Blocus, exagération, et casseurs

Je ne vais pas m’éterniser ce sujet qui est un véritable cliché pour tout blog de Droite qui se respecte, au même titre que la critique du Libéralisme ou de Sarkozy sur un Blog de Gauche, au risque d’être définitivement étiqueté comme un jeune de droite intolérant. Permettez-moi juste ce petit détour en terrain conquis.

Je conteste l’avis de Jegoun qui prétend que l’expression « prendre en otage » est inappropriée quand il s’agit de parler des jours de grève. Je ne lui donne raison que sur un point : cette expression est devenue un gigantesque lieu commun médiatique, repris en cœur par tous les ringards qui attendent désespérément leur train (par exemple) dans une gare bondée, et qu’un inattendu micro vient surprendre pour leur demander si tout va bien. Que voulez-vous qu’ils répondent ? « J’ai un rendez-vous dans une heure et le RER n’arrive pas mais c’est le plus beau jour de ma vie » ? Impossible ! Alors ils répondent la première expression « quisonnebien » qui leur passe par la tête. Vous l’avez deviné, il s’agit du « Oh on est pris en otage« . Ce après quoi le présentateur du JT compassé peut ajouter « C’était donc encore une journée galère » (celle-là aussi, elle est connue).

Oui, donc, l’idée de l’otage est gênante parce qu’on nous la sert à toutes les sauces dès qu’une manif vient égayer notre quotidien. Ca fait partie de ses expressions dénoncées par Alerte Cliché sur Twitter. Mais en soi, l’image n’est pas déplacée. Dans ma définition d’otage, il y a : « Personne livrée ou reçue comme garantie ou qu’on détient pour obtenir ce que l’on exige » (Robert). Or que cherchent à faire les syndicats ? Ils veulent obtenir quelque chose du pouvoir (ou de l’entreprise). Par quel moyen ? En gênant les usagers, qui sont, en quelque sorte « détenus » pour obtenir quelque chose d’exigé. Certes il y a un peu d’exagération, mais les métaphores ne sont pas interdites dans la vie, ni même les expressions imagées en général.

Et en matière d’exagération, la gauche n’est pas exempte de tout reproche. Ca me rappelle cette lycéenne en classe de seconde, à Paris, passée dans un journal télévisé. Elle et ses copains avaient renversé 3 poubelles pour bloquer leur lycée. Ce qui ne l’a pas empêché de déclarer aux journalistes, avec un grand sourire, quelque chose comme « Ah mais là on a bloqué tout Paris !! » . Je n’ai pas pu m’empêcher d’éclater de rire. C’était épique. Elle pensait vraiment avoir bloqué Paris ? Sans blague ?

Autre criant exemple d’exagération, le décalage entre le nombre de manifestants annoncé par la police, et le chiffre des syndicats. Corto74 s’était attardé sur ce sens aigu de l’exagération propre aux syndicats. Et le Petit Journal lui-même s’était penché sur la question, avec des résultats assez incroyables. Visionnez plutôt (désolé pour la qualité médiocre, j’ai pas mieux).

Bon, alors question exagération, on va dire que ça fait un partout ?

Et puisqu’on y est, je me permets aussi de sourire à l’idée que les lycéens soient tout-à-fait au courant de ce qu’il se passe et aillent manifester en sachant très bien pourquoi. Expérience faite dans mon Lycée, ils ne sont pas beaucoup à tenir plus de 2 minutes un débat sur les Retraites. Certains déforment même les termes et le contenu de la réforme du Gouvernement (mais non, ils ne sont absolument pas manipulés, ces jeunes-là). Et même si ça peut ressembler à un cliché, je suis désolé de vous dire que la plupart de ceux qui allaient manifester le faisaient uniquement pour rater les cours, voire pour pouvoir foutre la merde en quasi impunité.

Quand j’évoque ces débordements, nombreux sont ceux qui me répondent « Ah mais on ne peut pas empêcher les jeunes de manifester. Et ceux qui foutent le bordel ne font que décrédibiliser le mouvement, ils ne sont pas représentatifs« . Premièrement, on ne parle pas d’interdire la manif aux jeunes (bien que les Lycéens n’aient théoriquement pas le droit de grève, n’étant pas salariés, mais c’est une autre affaire). Deuxièmement, je suis tout-à-fait conscients que les vrais jeunes engagés ne se reconnaissent pas dans les violences et les dérives de ce mouvement. Par contre, ce qu’ils ne veulent pas reconnaître, c’est qu’ils sont minoritaires, ces jeunes véritablement engagés.

JPguedas, un socialiste sympathique et ouvert à la discussions par ailleurs, me dit que si la Gauche arrive au pouvoir, les jeunes de Droite pourraient aussi manifester. Tout-à-fait, dès que nous serions remis de notre profonde dépression, il pourrait nous arriver de manifester. Mais pas forcément de la même manière. Ainsi, je ne pense pas que des Lycéens de droite choisissent les jours où il y a cours pour manifester. Je ne pense pas non plus que ce soit dans leur nature de vouloir bloquer leur Lycée. Ou alors, je ne reconnaitrais plus les miens. Enfin, si des casseurs profitent de l’occasion pour commettre leur exactions, il y a fort à parier qu’ils souhaitent en découdre avec la Droite. Loin de moi, une fois encore, l’idée de réduire les jeunes engagés de gauche aux casseurs, ou de les assimiler. Mais c’est un fait que la plupart des casseurs sont plutôt des sympathisants de gauche que de droite (sauf quelques zouaves d’extrême droite insignifiants). Qui peut le nier ? Ceux qui ont commencé à saccager le hall de l’Opéra Garnier sont des anarchistes ! La gauche traditionnelle ne l’a pas souhaité, mais ce sont des dérives qui viennent plus ou moins de son sein. Une manifestation de droite, je la vois beaucoup plus digne, beaucoup plus calme. Mais peut-être suis-je utopiste.

Sur ce, bonne semaine de galère. Je vous souhaite de ne pas être trop pris en otage.

Publicités

À propos Alexandre
Carabin passionné de politique, dextro-centriste et méchant libéral. Rule Britannia ! J'ai rarement tort mais ça m'arrive souvent.

8 Responses to Blocus, exagération, et casseurs

  1. Tizz says:

    Personnellement, je pense que la simple notion de positionnement politique dépasse de loin les « casseurs ». Si c’est parce qu’ils sont en opposition permanente avec le pouvoir en place, et que ce pouvoir est représenté par la droite et par Sarkozy, c’est aller un peu vite en besogne que de considérer qu’ils ne peuvent alors qu’être « issus » de la gauche française… ;-)

    • Alexandre says:

      Mais en général, il y a peu de casseurs de droite, tu vois ce que je veux dire ? La plupart ont une sensibilité politique quasi nulle, on est d’accord, représentent, si je puis me permettre, la frange la plus merdique de l’engagement politique, mais se voient plutôt une sensibilité de gauche (d’extrême gauche, voire d’anarchistes).

      Tu en trouveras peu qui se disent Centristes ou de Droite. A la limite, tu trouveras quelques fachos, mais c’est tout.

  2. jp.guedas says:

    C’est gentil tout plein de me metttre en caution .
    Je me permets d’apporeter quelques codicilles.
    Je suis bien conscient qu’il n’est pas dans la culture de la droite de manifester ( hormis les manifs anti PACS en 98, ou les manifs pour l’école Privée en 1984 ). D’ici à conclure qu’elle aurait une pratique de la manifestation plus pacifique que la Gauche je demande à voir .
    J’ai fait beaucoup de manifestations de gauche s’entends . Je me suis parfois retrouvé dans le service d’ordre . Je peux t’assurer qu’il fait partie de nos règles de vouloir éviter les débordments qui ne rendent service à personne . Vouloir, à demi mot , méler le militant de gauche au nervi anarcho kronenbourg serait une mauvaise manière. Je ne confonds pas le militant de droite à l’excité post pubère qui en 98 meuglait dans les manifs anti PACS  » Les Pédés au bûcher  » ( ce qui soit dit en passant est une rime assez pauvre .).

    Sur l’expression de  » otage « . Chez moi  » otage » évoquerait plutôt Ingrid Bettancourt ou les journalistes otages en afganisthan . Je peux t’assurer que nous n’avons aucune kalachnikov dans notre équipement.
    Il me semble que cela fait une nuance.

    Enfin sur les dernières manifestations étudiantes. Jean Baptiste Prévost évoquait ( dans Arret surt images  » le fait qu’en 2005 Sarkozy ministre de l’intérieur avait pris l’initiaitive de rencontrer les responsables des services d’ordre de l’UNEF pour éviter tout débordement pendant les manifs
    anti CPE. Aujourd’hui aucun contact.
    On envoie des CRS à la sortie d’un lycée . Je croyais que les conseillers d’éducation étaient les plus qualifiés pour répondre à ce genre de situation . Ensuite on s’étonne que çà parte en cahuète.
    Je ne voudrais pas dire que c’est intentionnel mais c’est quand même mal présenté.

    • Alexandre says:

      « C’est gentil tout plein de me metttre en caution . »

      J’espère que ça ne te dérange pas : j’apprécie nos discussions.

      « Je suis bien conscient qu’il n’est pas dans la culture de la droite de manifester ( hormis les manifs anti PACS en 98, ou les manifs pour l’école Privée en 1984 ). D’ici à conclure qu’elle aurait une pratique de la manifestation plus pacifique que la Gauche je demande à voir . »

      Là, je suis tout-à-fait prêt à admettre que c’est une question fortement subjective. J’ai d’ailleurs précisé que je me trompe peut-être et que je suis peut-être « utopiste » .

      « J’ai fait beaucoup de manifestations de gauche s’entends . Je me suis parfois retrouvé dans le service d’ordre . Je peux t’assurer qu’il fait partie de nos règles de vouloir éviter les débordments qui ne rendent service à personne . Vouloir, à demi mot , méler le militant de gauche au nervi anarcho kronenbourg serait une mauvaise manière. Je ne confonds pas le militant de droite à l’excité post pubère qui en 98 meuglait dans les manifs anti PACS » Les Pédés au bûcher » ( ce qui soit dit en passant est une rime assez pauvre .). »

      J’ai précisé à plusieurs reprises que ces gars-là décrédibilisaient le mouvement. Je ne veux pas du tout les assimiler. Je dis simplement que j’imagine peut-être que ces gars-là se mêleraient moins facilement à une manif de droite à MON point de vue. :)
      Quant à cette droite idiote, j’ai en effet toujours pensé qu’elle existait. C’est cette droite de la droite, ces Boutin, de Villiers, Dupont-Aignant… Elle n’a rien à voir avec ma conception de la droite, c’est-à-dire du centre droit, depuis Schuman jusqu’à Borloo ou Bayrou, en passant par Giscard.

      « Sur l’expression de » otage « . Chez moi » otage » évoquerait plutôt Ingrid Bettancourt ou les journalistes otages en afganisthan . Je peux t’assurer que nous n’avons aucune kalachnikov dans notre équipement.
      Il me semble que cela fait une nuance. »

      Mais le principe-même d’une expression imagée est qu’elle contient une part d’exagération. Toutes les expressions du genre se basent sur cette effet de décalage. Et d’ailleurs, il y a exagération des deux côtés, puisque certains slogans des manifestants sont eux-aussi éloignés de la réalité, caricaturaux.

      « Enfin sur les dernières manifestations étudiantes. Jean Baptiste Prévost évoquait ( dans Arret surt images » le fait qu’en 2005 Sarkozy ministre de l’intérieur avait pris l’initiaitive de rencontrer les responsables des services d’ordre de l’UNEF pour éviter tout débordement pendant les manifs
      anti CPE. Aujourd’hui aucun contact. »

      Ca, je ne vais pas mentir, je ne suis pas au courant.

      « On envoie des CRS à la sortie d’un lycée . Je croyais que les conseillers d’éducation étaient les plus qualifiés pour répondre à ce genre de situation . Ensuite on s’étonne que çà parte en cahuète.
      Je ne voudrais pas dire que c’est intentionnel mais c’est quand même mal présenté. »

      Quand des mecs armés de battes de baseball bloquent la sortie du lycée en disant vouloir « casser la gueule des Bourgeois », il faut envoyer les CPE ? Dans mon Lycée, les lycéens qui bloquaient le lycée ont D’ABORD cassé 7 voitures, et ont APRES été dispersés par la police. Et je ne vois pas de quel droit ils empêcheraient les élèves, outre d’entrer, mais même de sortir du Lycée !

  3. jpguedas says:

    Entendons nous . Dans le cas que j’evoquais, la sortie d’un lycée a Montreuil, les lycéens grévistes se bornaient a bloquer l’entrée du lycée. Il me semble que leur envoyer des CRS est un tantinet disproportionnée.
    Je me permets de rappeler que si en 68 il n’y eut qu’un seul mort malgre moultes débordements, ce fut grâce au sang froid de personnes comme Michel Rocard, Daniel cohn Bendit et le Préfet Grimaud.
    Je souhaite qu’a l’avenir chacun, de part et d’autre,
    prenne exemple.
    Quand dans ma commune de Locminé le Maire UMP traite de « méthode stalinienne » en plein conseil l’idée de réclamer la nationalisation des médecins, quand a Pontivy la manif de Samedi se retrouve filmée par les gendarmes je me dis que l’on ne nous mets pas le meilleur climat pour cela.

    Revel disait en 68 qu’a force de refuser de reconnaître ses opposants le pouvoir a fabriquer des révoltes.
    Il me semble que cette majorité n’a pas médité cette enseignement, ou alors bien trop.

    Pour le reste mes propos sur Twitter sont publics, c’est bien le moins de laisser chacun en user .
    Amicalement

  4. Piloups says:

    Je suis pas spécialement convaincu sur les manifestations pacifiques des jeunes de droite. Mais de toute façon, on pourra vite le vérifier dès 2012 malheureusement.
    Concernant l’intervention des CRS, c’est fou mais ça a une fâcheuse tendance à calmer les petits surexcités qui font leurs marioles devant les lycées. Quand on atteint ce niveau de bêtise, les CPE ne peuvent plus faire grand chose (surtout qu’ils ne peuvent en aucun cas toucher un élève sous peine de se retrouver au tribunal après la plainte des parents), donc envoyer les CRS pour faire le ménage me semble une très bonne idée. Surtout que tant qu’à faire ils peuvent toujours embarquer 1 ou 2 jeunes en possession de stupéfiants pour l’exemple, ce qui ne fait pas de mal non plus.

  5. Alboss says:

    J’aimerais revenir à l’exagération des chiffres. Sachez que la Police ne serait pas en reste. Mediapart (qu’on ne pourra pas accuser de complaisance avec le pouvoir, n’est-ce pas ?) a pris l’initiative de mener son propre comptage des manifestations de Paris. Elle en a dégagé 76 000 manifestants, là où la Police en voyait plus de 89 000 et les syndicats n’en parlons pas. Ça remet les choses en place… Mais ce qui moi me gêne encore plus, ce n’est pas l’exagération des syndicats dans leurs calculs. Non, c’est la confiance que leur accorde le peuple quand ils annoncent le nombre de manifestants. Les gens font plus volontiers confiance aux syndicats qu’aux flics…

  6. jpguedas says:

     » Concernant l’intervention des CRS, c’est fou mais ça a une fâcheuse tendance à calmer les petits surexcités qui font leurs marioles devant les lycées.  »
    En 68 c’est justement parce que cet esprit visionnaire de Marcellin a envoyé les CRS a la Sorbonne que les étudiants ont lance le mouvement . Mettre du bleu marine devant un étudiant déclenche une réaction aussi automatique qu’un propos xénophobe dans un discours d’Hortefeux .
    Mais bon si vous voulez jouer avec le feu .
    Et sur le fait que le chiffrage des manifestants soit un ouvrage poétique ce n’est pas une surprise .
    Je constate seulement que ce mouvement perdure, se répand avec de plus en plus de lieux de manifs et la présence de salariés du privé.
    Et je constate que dans mon secteur nous avons atteint des niveaux historiques de 3 a 4 000 manifestants .

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :