :