[Malaberg] Retraite, Retraite !

Alors je vais commencer ma participation à ce blog par un article succinct sur les retraites.

Avant toute chose, je tiens à rappeler qu’au moment où j’écris, il neige à Lyon. C’est le nord, à n’en point douter. Voici encore un élément me confortant dans cette conclusion. Fin de la parenthèse géographico-climatique.

Tout d’abord, dans notre beau pays, notre gentil gouvernement et ses gentils amis financiers nous ont contactés une gentille transition de notre méchant système de retraite par répartition qui ne rapporte pas de sous à des entreprises du secteur privé (ce qui ne sert à rien, ce n’est pas gentil) vers un système de retraites par capitalisation bien plus gentil. Que la gentille idéologie qui a guidé cette gentille réforme soit un peu en décalage avec la réalité n’a pas fait trop réagir à droite, pensez vous, ils sont tellement gentils !

La gentille idéologie a fait dire par notre gentil gouvernement aux gentils salariés de tout le pays « il y a un déficit dans les caisses de retraites, il faut donc cotiser plus longtemps pour équilibrer les comptes ».

C’est bien gentil de dire cela. Mais faire travailler les gens plus longtemps pour équilibrer les caisses de retraites ne marche qu’en situation de plein emploi. Ce qui est loin d’être le cas aujourd’hui. D’ailleurs, la logique qui guide cette réforme, c’est « aujourd’hui, il n’y a plus de travail en France, il faut donc travailler davantage ». C’est implacable. Il faut vraiment manquer de gentillesse pour ne pas l’admettre. Ce qui est amusant et très méchant à regarder, c’est que, dans le seul cas ou faire travailler les gens plus longtemps équilibrerait les caisses de retraites, c’est-à-dire le cas de plein emploi, et bien dans ce cas là, il n’y a plus besoin de faire travailler les gens plus longtemps : en effet, le déficit provient justement du manque de gens au boulot ! En gros, avec un taux de chômage de 10%, c’est autant de rentrées en moins pour les caisses. Mais avec tout le monde qui travaille, plus de déficit pour les caisses par répartition, bien au contraire. Je sais, c’est méchant de dire cela.

En fin de compte, quand on demande à des gens qui n’ont pas forcément de travail de travailler plus longtemps, ça a un effet principal : baisser les pensions. Bon, ce n’est pas grave, comme chacun le sait, les retraites sont scandaleusement élevées. Ce n’est donc pas grave si elles baissent un peu. De toute manière, la loi prévoir un moyen de compensation : la gentille caisse privée malakoff médéric, dirigée par le gentil frère de notre gentillissimme président, a été sollicitée afin de s’associer à la caisse des dépôts et consignations pour créer un gentil système de complémentaires par capitalisation, ce qui permettra d’utiliser enfin l’argent auparavant méchamment soustrait à la spéculation pour faire justement de la gentille spéculation.

Bref, notre gentil gouvernement, en voulait faire grimper les gens à l’échelle sans échelle, pardon, en faisant travailler les gens plus longtemps sans qu’il y ait assez de travail (faut il rappeler le taux d’activité des 58-65 ans ?), va sans doute réussir à rendre enfin utile l’argent des cotisations de retraites !

Mais de toute façon, on le sait bien, on n’a pas le choix, le monde va comme ça, on n’y peut rien… soumettons nous, soumettons nous, soumettons nous, puisqu’on nous le dit ! La France n’a plus les moyens de soutenir un régime entièrement par répartition. La France est pauvre, c’est bien connu. Elle produit seulement 33 fois plus de richesses qu’à l’époque de la mise en place du système par répartition…

Changeons de continent. Et de Pays. Cap sur la Bolivie. La Bolivie, comme chacun le sait, est le pays le plus riche d’Amérique du Sud, et même d’Amérique du nord, (ils ont dépassé en PIB par habitant les états unis voici bientôt un demi siècle). L’espérance de vie là bas augmente. Mais ils sont tellement riches par rapport à nous, pauvres Français habitant un pays pauvre, qu’ils peuvent même se payer le luxe de nationaliser les caisses de retraites par capitalisation et de les transformer en système par répartition. Ils roulent sur l’or, c’est certain. D’ailleurs, pendant que nous, habitants d’un pays du tiers monde, sommes obligés d’augmenter de deux ans l’âge de départ à la retraite et d’augmenter les durées de cotisation, eux, cette bande de nantis pissant des diamants, peuvent se permettre d’avancer de 7 ans minimum l’âge de départ à la retraite ! Il passe ainsi de 65 à 58 ans. (et bien moins que 58 ans pour de larges pans de la population, à commencer par les ouvriers, les mères de familles…) Alors que leur espérance de vie ne cesse d’augmenter ! (en restant inférieure à la notre, quand même, il faut bien que nous les battions dans un domaine). Ils doivent vraiment être riches pour pouvoir se permettre de se comporter à ce point d’une manière aussi irresponsable, non ?

Que voulez vous, face à la cette superpuissance qu’est la Bolivie, nous devons nous faire une raison… la France ne fait pas le poids.

En France, on nous explique qu’on ne sait plus financer un régime par répartition… Ahlala, en plus de leur opulence indécente, ces Boliviens sont des génies.  Non, là, définitivement, il n’y a plus rien à faire.

Publicités

À propos Malaberg
Blogueur associé provençal perdu dans le nord et caution de gauche sur un blogue de droite. Mais je le vis bien !

5 Responses to [Malaberg] Retraite, Retraite !

  1. Alexandre says:

    Bien, pour commencer, j’ai une petite question.
    Je suppose que, malgré le fait que la France soit hypothétiquement riche, tu ne nies pas l’énormité aberrante de notre dette et de nos déficits. Dans ce cas, comment comptes-tu t’y prendre pour ramener un peu d’équilibre, notamment au niveau des Retraites ? En taxant le capital, les riches, les entreprises ? Il n’y aurait pas meilleur moyen de finir de désindustrialiser le pays. Je rappelle juste qu’on est un des pays où la pression fiscale est la plus forte au monde.

    • malaberg says:

      Tout d’abord, « Je rappelle juste qu’on est un des pays où la pression fiscale est la plus forte au monde. ».
      Ca commence déjà mal.

      C’est faux !

      Je serais par ailleurs curieux de te voir me donner des preuves allant dans ce sens.
      C’est juste un préjugé entretenu par ceux qui veulent couler la protection sociale.
      De même, le mythe de la france gréviste. La france fait, pendant les années normales (exception faites des années 1995, 2006), un peu moins de grèves que ses voisins, à commencer par l’allemagne. Dingue, non ?

      Pour les retraites, comme je l’ai dit, il suffirait de résorber le chômage, et le problème se serait réglé de lui même.
      Mais en supposant que je sois aussi incompétent que la droite dans ce domaine, il faudrait revenir sur les multiples exonérations patronales accordées depuis quelque temps, ce qui libererait déjà pas mal d’argent, et tu as l’air de penser que taxer les riches et le capital les fera fuir, très bien. Au revoir ! Tout d’abord, je doute qu’ils partent parce que des lois concernant le capital étranger auront été votées, et même si ce n’était pas le cas, à mon avis ils sont trop bien dans notre beau pays, qui présente moult avantages par rapport à d’autre, à commencer par le fait qu’on est l’un des pays les plus productif au monde, voire LE plus productif.

      Mais l’enjeu n’est là que de revenir sur la répartition des fruits du travail entre travail et capital, répartition qui s’est déportée de 10% en 30 ans vers le capital… ça en fait des marges de manoeuvre.
      Pour ce qui est de la dette à proprement parler, en supposant qu’elle soit un problème, on créérait une banque publique, qui preterait à l’état au taux de la banque centrale. Voire, on emprunterait directement à la banque centrale. sachant que ce qui nous étouffe, c’est les intérets galopants, ça fait également pas mal de manoeuvre.

      Bon, je ne suis pas très précis, mais je comptais de toute façon faire un post plus détaillé sur la question de la dette, en y passant un peu plus de temps que là.

      • Alexandre says:

        Pour la pression fiscale, c’est avéré. :)
        Par ici ou encore .

      • Alexandre says:

        Quant à la suite :

         » Pour les retraites, comme je l’ai dit, il suffirait de résorber le chômage, et le problème se serait réglé de lui même.  »

        Il « suffirait ». Mais si on savait comment s’y prendre, ça se saurait, depuis presque 40 ans !

         » Mais en supposant que je sois aussi incompétent que la droite dans ce domaine, il faudrait revenir sur les multiples exonérations patronales accordées depuis quelque temps, ce qui libererait déjà pas mal d’argent, et tu as l’air de penser que taxer les riches et le capital les fera fuir, très bien. Au revoir ! Tout d’abord, je doute qu’ils partent parce que des lois concernant le capital étranger auront été votées, et même si ce n’était pas le cas, à mon avis ils sont trop bien dans notre beau pays, qui présente moult avantages par rapport à d’autre, à commencer par le fait qu’on est l’un des pays les plus productif au monde, voire LE plus productif.  »

        Il n’y a pas que les vilains riches, qui partent. Il y a aussi les entreprises, entre autres.

      • malaberg says:

        pour la pression fiscale, c’est juste, je parlais de la pression fiscale s’exerçant sur le plus hauts revenus. En effet, sur les classes moyennes, elle est assez forte… Mais elles ne partent pas.
        Quand on voit que l’impôt en tête est la TVA, l’un des impots les plus injustes qu’il soit, dire que notre pression fiscale va faire fuir les riches me semble une douce plaisanterie…

        Les entreprises qui partent ? lesquelles ? Les PME, qui font la plus grande part des emplois en france ? Chiche.

        Les grandes entreprises ?!
        Si elles veulent partir, qu’elles partent ! Mais qu’elles n’espèrent plus trouver de débouché en france. Par exemple, étant donné la nocivité flagrante des délocalisations sur l’environnement, de par le transport, on pourrait instaurer une petite taxe sur les produits fabriqués à l’étranger, taxe proportionnelle au nombre de km parcourus… voilà qui rendrait tout à coup les délocalisations bien moins intéressantes. Et qui ferait respirer un peu la planete. Fini les jean’s fabriqués à taiwan. En plus, ça permettrait de relocaliser beaucoup d’activités en france, (et de réduire le chomage, au passage…)
        ah, c’est sur, c’est une mauvaise idée…

        « Il « suffirait ». Mais si on savait comment s’y prendre, ça se saurait, depuis presque 40 ans !  »
        Mais bien sûr qu’on sait s’y prendre ! En tout cas, nous, au front de gauche, on sait. (je viens par ailleurs de te donner un petit aperçu) Si ceux au pouvoir ne le savent pas, qu’ils partent et nous laissent la place ! On sera sans aucun doute plus efficaces ! Ne serait-ce que parce qu’on s’attaquera à la cause du problème et non à ses effets. C’est pas un argument, ce que tu as dit…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :