En bref – La mobilisation bat en retraite

Un peu de mauvais esprit pour finir la journée ne fait pas de mal, surtout au lendemain d’une énième journée de mobilisation syndicale contre la Réforme des Retraites.

Les merguez sont réchauffées, les rangs, dégarnis, les slogans, déjà vus, ternes, sans saveur. On a bien entendu quelques syndicalistes scander leurs revendications dans la foule éparse, mais le cœur n’y est plus. Il y a une ambiance de fin de vacances, quand, seuls, sur la plage abandonnée, sous les pavés, bien sûr, quelques 52 000 personnes manifestent contre une réforme promulguée et publiée au journal officiel le 9 novembre, il y a plus de deux semaines… Ils étaient entre 375 000 et 1,2 millions le 6 novembre. La mobilisation a rétréci au lavage.

Et heureusement pour les syndicats, le motif de la manifestation avait été étendu à l’emploi, aux salaires, et aux conditions de travail. Les thématiques traditionnelles sont de retour. (Youpi)

Je pense que si ce mouvement a pu, à un certain moment, fonctionner, c’est uniquement grâce à l’apport des lycéens, dûment engagés contre une réforme dont la plupart ne connaissent pas la réelle nature, ou ne connaissent pas le moindre argument solide contre elle, se contentant, soit de beugler, soit de répéter des slogans appris par cœur.

Ce que je trouve finalement assez inquiétant, c’est le fait que Bernard Thibault souhaite garder « comme objectif d’empêcher la mise en œuvre concrète » de la réforme « à compter du 1er juillet de l’année prochaine » . Autant je conçois tout-à-fait la contestation d’une réforme par les syndicats pendant les débats, avant le vote, pendant le vote, juste après le vote (grâce à l’habile précédent instauré par ce brillant Jacques Chirac au moment du CPE…), autant je ne m’imagine pas de quel droit les syndicats empêcheraient la mise en œuvre de la réforme. Dans le fond, puisqu’ils ne sont pas porteur d’une quelconque légitimité populaire au sein de la population française, et, étant donné que le Parlement comme le Sénat représentent les citoyens français, jusqu’à preuve du contraire, j’estime qu’il est déplacé de vouloir s’opposer à la décision des députés et des sénateurs.

Stratégiquement, je ne suis pas persuadé de l’intelligence des syndicats. En insistant de la sorte, ils mettent en lumière leur échec. Au lieu de sortir de cet affrontement social la tête haute, il en sortent perdants. Au lieu de laisser planer un doute sur leur défaite, ils ne laissent plus aucun doute à ce sujet. Je ne sais pas quel était le but recherché à travers cette journée de mobilisation, mais c’est pour le moins raté. Semblables à une armée décimée, en déroute, ils reviennent, après la guerre, sur le champ de bataille, et montrent les crocs…trop tard.

Certains raillaient, au coeur du mouvement social, la petite phrase de Sarkozy, qui estimait que « désormais, quand il y a une grève en France personne ne s’en aperçoit » . Aujourd’hui, et surtout hier, cette boutade a repris tout son sens. Le problème est celui de la fable du loup et du petit garçon. C’est l’histoire d’un petit garçon qui, par jeu, hurlait au loup semant la panique parmi les habitants de son village. Jusqu’au jour où, alors qu’un loup véritable se présentait à l’orée du bois, il voulu en avertir les villageois qui restèrent de marbre… A force de crier au loup, le jour où la France, ou la Société, seront véritablement en grave danger, l’avertissement des syndicats, qui serait alors justifié, légitime, ne trouverait qu’un écho limité. Je suis peut-être paranoïaque, mais c’est ma crainte.

Hier, on a vaguement entendu parler des Retraites, mais on a surtout eu l’impression que les syndicats battaient en retraite. Thibault annonce « qu’on aura l’occasion, dans les semaines et les mois à venir, d’entendre de nouveau parler des retraites » . Alors que France 5 a commencé lundi à diffuser l’adaptation télé de Guerre et Paix, les syndicats feraient bien de se méfier de la traversée de la Bérézina.

Publicités

À propos Alexandre
Carabin passionné de politique, dextro-centriste et méchant libéral. Rule Britannia ! J'ai rarement tort mais ça m'arrive souvent.

One Response to En bref – La mobilisation bat en retraite

  1. Ping : Tweets that mention En bref – La mobilisation bat en retraite « J'ai rarement tort … -- Topsy.com

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :