Quand Bayrou manque d’humour

Dimanche 31 octobre, dans la Grand Rendez-Vous Europe 1, François Bayrou s’est livré à une critique du Petit Journal de Canal Plus, accusé de faire « le jeu des puissants » .Si vous êtes vous aussi des amateurs du Petit Journal de Yann Barthès, vous n’avez pas pu manquer la séquence du « Monde Parallèle du MoDem » . Le chroniqueur, affublé d’un entonnoir orange sur la tête, tourne en dérision la vie du MoDem. L’idée est né lorsque le MoDem a formé un Shadow Gouvernement, tout étant fait comme si Bayrou devenait le Président d’un monde parallèle. Le Petit Journal s’est notamment amusé de la faible affluence aux points presse du MoDem, orchestrés par le Porte Parole du MoDem, Yann Wehrling (que je trouve par ailleurs plutôt charismatique, naturel, et bien fait pour ce poste).

Il n’en faut pas plus pour que François Bayrou, pourfendeur du monde entier, s’insurge contre le Petit Journal : « Ce qu’il faut voir, c’est ce qu’il y a derrière ces jeux […] Le MoDem est (victime) de façon très régulière et un peu excessive. […] Pourquoi ils disent « monde parralèle » ? Parce que pour eux les seuls vrais mondes c’est l’UMP et le PS. Ils sont du côté des gros. […] Ils font le jeu des puissants. Pour chercher de l’audimat, ils font le jeu de ceux qu’ils croient importants » .

Alors, premièrement, je trouve cette déclaration d’une incroyable mauvaise foi. Je ne vois vraiment pas en quoi Canal Plus fait ici le jeu des puissants. S’il regardait, un tant soit peu, le Grand Journal, il constaterait de lui-même que le Petit Journal a le mérite de taper équitablement sur tous les partis. Sur ce plan là, on ne peut strictement rien lui reprocher. A chaque sortie présidentielle, le Petit Journal est là pour révéler les moindres erreurs, les moindres failles de Sarkozy, à chaque point presse de l’UMP ou du PS, Yann Barthès est là pour se moquer de « Dodo et Fredo » et Benoît Hamon. Le Petit Journal tape sur la droite, tape sur la gauche, tape sur l’UMP, tape sur le PS, tape sur les syndicats, tape sur les bobos, tape sur les marginaux, tape sur tout ce que la société a de ridicule ou de saillant. Bayrou, en s’en prenant si injustement, à mon avis, à cette chronique, se ridiculise, puisque le MoDem n’est pas plus tourné en dérision que le reste de la classe politique française.

Ensuite, force est de constater que cette chronique est un magnifique moyen de faire connaître le MoDem. Faire le « jeu des puissants » reviendrait au contraire à passer sous silence l’actualité de ce parti, pour n’évoquer toujours que les grands partis, l’UMP et le PS. En parler, c’est le hisser au rang des autres partis. Ce n’est donc pas là ce que souhaite François Bayrou ? Si je ne m’abuse, au point presse du MoDem évoqué par Barthès, n’étaient présents que l’AFP, des gens du parti, ET le Petit Journal. Visiblement, les autres médias n’ont que faire des prestations de Wehrling. Ainsi, Bayrou devrait se réjouir que le Petit Journal soit devenu un des seuls moyens de médiatiser ces rendez-vous démocrates. Même sur un ton décalé. N’oublions pas que la manière dont les Guignols de l’Info ont traité Jacques Chirac, c’est-à-dire comme un bonhomme plutôt sympathique, n’était pas pour rien dans ses succès électoraux. Et si les Guignols peuvent parfois paraître méchant, je n’ai pas le sentiment que ce soit le cas du Petit Journal, qui part toujours de faits réels, et ne montre pas une véritable envie de nuire, mais plutôt de faire sourire.

La dernière raison pour laquelle cette attaque me choque, sont les propos habituels de Bayrou. François Bayrou n’a de cesse de critiquer le pouvoir en place, à chaque fois que ce dernier semble s’en prendre aux médias, et à la liberté de la presse. Le but d’Abus de pouvoir n’était-il pas de prendre la défense de la société démocratique contre les atteintes prétendues du pouvoir sarkozyste ? Si, alors qu’il n’est pas aux affaires, Bayrou se permet déjà de critiquer (et d’une manière si injuste) une chronique, qui nous dit que, s’il était au pouvoir, il n’adopterait pas ces mêmes méthodes qu’il critique chez Sarkozy, en essayant de maîtriser les médias ? Qui nous dit qu’il ne souhaiterait pas, au fond de lui-même, faire à Yann Barthès, ce que Sarkozy aurait fait (mais ce n’est pas démontré) à Stéphane Guillon ou Didier Porte (tous les deux bien plus immondes que le Petit Journal) ? S’il souhaitait montrer qu’il n’est pas de la même fibre que Nicolas Sarkozy, le Président du MoDem devrait, tout au contraire, démontrer son attachement à cette liberté de ton. Il devrait sourire de cet humour. Il devrait prendre ça avec légèreté. Si c’était le cas, il donnerait la preuve qu’il est, peut-être, différent, et, probablement, ouvert.

En somme, François Bayrou a une nouvelle fois, selon moi, manqué une occasion de se différencier, en ajoutant sa voix à la cacophonie des critiques injustifiées des médias (pourtant, il y aurait assez de critiques justifiées à faire), en donnant la preuve d’une certaine étroitesse d’esprit, et me déçoit une fois de plus, ayant échoué à démontrer par ses actes, ce qu’il préconise par les mots. Et pourtant, je suis sûr qu’il pourrait être utile au pays, si seulement il agissait de manière moins égoïste. Je ne demande qu’à être convaincu. Il ne fait rien pour.

Publicités

À propos Alexandre
Carabin passionné de politique, dextro-centriste et méchant libéral. Rule Britannia ! J'ai rarement tort mais ça m'arrive souvent.

3 Responses to Quand Bayrou manque d’humour

  1. Alboss says:

    Excellent article. Tu m’as devancé sur le sujet ^^

  2. Je suis d’accord, François Bayrou aurait pu prendre ça avec humour. Néanmoins je voudrais le défendre un peu quand même.
    Le MoDem est très souvent raillé par les humoristes de tous poils (Les Guignols, Canteloup, Guillon…), qui présentent ce parti comme un groupuscule composé en tout et pour tout de ….Bayrou et de Marielle de Sarnez, ce qui ne fait pas vraiment sérieux !!!
    Je comprends qu’il puisse se lasser de ce petit jeu, pas toujours drôle et tout à fait injuste qui au bout d’un moment devient un peu lourd sinon méchant (j’ai encore en tête une saillie facile, bête et méchante de Guillon qui m’a bien crispée). D’autant plus que le Shadow cabinet était justement une manière de montrer que le MoDem c’est aussi des compétences dans tous les domaines de nombreux militants fidèles.

    Cela dit, il a eu tort de monter sur ses grands chevaux, c’est une facette de son caractère que je n’apprécie pas vraiment…mais l’homme a d’autres qualités, fort heureusement ;)

    • Alexandre says:

      J’avais l’impression qu’en montrant les coulisses de ce shadow, justement, le Petit Journal faisait la publicité de ces autres personnalités MoDem.

      Et d’un autre côté, il vaut peut-être mieux passer pour un parti un peu… léger, que pour un parti de salaud, de racistes, de rentiers, comme l’UMP, si on en croit pas mal d’humoristes.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :